AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Autopassion.net le site dédié à l'automobile créé par ses utilisateurs
Partagez | 
 

 Attention new fic shweir évidement !!!! lol(terminé)

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
shaya

avatar

Nombre de messages : 88
Age : 30
Localisation : entre la terre et le ciel : dans mes rêves
Date d'inscription : 18/07/2006

MessageSujet: Attention new fic shweir évidement !!!! lol(terminé)   Mar 5 Déc - 18:19

Hello tout le monde voici la toutes premiere fic que j'ai écrite j'espère qu'elle vous plaira lol!

Auteur : Shaya
Titre : « la plus grande faiblesse de l’être humain est sa peur d’avouer ses sentiments avant qu’il ne soit trop tard » (Battista)
Genre : romance shweir
Petite notes: désolé pour les fautes d'orthographe ou autres lol!


Ce soir tout était calme dans la citée. Assise à son bureau devant son écran d’ordinateur, Elizabeth tapait le rapport quotidien. Caldwell, revenait demain. Il faisait l’aller-retour entre Atlantis et le SGC pour remettre tous les rapports de missions des différentes équipes.
Mais aujourd’hui Elizabeth n’arrivait à rien, au matin elle avait eu du mal à se lever à cause d’un gros rhume, au midi elle n’avait pas manger grand-chose ce qu’ont remarqués Sheppard et Carson, et comme si ça ne suffisait pas elle avait les yeux qui lui brûlaient sans doute la fatigue accumulée par ces nuits passée à tapait des rapports.
Une fois encore elle comptait passer la nuit dans son bureau à finir ceux-ci.
John qui avait remarqué qu’Elizabeth n’avait pas beaucoup dormit depuis une semaine se décida à aller lui parler.

John tapa à la porte : puis-je entrer ?
Elizabeth leva les yeux : colonel ? Bien sûr, que faite vous encore debout ? Il est déjà tard !
John entra et s’asseya sur le siège en face du bureau.
John : je pourrais vous retourner la question, elle lui souria, en fait, reprit-il, je venais voir si vous alliez bien !
Elizabeth : oui merci, je suis juste un peu fatiguée, et ce rhume n’arrange rien !
John : vous devriez vous reposer ! Ça vous ferait le plus grand bien ! Ajoutant un sourire à ces paroles
Elizabeth : John vous savez que Caldwell vient chercher les rapports demain à la première heure, je n’ai, par conséquent, pas le temps de me reposer en tout cas pas ce soir !
John répondit aussi vite : je les finirais moi ! Caldwell n’y verra que du feu !
Elizabeth : vous ferriez ça ?
John : bien sûr, vous avez besoin de dormir Elizabeth ! Vous ne tiendrez pas longtemps comme ça !
Elizabeth : vous êtes sûr ? ...
John la coupa : allez vous reposez, on se voit demain !
Elizabeth : d’accord, elle se leva, John fit de même, elle contourna son bureau pour sortir mais arrivée au niveau de la porte elle s’effondra, John la rattrapa avant qu’elle ne se cogne violement la tête au sol.
John : une équipe médicale dans le bureau du Dr Weir ! Vite ! Hurla-t-il à sa radio.

Quelque minute plus tard Elizabeth était allongée dans un lit à l’infirmerie, John était assis à coté de celui-ci.

John à Carson : alors qu’est-ce qu’elle a ?
Carson : à première vue elle a tous les symptômes de la grippe, elle devrait s’en remettre vite !
John : combien de temps exactement ?
Carson : cela dépend, chez certain patient cela peut prendre quelques jours, chez d’autres quelques semaines
John : et pour l’instant qu’est qu’on peut faire ?
Carson : eh bien… pas grand choses ! Elle va dormir pendant encore un moment, elle a besoin de repos !
John : c’est ce que je lui avais conseillé avant qu’elle ne tombe !
Carson : vous avez petite mine vous aussi ! Vous devriez allez vous reposez !
John : ça va aller ! Je vous remercie, mais je préfère rester là, juste au cas où !
Carson : j’insiste, voyez où cela l’a menée !
John : bon d’accord, mais…
Carson : je vous appel dés qu’elle se réveille !
John : oui, merci

John partit en direction de ses quartiers, il savait dors et déjà qu’il n’arriverait pas à fermer les yeux.
Il s’allongea sur son lit malgré tout et scruta son plafond, il resta ainsi quelques minutes, avant de repenser à la promesse qu’il avait faite à Elizabeth peu de temps au par avant « les rapports zut j’avait oublié ».
Il se releva donc et alla dans le bureau d’Elizabeth afin de terminer ce qu’elle avait commencée.
Il venait de passer 3h à taper des rapports, à présent il était 01h00 du matin et il n’avait toujours pas fini :

John à lui-même : bon sang Elizabeth comment faites vous pour tenir des nuits entières comme ça ! Se frottant le front, bon allez mon vieux, il faut que tu t’y remettes sinon Caldwell risque d’hurler !

Il se remit donc au travail, vers 8H00 comme promis Caldwell fit irruption dans le bureau du Dr Weir, voyant Sheppard endormit sur le bureau il toussota pour marquer sa présence, mais John ne bougea pas alors il employa les grands moyen :

Caldwell : COLONEL ! Hurla-t-il
John sursauta : Elizabeth !
« Elizabeth » pensa Caldwell il l’avait appelé « Elizabeth » « comment ose-t-il m’appelait ainsi »
Caldwell furieux : COLONEL !!!
John avait ouvert un peu plus les yeux voyant Caldwell il se redressa sur sa chaise : Doucement pas la peine de hurlait après moi je suis juste à coté de vous !
Caldwell essayant de se contenir : colonel que faites vous ici ? Où est le Dr Weir ?
John se souvenant alors qu’Elizabeth était à l’infirmerie se leva et sortit du bureau : désolé je dois y aller, oh eh les rapports que vous vouliez son sur le bureau, dit-il en se retournant vers Caldwell un bref instant, il n’attendit pas le réaction de celui-ci et s’en alla.
Caldwell : Colonel !! Trop tard il était déjà loin, c’est pas vrai ! Se dit-il

Il prit les rapports qui lui étaient destinés et entrepris de retrouver le colonel au plus vite afin de lui passer un savon. Mais quand il le trouva il eut la respiration coupée quelle que secondes. Il le trouva à l’infirmerie au chevet d’Elizabeth. Il s’avança vers le lit :

Caldwell : colonel, je crois que j’ai droit à des explications !
Sheppard d’un ton doux : Elizabeth est malade, j’ai donc fini les rapports à sa place, j’espère que vous n’y verrez aucun inconvénient !
Caldwell : qu’est-ce qu’elle a ?
Sheppard : une grippe, répondit-il sèchement
Caldwell : et qui contrôle la citée pendant ce temps ?
Sheppard : j’me disais bien, dit-il tout bas il reprit haut, c’est moi !, d’ailleurs le SGC vous attends il me semble !
Caldwell un peu surpris par l’assurance du colonel : oui,…
Sheppard le coupa : eh bien je pense que vous devriez rentrer sur terre maintenant !
Caldwell un peu dépasser par la situation : Colonel je vous rappel que je vous suis supérieur en grade, et que si vous continuez à faire preuve d’insubordination je me verrais dans l’obligation d’en référer aux dirigeants, et que vous pourriez passer devant une cours martial pour ça !! Menaça-t-il
Sheppard : pour l’instant je suis le comandant de la citée et je vous prierez de bien vouloir quitter Atlantis !

Caldwell dû se résoudre, même si en réalité Elizabeth n’avait pas donnée le commandement à John, il le prit, ainsi il venait de mettre à la porte Caldwell. Celui-ci quitta donc Atlantis non sans avoir à l’idée d’avoir une explication avec Elizabeth, quand celle-ci se rétablirait, au sujet du comportement de John.

Carson s’approcha : vous n’auriez pas dû lui dire ça ! John le fixa d’un regard interrogateur
Carson poursuivit : si Caldwell découvre que vous lui avez mentit…
John : à quel sujet ?
Carson : le commandement…
John : oui vous avez raison, mais je ne pouvais pas le laisser prendre le contrôle de la cité, il prit un peu plus d’assurance et dit, Je commanderais la citée pendant la convalescence du Dr Weir, est-ce bien compris ?
Carson : pas de problème !

Plusieurs jours s’écroulèrent, de temps à autre le reste de l’équipe du colonel rendait visite au Dr Weir dont l’état n’évolué guerre. Quand au comandant John Sheppard, il avait suspendu toutes les missions hors d’Atlantis. John ressentait comme un mauvais pressentiment, et il n’aimait pas ça, souvent il s’avérés juste !

Elizabeth se réveilla enfin, mais elle découvrit une infirmerie vide. Elle se sentait mieux elle se leva et marcha dans la citée déserte, elle appelait en vain

Elizabeth : Carson, Carson où êtes vous ? Colonel, John, mais enfin où êtes vous tous passer ? Cria-t-elle

Personnes ne répondaient, Elizabeth était là debout en plein milieu de la salle d’embarquement quand la porte s’activa, il y avait quelque chose qui n’allait pas, elle ne le remarqua pas tout de suite, puis d’un coup l’illumination (c’est le cas de le dire) en effet quelque chose n’était pas normale :

Elizabeth : Je rêve ! C’est pas possible, (elle fixait la porte des étoiles), c’est censé être bleu, d’habitude c’est bleu ! (La porte en effet était d’un blanc étincelant), qu’est-ce que ça veut dire, Elizabeth il faut que tu te réveille, (à peine quelque minutes venait de s’écrouler pour elle, qu’elle se sentit attirer vers cette lumière, elle devait traverser le flot, pourquoi elle ne le savait pas, tout ce qu’elle savait c’est qu’elle devait le faire. Elle avança donc jusqu’à se trouver plus qu’à quelques millimètres de la flaque)
« Elizabeth ! NON ! Ne faites pas ça ! » dit une voix derrière elle

Elizabeth se retourna et vit le colonel Sheppard qui courait, quand il fut devant elle, ce fût comme un retour à la réalité pour le Dr Weir. Ce n’était plus la porte qui l’attirait à présent, non, à présent c’était cette homme poster juste devant elle, cet homme toujours là quand elle en avait besoin et toujours là ou elle l’attendait le moins. Quand elle eu reprit ces esprit elle pu articuler une phrase :

Elizabeth déboussolée : John, dit elle étonnée, je vous ai appelée, pourquoi n’avez-vous pas répondu ?
John : désolé Elizabeth…
Elizabeth toujours a quelques millimètres de la porte : pourquoi la citée est-elle vide ? Habituellement il y a tellement de monde !
John hésita : il y en a, mais on ne les voit pas ! répondit-il
Elizabeth fronçant les sourcils : je ne comprends pas !
John : je pense qu’on devrait d’abord s’éloigner de la porte, et aller dans un endroit plus calme, je dois vous parler !
Elizabeth ironiquement : on ne peut pas trouver plus calme, John il n’y a personnes ! C’est désert !! Lui fit remarquer la dirigeante
John voyant qu’elle commençait à perdre patience : Elizabeth vous me faites confiance ?
Elizabeth : oui bien sûr…, dit-elle ne voyant pas où cela les menait
John la coupant : alors faites ce que je vous dit !
Elizabeth n’appréciant pas le ton que John avait prit : colonel je vous rappel que je suis votre supérieure et que vous n’avez pas à me parler sur ce ton !!
John : il n’y pas de hiérarchie ici Dr Weir, répondit-il d’un ton doux
Elizabeth perdit patience : Assez ! Ça suffit ! D’abord vous me dites que toute la citée est rempli mais que nous ne pouvons pas les voir et ensuite qu’ « ici » comme vous dites il n’y a plus de hiérarchie pourtant nous somme bien sur Atlantis ?
John : pas exactement, répondit-il évasif
Elizabeth : comment ça « pas exactement » ? Dit-elle en s’énervant un peu plus

John, voyant bien qu’il n’arriverait pas à bout, prit la main du Dr Weir et l’obligea à le suivre
Elizabeth hurlait, à présent elle était au summum de sa colère :
COLONEL ! LACHEZ-MOI !! Dit-elle en essayant de se libérer de la main de John Mais enfin vous êtes devenu fou ! Je vous ferai blâmer pour ça !

John penser « super je vais être blâmé et en plus je passerais devant une cours martial quoi demandé de plus ».
John continuait de l’attirer vers ces quartiers qu’il espérait être assez loin pour que l’emprise de la porte sur Elizabeth s’estompe.

Elizabeth continuait d’hurler : colonel, où m’emmenez-vous ? (Voyant qu’ils arrivaient devant les quartiers de John) Que faites-vous ?! (John ne répondait toujours pas, il la fit entrer dans sa chambre) Colo…
John l’interrompit : Maintenant, taisez-vous ! Asseyez-vous et je vous expliquerai ! (Quand il vit qu’Elizabeth avait obéis et qu’elle se massait le poigner il prit un regard attristé) je suis désolé si je vous ai fait mal, ce n’était pas mon intention, (à cette instant Elizabeth le fusilla du regard), mais vous m’avait forcé à faire ça, (une nouvelle fois elle le fusilla du regard), si vous m’aviez suivit dés que je vous l’avait demandé je n’aurai pas eu besoin de vous tirer jusqu’ici, (Elizabeth continuait de se massait le poigner sans dire un seul mots, John s’asseya à côté d’elle), écoutez il y a plusieurs jours vous êtes tombée malade, un grippe c’est ce qu’avait diagnostiqué Carson, mais ça c’est avéré être un peu plus compliqué que ça, vous êtes tombé dans le coma !


Dernière édition par le Jeu 9 Aoû - 21:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shaya

avatar

Nombre de messages : 88
Age : 30
Localisation : entre la terre et le ciel : dans mes rêves
Date d'inscription : 18/07/2006

MessageSujet: Re: Attention new fic shweir évidement !!!! lol(terminé)   Mar 5 Déc - 18:20

FLASHBACK :

A l’infirmerie :
John revenait tout les matins depuis maintenant 3 jours, et il passait les ¾ de la nuit au chevet d’Elizabeth qui était désormais nourrit artificiellement

John : Carson, comment va-t-elle ? demanda-t-il
Carson : il n’y a toujours pas de changement, elle est tombée dans le coma, nous faisons d’autres analyses plus pousser pour savoir ce qui ne va pas, mais il n’y a aucun résultat concret !
John : Hier soir j’ai vu un piqûre dans son cou, du côté droit il me semble, ça a peut-être un rapport !
Carson : en effet peut-être, mais comme je ne sais pas ce qui l’à provoquée je ne peut pas faire grand-chose ! répondit-il d’un air désolé

Rodney entra dans l’infirmerie : j’ai découvert quelque chose dans un des coins non habité de la citée
John : et…
Rodney : et d’après les textes que j’ai pu traduire, il s’agirait d’un commutateur pour les esprits, il faut que j’approfondisse mes recherches, mais peut être que sa pourrait aider Elizabeth, ajouta-t-il
John : intéressant, vous savez comment on s’en sert ? demanda-t-il d’un air curieux
Rodney : eh bien, c’est toujours la même rengaine avec les anciens ! Il faut le gène ! bon je dois y retourner, mais avant de partir il demanda, comment va Elizabeth ?
John : pas de changement

FIN DU FLASHBACK :

Elizabeth : effectivement je me souviens d’être tombé malade et après je me suis réveillé à l’infirmerie…
John : dans l’infirmerie de votre esprit ! Précisa-t-il
Elizabeth intrigué : de mon esprit ?
John : j’y venais, si je suis là c’est grâce à Rodney qui a découvert cet appareil, il me permet d’être dans votre esprit, alors que je suis sagement allongé dans un lit de l’infirmerie, dit-il ajoutant un sourire
Elizabeth : et vous savez comment on sort de mon esprit ?
John : ça c’est la mauvaise nouvelle, je n’en ai aucune idée !
Elizabeth : et qu’est qu’on fait maintenant ?
John : je ne sais pas, mais on ne peut pas quitter cette chambre !
Elizabeth : pardon ?
John : vous ne pouvez pas quitter cette chambre ! Insista-t-il
Elizabeth : et pourquoi ça ?
John : je vais vous poser une question et je vous demande d’y répondre sincèrement, Elizabeth hocha la tête, est-ce que vous avez était attirée par la porte ?
Elizabeth : euh… eh bien… je ne sais pas, oui peut-être, bafouilla-t-elle
John : c’est bien ce que je penser, par conséquent vous ne devez en aucun cas quitter cette chambre, que vous soyez d’accord ou non !
Elizabeth : vous allez continuez longtemps à me parler sur ce ton ?!
John : désolé, mais je ne voudrais pas qu’il vous arrive quoi que ce soit !

Un froid s’installa dans la chambre. Ni l’un ni l’autre n’ouvrit la bouche pendant plusieurs minutes.

John brisa le silence qui s’était installé : Racontez-moi !
Elizabeth : vous racontez quoi ?
John : comment êtes vous arrivée là ?
Elizabeth : vous parler du fait que l’on soit dans mon esprit ? demanda-t-elle en souriant, elle avait très bien compris la question
John : non je parle de votre vie !
Elizabeth fit semblant : oh, de ma vie c’est une histoire plutôt longue !
John : je ne sais pas quand est-ce qu’on sortira d’ici alors allez-y !
Elizabeth : ce n’est pas une histoire très intéressante, insistait-elle
John avait bien compris que si il voulait vraiment savoir il devrait insister : j’aimerais quand même savoir, dit –il en lui adressant son plus beau sourire auquel il savait qu’elle ne pourrait pas résisté

Elizabeth se résolu donc à lui raconter, elle s’installa assise au fond du lit, un coussin derrière son dos, John vint s’asseoir à coté d’elle et ouvrit grand ses oreilles pour bien entendre toute l’histoire de celle-ci. Elizabeth raconta son vie, son enfance, comment elle avait fait pour devenir commandante du SGC jusqu’à arriver là sur Atlantis. Ils rirent ensembles plusieurs fois au cours de la discussion.
Quand elle eut fini John posa la question qui ne fallait pas :

John : alors et Simon c’est ça… Simon comment va-t-il ?

Elizabeth détourna le regard, et se leva pour rejoindre la fenêtre, d’où elle voyait la mer si bleu et si calme, elle fut un instant projetée dans ses souvenirs, elle revisualisait la scène de sa rupture avec Simon, John la ramena à sa réalité

John : pardon je ne voulais pas vous blesser !
Elizabeth répondit avec une voix douce : Simon et moi c’est fini, on a rompu lors de notre dernier passage sur Terre, il a rencontré quelqu’un d’autre !
John : je suis désolé !
Elizabeth se retourna : il ne faut pas, dit-elle en souriant légèrement, à vous maintenant
John : euh, je préfère pas c’est pas très glorieux comparé à ce que je suis aujourd’hui…, cela n’a aucune importance !
Elizabeth : n’essayait pas de vous défiler, elle fit une pause, ah ! J’ai compris vous faites parler les autres mais vous vous ne vous dévoilez pas !
John : gagner, c’est exactement ça !
Elizabeth : je ne suis pas comme les autres, vous pouvez me faire confiance comme moi je vous fait confiance, et si vous refusez malgré tout je me verrais dans l’obligation de faire preuve d’autorité, dit-elle en souriant
John : bien, je vous fait confiance, mais je vous conseille de vous asseoir c’est une très longue histoire, vous pourriez avoir des crampes à rester debout, allez venez, dit-il en tapotant la place libre juste à côté de lui, Elizabeth souria et s’installa à la place que John lui indiquait, vous êtes bien installée ?
Elizabeth : oui merci ça devrai aller !
John : bon alors voilà, j’avais 16 ans quand j’ai décidé….

Il raconta à son tour son histoire, un peu de son enfance mais surtout comment et pourquoi il était rentré dans l’armée.
Elizabeth était si contente de pouvoir entendre son histoire, elle le découvrait enfin tel qu’il était à l’intérieur, il n’avait jamais raconté sa vie à personne. Mais pour John, Elizabeth n’était pas une personne comme les autres elle était la personne qu’il aurait rêver d’avoir pour femme ce qu’il savait impossible mais il ne pouvait s’empêcher d’y rêver. John raconta quelques anecdotes de sa vie quelques unes étaient drôles, d’autres étaient plus tristes. Elizabeth essayait d’écouter mais la fatigue l’emporta, elle s’endormi au côté de John, qui la rejoignis lui-même quelques heures plus tard.

Ce fut Elizabeth qui se réveilla la première. Elle se sentit un peu gênée par la situation dans laquelle elle se trouvait. Elle se trouvait prés de John, qui l’entourait de ses bras. Elle était si prés qu’elle entendait son cœur battre et son parfum l’enveloppait. Elle décida de mettre de côté toutes ces bonnes résolutions et profita de l’instant présent, elle se laissa aller. Elle se rapprocha un peu plus de lui et se blottit un peu plus au creux de son épaule. Elle resta ainsi pendant plus d’une heure quand une sensation de faim l’obligea à se défaire de cet homme, et de stopper cet instant si parfait. Elle se leva doucement en essayant de ne pas réveiller John qui dormait si paisiblement et se dirigea vers le mess.
John se réveilla à son tour 15 minutes plus tard et vit une chambre déserte ce qui l’inquiéta énormément. Il se leva brusquement et chercha après Elizabeth, au plus profond de lui il savait très bien où la trouver et cette perspective redoubla son inquiétude, il se mit à courir en direction de la salle d’embarquement ou la porte des étoiles était toujours active.
Il arriva dans la salle et vit Elizabeth qui se tenait juste devant la porte prête à la franchir.
Il l’appela mais cette fois-ci elle ne se retourna pas, il s’avança pour arriver à sa hauteur et pris sa main ce qui interpella Elizabeth, elle se tourna légèrement

John : Elizabeth que faite vous ?
Elizabeth : je… j’avais faim, balbutia-t-elle, elle ne savait pas comment elle était arrivée là
John : le mess c’est de l’autre côté, dit-il en souriant, il essayait de cacher son inquiétude, mais il avait du mal
Elizabeth, devenu réaliste : je ne résisterait plus très longtemps…
John : ne dites pas n’importe quoi, je suis là et aussi longtemps que je serais là je vous empêcherais de traversait cette foutu porte, dit-il en haussant le ton à la fin de sa phrase
Elizabeth : soyez réaliste vous savez que je traverserais cette porte que vous soyez là ou non pour m’en empêcher, son influence est plus forte que tout ce qui pourrait me retenir, je le sens !
John : mais voyons vous pensez à la citée, et à tout ces gens qui comptent sur vous et qui espèrent que vous allez vous en sortir, ou encor à toutes ces personnes qui vous aiment, à Teyla, et comment on ferra sans vous ?, sans vous vous savez que la citée s’effondre ! Surtout si en plus on vous remplace par Caldwell !!
Elizabeth : j’en connais qui serait content que Caldwell reprenne les commandes, dit-elle en souriant
John : eh bien pas moi !, dit-il en s’énervant, vous ne comprenez pas, vous êtes plus que mon supérieur vous faites partie de mon équipe et ma devise c’est : « ne jamais laisser tomber ces équipiers même si ceux-ci vous le demande », hé vous êtes aussi mon amie et je ne peu rester là sans bouger à vous voir partir !! … Je donnerais ma vie si ça pouvait vous sauvez !!

Ce que John venait de dire toucha énormément Elizabeth.
Elle sentit à cet instant l’emprise de la porte diminuer, et dans son empressement elle prit la main de John et ils retournèrent dans les quartiers de celui-ci.
Il la suivait sans poser de questions. Ils arrivèrent dans la chambre et Elizabeth pris la parole

Elizabeth : il nous reste un problème !
John : quoi ? demanda-t-il en se rendant compte qu’Elizabeth lui parlait
Elizabeth : oui j’ai soif, j’ai la gorge sèche, et faim aussi c’est pour ça que j’étais parti en direction du mess ! Mais je ne plus y aller maintenant, c’est trop risqué !
John : euh… ok je vais y aller mais promettez moi que vous n’allez pas bouger d’ici !
Elizabeth : bien sur que non, je vais rester sagement ici, à vous attendre, dit-elle souriante

John : Elizabeth, ce n’est en aucun cas un jeu, on parle de votre vie là !
Elizabeth : merci je suis au courant, mais vous ne pourrez pas empêcher la fin de se produire ! Repris-t-elle sérieusement
John : moi non Elizabeth, mais vous, vous le pouvez toujours !! Vous pouvez vous battre !!
Elizabeth : oui, on verra, pour l’instant je crois que si je meurt se sera de soif, dit-elle en souriant
John : restez ici ! Je n’en ai pas pour longtemps !
Elizabeth : à vos ordres, répondit-elle avec toujours un sourire sur les lèvres, John se retourna et la fusilla du regard puis il partit.

Elizabeth se retrouva seul et elle pensa à tout ce qu’elle avait vécu au cours de ces dernières années, elle pensa aux instants qu’elle avait passée avec John, les disputes comme les bons moment, elle repensa au regard qu’il avait eu lorsque Koyla la tenait en joue devant la porte, ce regard était plein de haine mais aussi de peur, avait-il eu peur de la perdre ? Elle repensa à toutes ces fois ou elle avait eu peur de le perdre lui, la fois ou un ectoparasite c’était accroché à son cou, ou encor lors de l’attaque des Wraiths, elle pensa finalement qu’elle ne pouvait plus nier, elle l’aimait c’était certain, puis une pensée horrible lui vint, elle se rendit compte que se serait la dernière fois qu’ils se verraient, et cette idée lui fit froid dans le dos, elle ne voulait pas mourir sans lu avoir avouer ce qu’elle ressentait, elle se résolue donc à lui parler dés qu’il reviendrait.
John, était au mess, il prit deux bouteilles d’eau, et retourna dans la chambre, il accéléra le pas pour laisser seul Elizabeth le moins longtemps possible, quand il arriva il trouva d’abord une chambre vide il l’appela. Elizabeth répondu par des gémissements elle était allongé par terre à côté du lit, elle se tordait de douleur, quand John la vit il lâcha les bouteilles et accourue au prés d’elle :

John s’agenouilla : Elizabeth, qu’est qui se passe ? Où avez vous mal ? dit-il très inquiet, il la souleva et passa sous elle
Elizabeth posa sa tête au creux de son épaule : c’est la fin, vous et moi n’avons pas pu l’empêcher, dit-elle faiblement
John : battez-vous rien n’est encor fini ! Battez-vous ! Je vous en prie !
Elizabeth ne prenant pas en compte ce que John venait de lui dire : je voulez vous dire…
John la coupa : vous me le direz quand vous serez rétabli, pour le moment il faut garder vos force !
Elizabeth : j’aimerais que vous fassiez quelque chose pour moi
John : oui
Elizabeth : j’aimerais que vous me serriez dans vos bras, s’il vous plaît
Il resserra son étreinte, mais ne pouvez se résoudre à l’idée qu’elle allait mourir, des larmes naquirent dans ces yeux verts, il les ferma une seconde, et les larmes coulèrent sur ses joues devenues pâle, il desserra son étreinte pour voir son visage

Elizabeth posa sa main sur sa joue et la frotta de son pouce : ne pleur pas, on se reverra un jour, elle prit une grande aspiration qui lui fit très mal, John je t’aime, et sur ces mots elle déposa un baiser sur les lèvres humide de l’homme, sa main retomba sur le sol, son cœur cessa de battre.
John tenta de calmer sa peine : je t’aime, il serra le corps inerte d’Elizabeth contre lui et hurla, ELIZABETH !!

A suivre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shaya

avatar

Nombre de messages : 88
Age : 30
Localisation : entre la terre et le ciel : dans mes rêves
Date d'inscription : 18/07/2006

MessageSujet: Re: Attention new fic shweir évidement !!!! lol(terminé)   Dim 10 Déc - 21:43

John : NOOOOOOONNNNNNNN !! Hurla-t-il en se redressant sur son lit, le cri venait de déchirer le silence pesant de l’infirmerie, il avait une respiration rapide

Beckett se précipita à son chevet suivi de Teyla, Ronon et Rodney
Carson : colonel ? Interrogea-t-il, calmez-vous vous êtes à l’infirmerie vous vous souvenez ?
John tenta de reprendre son souffle, il avait les yeux empli de larmes : est-ce qu’elle est… ?
Beckett comprenant : non elle est stable !
Rodney : qu’est-ce qui c’est passé ?
John confus : je ne sais pas, je ne me souviens pas !

Ce qu’il ne disait pas c’est qu’il se rappelait de la mort d’Elizabeth et de cette immense douleur qu’il avait ressentit à sa perte, cette douleur qu’il ressentait encore, elle était toujours présente au fond de son cœur et s’apaiser lentement. Un gémissement interrompit John qui essayait de se souvenir du reste, il bondit de son lit et fit un pas qui l’amena très vite au lit voisin, où Elizabeth venait de reprendre connaissance :

John : Elizabeth ?! Dit-il soulagé
Elizabeth très faiblement : John !
John lui prenant la main : je suis là, tout va bien, dit-il en retrouvant le sourire qu’il avait perdu en même temps qu’Elizabeth expirée son dernier souffle
Beckett à Elizabeth : comment vous sentez vous ?
Elizabeth : je ne sais pas c’est étrange comme sensation ! Que c’est-il passé ?
Carson : vous avez était piquée par un insecte, tout vos symptômes m’on fait penser à une grippe mais en réalité c’était beaucoup plus virulent, heureusement nous avons mit au point un antivirus, qui fonctionne apparemment !

Le Dr Weir resta à l’infirmerie durant une semaine, une semaine pendant laquelle elle se reposait et ne faisait rien de ces journées, John lui rendait visite très souvent malgré le fait qu’il commandait la citée pendant son rétablissement. Tout deux ne se souvenaient pas de ce qu’ils avaient vécus ou même de ce chacun c’était dit, enfin c’est du moins ce qu’ils pensaient.
Un soir alors qu’ils se trouvaient dans les quartiers du colonel :

Elizabeth : …, bien je vais aller me coucher demain c’est un grande journée, bonne nuit John ! dit-elle en souriant
John : bonne nuit Lizzie, dit-il sans se rendre compte de ce qu’il venait de dire
Elizabeth : pardon, qu’est-ce que vous venez de dire ?
John ne comprenant pas : j’ai dit bonne nuit !
Elizabeth : non vous m’avez appelé comment ?
John comprenant : euh, il avait une expression sur son visage qui confirma qu’elle avait bien entendue
Elizabeth : comment pouvez-vous savoir ça ? je n’en ai parlée à personnes même Simon n’était pas au courant ?
John une expression fautive sur son visage : eh bien,…, il n’eut pas le temps de finir ces explications
Elizabeth le coupa : oh je vois !
John incrédule : vous voyez quoi ?
Elizabeth toujours aussi énigmatique : vous aussi alors, elle tourna le dos à John et se parla à elle-même, c’ est pas vraie, ce n’est pas possible, puis s’adressant à John, vous m’aviez dit que vous ne vous souveniez de rien, vous m’avez menti ?
John comprenant : Elizabeth je ne vous ai pas menti, à ce moment là je ne me souvenais de rien, juste que…, il fit une pause, …que vous étiez morte dans mes bras, il lui était encor difficile d’en parler, et puis est-ce si grave si je me souviens ? Interrogea-t-il
Elizabeth : vous vous souvenez de quoi exactement, s’inquiétait-t-elle, elle, elle se souvenait de lui avoir dit « je t’aime » juste avant de « mourir » et elle avait peur qu’il se rappelle de ces deux petits mots
John : euh…, il ne savait pas si il devait lui dire, il hésita un petit moment puis se décida ainsi, pensa-t-il, je verrais sa réaction, …de tout ! , lui avoua-t-il, …et vous ?
Elizabeth un peu gênée : oh…, dit-elle simplement, …de tout aussi !
John voyant la réaction d’Elizabeth : écoutez ce que vous avez dit restera entre nous personnes ne le saura, il la prit dans ses bras et la serra tout contre lui

Après quelques minutes dans ses bras Elizabeth n’avait envie que d’une chose pouvoir poser une nouvelle fois ses lèvres sur les siennes, John se recula un peu et plongea ses yeux dans ceux d’Elizabeth, et ce que l’un et l’autre voulaient arriva, ils rapprochèrent lentement leurs lèvres l’unes de l’autres et s’embrassèrent, ce ne fut pas le même baiser que la première fois cette fois si il était passionné, plein d’ardeur, sans se rendre compte de ce qu’il faisait ils atterrirent sur le lit de John et passèrent la nuit ensemble.
Au petit matin quand Elizabeth se réveilla elle était seul dans le lit elle se redressa un peu et vit John assit dans un fauteuil il avait du passé la nuit là, à la regardée et il s’était assoupi.
Elizabeth pris sa veste et se leva. Elle alla prés de John et lui glissa à l’oreille quelques mots.
John se réveilla et vit Elizabeth debout devant lui

John : eh, bien dormi ?
Elizabeth gênée : euh oui, je crois que je n’avais pas si bien dormis depuis très longtemps ! Et toi, tu as bien dormi dans ce fauteuil ? Interrogea-t-elle ironiquement
John : désolé, tu t’es endormi et je ne voulais pas que tu t’envoles au petit matin, alors je suis resté éveillé, il fit une petite pause, enfin c'est ce que je voulais faire ! dit-il en souriant
Elizabeth en regardant l’heure au réveil : oh, bon sang il est déjà 7h30 !
John : oui et alors ? On a le temps !
Elizabeth : mais non tu ne te souviens pas que le dédale doit arrivé à 8h00 ce matin ?! Il faut qu’on se dépêche !!
John : oh oui j’avais complètement oublié, il nous ramène des invités ?!
Elizabeth en ramassant toutes ses affaires : oui et je ne les connais pas et je dois être là pour les accueillir et….
John la prenant par le bras, Elizabeth se stoppa net : hé du calme, on va y arriver ne t’inquiète pas comme ça, sur ces mots il l’embrassa délicatement
Elizabeth évitant de se laisser aller et s’écartant des bras de John : oui, bon je vais m’habiller, sur ceux elle partie dans la salle de bain
John resta là à attendre qu’elle avait fini pour pouvoir à son tour se rhabiller, Elizabeth eut fini 10 minutes plus tard
Elizabeth : il faut que tu te dépêche, j’aimerai que tu soit là pour accueillir le dédale !
John : ok, dit-il en prenant ses affaires et en allant en direction de la salle de bain
Elizabeth : bon j’y vais, je te laisse, je t’attends dans 15 minutes dans la salle de contrôle !

John acquiesça de la tête, Elizabeth quitta la chambre et alla à son bureau, personnes ne la vit sortir des quartiers de John ce qui la soulagea d’un poids. A présent elle se posait plein de questions, et elle se disait que cette nuit était peut-être une erreur, elle fut coupée dans sa réflexion par Rodney

Rodney : Dr Weir, cria-t-il
Elizabeth se retourna : qu’y a-t-il Rodney ?
Rodney : vous savez qui sont nos invités ?
Elizabeth : je n’en ai aucunes idées, Caldwell n’a pas voulu me le dire !
Rodney voyant que quelque chose n’allait pas : Elizabeth est-ce que tout va bien ?

Elle n’eut pas le temps de répondre à la question, car John arrivait, il était d’une humeur très joyeuse contrairement à Elizabeth

Rodney : eh bien dites moi vous êtes en forme aujourd’hui, qu’est-ce qui c’est passé ? demanda-t-il à John
John regarda un instant Elizabeth : je suis toujours aussi joyeux quand je sais que de nouvelles personnes arrivent, pourquoi vous n’êtes pas content de pouvoir voir de nouvelle tête ? Elizabeth quitta la salle de contrôle et rejoignis son bureau
Rodney : MOUAI, répondit-il perplexe, d’un autre côté c’est vraie que voir tout les jours votre tête devenait assez lassant, ajouta-t-il en souriant

John, voyant Elizabeth partir, ne prit pas la peine de répondre à cette attaque. Il remarqua qu’elle n’était pas comme d’habitude et décida d’aller lui parler

Rodney : eh je disais pas ça méchamment pas la peine de partir, lança-t-il à John qui l'avait quitté précipitamment, rrrr… tu aurais mieux fait de te taire !, espèce d’idiot !, se dit-il à lui même

Elizabeth était dans son bureau, face à la vitre et regardait dans le vide. Elle pensait à la nuit qu’elle venait de passer et aux conséquence de cette folie ou plutôt elle essayer de se convaincre que ce qu’elle ressentait n’était que passager. Mais en vérité, elle savait au plus profond d’elle-même que c’était un sentiment pur et qu’elle ne pourrait rien faire pour le balayer de son cœur si ce n’est l’ignorer.

John entra dans le bureau : Lizzie est-ce que tout va bien ? demanda-t-il inquiet

Elizabeth se retourna, ses yeux étaient un peu humides. Au moment où elle voulut prononcer quelques mots la radio la coupa

La radio : Dr Weir le dédale vient d’atterrir sur la digue Nord !
Elizabeth à sa radio : bien, je vous remercie ! Puis elle se dirigea vers la porte
John lui retenu le bras et il la fixa du regard : tu est sûre que tout va bien ?! Insista-t-il
Elizabeth : nous discuterons plus tard colonel ! répondit-elle sèchement en se dégageant de l’emprise que John avait sur son bras, pour l’instant nos invités nous attendent ! Ajouta-t-elle aussi sèchement

John resta quelques secondes sans voix, puis il suivit toute l’équipe en direction du dédale et de ces nouveaux arrivants.
Du côté du dédale les gens s’activaient, ils débarquaient, assez content d’être enfin arrivés après 18 jours d’hyperespace, avec leurs paquetages et tout leurs nécessaires.
Caldwell sortit accompagné de deux hommes, tout deux militaires. Ils allèrent tout trois en direction du Dr Weir. Sheppard et son équipe restèrent en arrière.

Elizabeth : colonel, vous avez fait bon voyage ?
Caldwell : oui merci !
Elizabeth voyant l’homme à droite de Caldwell : Matthew ?! Elle se serra dans ses bras, mais que fait-tu ici ? demanda-t-elle intriguée
Matthew : Eliza, je suis content de te voir, ça fait combien de temps ?
Elizabeth : trop longtemps ! Tu m’as manqué !
Matthew : à moi aussi ! Tu as vu qui est là ?

Elizabeth regarda l’homme à côté de Matthew

L’homme : je suis content de te revoir !
Elizabeth : James, comment va-tu ? demanda-t-elle en le serrant dans ses bras
James : je vais bien, comme tu peux le voir, et toi ? Interrogea-t-il en voyant la petite mine de la dirigeante
Elizabeth : bien…, ça va… bien ! Affirma-t-elle sans conviction, mais dites vous faites quoi ici ? Comment êtes-vous arrivés….
Matthew : c’ est une longue histoire, on t’ expliquera, coupa-t-il, mais euh … avant, tu ne voudrais pas nous dire qui sont ces personnes qui nous regardent bizarrement ?
Elizabeth se retourna et vit John : c’est … c’est l’équipe principale d’Atlantis ! Je vais vous les présenter !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shaya

avatar

Nombre de messages : 88
Age : 30
Localisation : entre la terre et le ciel : dans mes rêves
Date d'inscription : 18/07/2006

MessageSujet: Re: Attention new fic shweir évidement !!!! lol(terminé)   Dim 10 Déc - 21:45

Avant qu’Elizabeth n’arrive avec ces deux compagnons, Rodney faisait son malin : à votre avis qui sont ces deux hommes, frères, amis ou amants ?
John le tapa sur la tête : fermez-la Mckay !
Elizabeth interrompit les deux hommes : messieurs du calme ! Je voudrais vous présenter le…, elle regarda l’uniforme de Matthew, le colonel Matthew Weir, mon….
Matthew : son grand frère, coupa-t-il en souriant
Elizabeth lui sourit puis poursuivit : et le …, regardant l’uniforme de James, le colonel James Saucker
Rodney bas à John : hum, deux autres colonel, ça va vous faire de la concurrence !
John bas à Mckay : Rodney, faites moi plaisir quand vous mangerez ce midi, étouffez-vous !
Elizabeth ne laissa pas le temps à Rodney de répondre : Matthew, James, je vous présente le Dr Rodney Mckay l’un de nos meilleurs scientifiques…
Rodney serrant la main des deux hommes : vous voulez dire le meilleur ! Rectifia-t-il, Ravi de faire votre connaissance !
Elizabeth poursuivit : Ronon Dex et Teyla Emmagan deux habitants de cette galaxie…, Ronon serra la main aux deux nouveaux arrivants, Teyla fit de même en ajoutant une petite révérence de la tête en signe de bienvenue, Elizabeth termina les présentations, …et enfin le colonel John Sheppard !
John serra la main de Matthew : ravie de faire votre connaissance colonel Weir !
Matthew : en dehors du boulot vous pouvez m’appelez Matthew !
John fit signe qu’il avait compris puis il serra la main de James : colonel ravie de vous revoir !
James : moi de même ! Félicitation vous avez finalement dépassé le grade de major !
John : merci !
Elizabeth : bien, maintenant que les présentations sont faites, nous allons vous laisser !
James et Matthew suivirent Elizabeth
John après quelques secondes interpella Elizabeth : Elizabeth ?! Notre discussion ?! Demanda-t-il en lui lançant un regard qui en disait long et que Matthew ne loupa pas
Elizabeth répondit sèchement : plus tard colonel !
John pensa « colonel ? », quand ? Lui demanda-t-il
Elizabeth lui jetant un regard noir : je vous le ferrais savoir par radio, pour le moment je suis occupée, veuillez nous laissez ! répondit-elle agacée
John resta interdit devant la réaction et la réponse du Dr Weir, il ne pu répondre que : bien, puis il repartit en direction de ces amis, dites ça vous dirais pas une petite séance d’entraînement, je crois que j’en ai vraiment besoin ! demanda-t-il à Teyla
Teyla : pourquoi pas, je n’ai rien d’autre de prévue de toute façons !


John et Teyla partirent donc s’entraîner. Ils firent 5 minutes de combats, 5 minutes pendant les quelles John se déchéna, et cela n’échappa pas à Teyla qui voyait bien que ça n’allait pas fort,

Elle se décida à poser la question : est-ce que tout va bien colonel ?
John tapa de toutes ces forces avec le bâton, qu’il tenait dans la main, sur le mûr, le bâton se brisa et Teyla recula d’un bond : NON ! Hurla-t-il
Teyla calmement : vous voulez qu’on en parle ?
John repris son calme : non, ça va passer, merci Teyla !

En parallèle, dans le bureau du Dr Weir, Matthew était heureux de retrouver enfin sa petite sœur
Elizabeth : bon vous allez m’expliquer maintenant ? Demanda-t-elle en souriant
Matthew pris la paroles le premier : nous avons rencontrés le Générale O’Neill et… euh… nous voilà !
James continua : nous correspondions aux profils qu’il recherchait, enfin c’est ce qu’il nous a dit !
Elizabeth : il y a un détails qui ne colle pas, quand on s’est quittés, vous n’étiez ni l’un ni l’autre dans l’armée si je me souviens bien ! Et pour le peu que je connaisse on ne devient pas colonel du jour au lendemain !
Matthew : euh…, ils prirent un air coupable, en faite… euh….si on n’y était déjà !
Elizabeth : je ne veux pas en savoir plus ! répondit-elle en ébauchant un sourire
Matthew : par contre nous, il échangea un regard complice avec James, on se demande…
James : …comment tu as fait pour arriver jusqu’ici ? Finissa-t-il
Matthew : il faut que tu comprennes par là qu’on veut savoir comment cela se fait qu’une civil dirige une expédition d’une tel ampleur ? Éclaircissa-t-il
Elizabeth : tout d’abord je dirige seule tous les civils et en ce qui concerne les militaires je partages le commandement avec le colonel Sheppard que je vous ais présentée toute à l’heure, puis ensuite si je suis ici c’est que j’ai toute la confiance du président, c’est lui qui m’a placée à ce poste ! Expliqua-t-elle
James souriant : et bien dit moi ça rigoles pas !
Elizabeth sourit puis voyant le soldat qui attendait à la porte : bien, ce soldat va vous montrer vos quartiers !

James et Matthew se levèrent et suivirent le soldat, Matthew revenant sur ces pas : Eliza ? Tu es sûr que tout va bien ? Tu as une petite mine !
Elizabeth : on en parlera plus tard ! Elle le serra dans ces bras, et ne t’en fait pas pour moi ! Allez vas-y !

Une fois les deux hommes partis, elle se mit à relire des rapports, puis au bout du deuxième, elle se décida à parler à John.

Elle activa sa radio : colonel Sheppard ?
John (voix off) : Elizabeth ?
Elizabeth : je voudrais vous voir !
John dans la salle d’entraînement toujours avec Teyla : j’arrive ! A Teyla, vous m’excuserez mais je dois y aller !
Teyla : bien sûr, je comprends !
John : merci !
Teyla : mais de quoi ?
John : de ne pas avoir essayer d’en savoir plus, si vous préférez, je vous remercie de ne pas être Rodney ! Voyant que Teyla fronçait les sourcils, laisser tomber, c’est pas grave ! J’y vais on m’attends !

John rejoignis Elizabeth dans son bureau : Tu voulais me parler ?
Elizabeth leva les yeux : oui, fermez la porte et asseyez-vous !
John : tout compte fait, je n’ai peut être pas envi de discuter, je crois même que je vais te laisser travailler !
Elizabeth : colonel ne faite pas l’enfant !!
John ferma la porte : ok ! Ça fait deux fois aujourd’hui que tu m’appel par mon grade alors qu’il n’y a personne autour de nous et en plus tu me vouvoie, qu’est-ce qui ne va pas ?
Elizabeth : si vous me laissiez parler, vous le sauriez !!
John à lui-même : bon John il faut te calmer et t’assoire, il s’asseya en face d’Elizabeth
Elizabeth : écoutez, cette nuit j’ai eut un moment d’égarement, et nous n’aurions pas dû faire ce que nous avons fait, alors il faut que vous compreniez que cette histoire doit rester entre nous, et….
John se leva de sa chaise, il ne tenait plus en place : dites moi que c’est pas vraies, je dois probablement faire un cauchemar, ce n’est pas possible, non, pas toi, tu ne peut pas me faire ça, pas TOI ! Hurla-t-il
Elizabeth : colonel, calmez-vous ! Ordonna-t-elle


Dans la salle d’embarquement, toutes les personnes qui passaient levées les yeux vers le bureau de la dirigeante. On ne distinguait pas ce qu’ils se disaient mais les cries étaient si forts qu’ils se sentaient obligés de regarder.

Matthew passa non loin de là et fut attiré par les hurlements qui s’échappaient du bureau de sa sœur, il demanda à un civil qui passait à côté : excusez-moi ! Vous savez qui est dans le bureau ?
La personne répondit : c’est le Dr Weir et le colonel Sheppard, colonel !
Matthew : merci !
Le civil interpella le colonel qui se dirigeait vers le bureau : si j’étais vous colonel, j’attendrai ! Ils détestent être dérangés !
Matthew : hum, fit-il, et dites moi c’est souvent comme ça ? Interrogea-t-il
Le civil : entre eux deux ? Disons qu’ils se disputent souvent mais je ne les avais jamais entendu hurler si fort !
Matthew : bien, je vous remercie !


Dans le bureau, John se calma après 5 minutes d’échanges violents. Ils s’appuya avec ses deux main sur le bureau : Elizabeth regarde moi droit dans les yeux et dit moi que tu ne ressent pas la même chose que moi !
Elizabeth le fixa dans les yeux et lui répondit à contre cœur : je ne ressent rien à votre égard colonel !
John se redressa, il resta quelles que secondes sans voix : bien ! Il se dirigea vers la porte, Dr Weir ! Puis il partit, sur la passerelle il bouscula Matthew sans s’en excuser.

Matthew entrant dans le bureau : Eliza ?
Elizabeth frotta ses yeux et se retourna vers son frère : Matthew, tu as besoin de quelque chose ?
Matthew : ça va ? S’inquiéta-t-il, tu as pleuré ?
Elizabeth : ça va, essayant de changer de sujet, tu as besoin de quelque chose ?
Matthew : Elizabeth, tu sais que tu peut tout me dire ?! Insista-t-il
Elizabeth : excuse moi mais je n’ai pas envie d’en parler, j’ai juste besoin d’être seule et de réfléchir ! Alors à moins que tu ais besoin de quelque chose, je te demande de me laisser !

Matthew n’insista pas plus. Il savait que tant qu’elle serait dans cet état, il ne pourrait rien savoir.
Les jours et les semaines s’écroulèrent. James et Matthew se faisaient peu à peu à leurs nouvelles vies. Il arrivait même qu’ils ne se perdaient plus dans cette cité qui leur semblée immense. Ils firent connaissance avec les Athosiens qui vivaient sur le continent, l’un et l’autre apprirent l’art du combat avec Teyla et quelquefois avec Ronon, mais c’était plus rare car Ronon est trop « violent » ! C’est ainsi que le décrivait Sheppard.
James et Matthew furent tout deux ajoutés à l’équipe de John, le temps pour eux de voir comment se passaient les explorations, mais aussi le temps de bien connaître leurs adversaires, en outre les Wraiths mais aussi les Geniis.
Cinq semaines exactement c’étaient écroulées depuis cette fameuse nuit et la dispute qui s’en suivi entre John et Elizabeth, tout deux étaient toujours en froid. Dés qu’ils s’apercevaient l’un et l’autre, ils s’enfuyaient, et si ils étaient obligés de se parler, ils se disaient le strict nécessaire, ni plus ni moins. Ils s’évitaient le plus possible, et quand ils étaient ensemble il y avait toujours une troisième personne, afin de ne jamais se retrouver seul, sûrement pour éviter de parler de cette histoire.
Ce froid entre les deux leaders, infecta toute l’ambiance de la citée. Tout le monde se disputait plus facilement, alors qu’en temps normal, ils auraient essayés de trouver un terrain d’entente, aujourd’hui ils s’engueulaient jusqu’à ce que l’un d’entre eux ne lâche prise, et avoue qu’il avait tord.
Ce matin là l’équipe de John était en mission pour la matinée, et une partie de l’après-midi.
Aux environs de 13h30, le Dr Carson Beckett demanda à voir Elizabeth le plus rapidement possible, elle le retrouva 15 minutes plus tard à l’infirmerie.

Elizabeth : alors qu’avez-vous de si urgent à me montrer ? Questionna-t-elle en s’asseyant au bord d’un lit
Carson lui tendit un papier : voilà, je pense que c’est urgent !
Elizabeth lu le papier : ce n’est pas possible ! Il doit y avoir une erreur ! répondit-elle incrédule
Carson : Elizabeth j’ai refais les tests 5 fois de suite ! Il n’y à aucun doute ! Et pas d’erreur non plus ! Affirma-t-il
Elizabeth : vous êtes sûr ? Insista-t-elle
Carson affirma : à 100 % !

La radio : Dr Weir l’équipe du colonel vient de rentrer !
Elizabeth à sa radio : merci, j’arrive ! Elle se leva du lit, plia le papier et le mit dans sa poche
Carson : Dr Weir, elle se retourna, nous devons en parler !
Elizabeth : écoutez pour l’instant je n’ai pas le temps et puis ça reste entre nous n’est-ce pas ?
Carson : oui mais vous ne pourrez pas nier la situation bien longtemps !
Elizabeth : on improvisera à ce moment là ! Puis elle partit rejoindre l’équipe de John
Carson soupira : je m’attendais à cette réaction ! Se dit-il à lui-même

Elizabeth arriva en salle d’embarquement : vous rentrez tôt ! Remarqua-t-elle
John sèchement : il n’y avait rien d’intéressant !! Il partit

Elizabeth eut un pincement au cœur en le voyant avec une si petite mine, il n’était tout simplement plus lui-même depuis cette dispute, il ne souriait plus, quelque chose c’était brisé en lui, et Elizabeth s’en voulait énormément, elle décida de lui parler pour essayer d’arranger les choses, pour qu’il puisse enfin revivre, elle le suiva à distance. Elle se stoppa net quand elle le vit parler avec Caldwell, elle n’entendit pas ce qu’ils se disaient.

À quelque mètre de là :

John : colonel ! Interpella-t-il, Caldwell se retourna, pourrais-je vous parler ? Ajouta John
Caldwell : à quel sujet ?
John : je veux rentrer sur terre ! Annonça-t-il
Caldwell fut très étonné : vous êtes bien sûr de ce que vous voulez ?
John : affirmatif !
Caldwell ne cherchant pas en l’en dissuader : bien rendez-vous demain à la première heure !
John : merci !

Elizabeth au bout du couloir où se trouvait John : colonel Sheppard ! Interpella-t-elle
John à Caldwell : colonel je dois vous laisser ! J’ai des cartons à faire ! John partit en direction de ces quartiers sans tenir compte d’Elizabeth
Elizabeth qui à présent marcher d’un pas soutenue dans sa direction : colonel ! Je vous ordonne de vous arrêter !! Lança-t-elle à travers ce long couloir
John s’arrêta, se retourna, quand le Dr Weir fut à sa hauteur il lui lança un regard noir : Eh bien que voulez-vous Dr Weir ?!!
Elizabeth : nous devons discuter ! C’est important !
John : vous m’excuserez Dr Weir, mais je n’ai pas le temps !
Elizabeth saisissant le bras de son interlocuteur, lui dis bas : John je dois te parler c’est important ! S’il te plaît ?! Le supplia-t-elle
John se dégageant d’Elizabeth, et bas : il n’est pas question que je discute avec toi, surtout si c’est pour t’entendre me dire que nous deux c’est une erreur ou que tu ne ressens rien pour moi ! Non Lizzie, non, je ne veux pas ! Il partit laissant Elizabeth sans voix

Elizabeth esseya tant bien que mal d’empêcher ces larmes de couler mais elle ne pût en retenir une qui roula sur sa joue. Elle se dépêcha de l’essuyait, et se précipita dans son bureau, elle ferma la porte sur Matthew

Matthew : hé Liz ! Fait attention ! Tu as failli m’écraser les doigts ! Liz se retourna, il vit ces yeux rouges, hé qu’est-ce qui ne va pas ma petite Eliza ? Demanda-t-il inquiet, il ferma la porte.
Elizabeth : il n’y a rien qui va ! répondit-elle en laissant échapper toutes les larmes qu’elle retenait
Matthew : c’est à cause de lui ? Qu’est-ce qu’il t’a fait ?
Elizabeth : « de lui » ?
Matthew : je ne suis pas ton frère pour rien ! Je vois bien ce qui se passe ! Et je te connais ! Alors raconte moi !

Elizabeth s’asseya sur la chaise et il en fit de même. Elle lui raconta toute l’histoire, ce qui lui fit du bien, savoir que maintenant quelqu’un partageait son secret lui fit retrouver un minimum de moral !
Dans les quartiers de John, les cartons étaient pratiquement terminés. Il s’asseya un instant sur son lit, et écrivit une lettre. Il alla ensuite en direction de la salle d’entraînement ou il était sûr de trouver Teyla. La porte s’ouvrit sur James et l'athosienne qui s’entraînaient au corps à corps :

Teyla voyant John : colonel ? dit-elle en stoppant le combat
John : heu… pourrais-je vous parler ?
Teyla : bien sûr ! À James, vous m’excusez un instant ?
James : allez-y !

John et Teyla se retrouvèrent dans le couloir.
Teyla : je vous écoute
John : euh… voilà, je voulais que vous sachiez que travailler avec vous était un véritable honneur, et j’espère que ça durera longtemps ! Ajouta-t-il pour éviter les soupçons
Teyla un peu surprise : merci, moi aussi j’apprécie de travailler avec vous !
John évitant de s’attarder : bon je vous laisse, le colonel Saucker doit vous attendre !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shaya

avatar

Nombre de messages : 88
Age : 30
Localisation : entre la terre et le ciel : dans mes rêves
Date d'inscription : 18/07/2006

MessageSujet: Re: Attention new fic shweir évidement !!!! lol(terminé)   Dim 10 Déc - 21:47

Teyla rentra dans la salle avec un air surpris, ce que John venait de lui dire lui paressait étrange.

James remarqua cette expression qu’elle avait sur le visage : quelque chose ne va pas ?
Teyla : je ne sais pas encore ! Bon reprenons ! Ils reprirent là où ils en étaient restés

John arriva dans les quartiers de Ronon

Ronon : qu’est-ce qui se passe colonel ? Demanda-t-il étonné de voir le colonel dans ces quartiers
John : euh… je ne vais pas y aller par quatre chemins ! Je vous demande de prendre soin de Teyla, je sais que vous tenez à elle…
Ronon : quoi ? Coupa-t-il
John : laissez moi finir ! Donc je sais que vous tenez à elle et moi aussi. Pour moi elle est la petite sœur que je n’ai jamais eut, et je ne voudrais pas qu’il lui arrive quoi que ce soit, c’est compris ?!
Ronon : je veux bien mais…
John : pas d’autres questions ! C’est tout ce que je vous demande, vous pourrez le faire ?
Ronon : oui, dit-il en fronçant les sourcils

John partit retrouver la dernière personne de son équipe, il arriva dans le labo du physicien, et il ne put s’empêcher de toucher à tout, ce qui énerva Rodney

Rodney : vous avez quelque chose à me dire ou bien vous êtes ici pour m’embêter ?!
John : excusez moi mais je n’y peux rien, c’est plus fort que moi ! Il y eut un temps de latence, je voulais vous dire que…, que je vous considérais comme mon ami, même si parfois vous êtes vraiment agaçant !
Rodney : c’est bizarre, je jurerais que ce sont des adieux ! Je me trompe n’est-ce pas ?
John : oui, dit-il en rigolant, vous vous trompez, vous avez une imagination débordante !
Rodney souriant : oui je sais on me le dit souvent !
John reprenant sérieusement : je peux vous demandez une faveur en tant qu’ami ?
Rodney : laquelle ?
John : bien voilà j’aimerais que vous remettiez cette lettre au Dr Weir, dit-il en sortant une enveloppe de sa poche
Rodney : hein quoi ?
John ajouta : elle comprendra ! Vous n’avez qu’à lui donner !
Rodney : pourquoi vous ne le faite pas ?
John esquivant la question : s’il vous plaît, supplia-t-il
Rodney : bon d’accord, mais j’espère avoir des explications un jour !
John : bien sûr Rodney vous en aurez ! Lui affirma-t-il sans conviction, je vous remercie ! Bon je vous laisse travailler ! Il partit puis se souvenant d’un détails, Oh Rodney, j’allais oublier, ne lui remettez pas avant demain matin 7h55 s’il vous plaît !
Rodney ne comprenait rien : d’accord !

Entre temps Ronon était partit voir Teyla, qui se trouvait dans le couloir menant à ses quartiers

Ronon : Teyla, interpella-t-il
Teyla s’arrêta : Ronon ?
Ronon : euh, excusez moi, ma question va certainement vous semblez étrange, mais est-ce que le colonel Sheppard est venu vous voir ?
Teyla : oui, il y a environs 45 minutes pourquoi ?
Ronon : il ne vous a pas semblé ….
Teyla terminant sa phrase : étrange ?
Ronon : exactement, comme si….
Rodney arriva derrière : comme si il comptait partir ! Coupa-t-il
Teyla : quoi, mais vous n’y pensez pas ?
Rodney : si, il est venu me voir et ce qu’il disait ressemblait plus à des adieux qu’autre chose, de plus je viens de vérifier le dédale repart sur terre demain !
Teyla : il ne serait pas partit sans dire au revoir !
Rodney : vous connaissez John aussi bien que moi, donc vous devez savoir qu’il n’aime pas les adieux sur les quais ! Et puis on peut aller le voir on verra bien !

Quelques minutes plus tard dans les quartiers de John, celui-ci finissait de remplir les cartons et de ranger toutes ces affaires, la porte de sa chambre s’ouvrit, mais il n’y fit pas attention.
Rodney, Ronon et Teyla firent une mine déconfite en voyant tout ces cartons, à présent c’était sûr John quittait la cité.

Rodney outrageait : John ? John surpris se retourna, vous partez ?
John : heu.., ben oui, je rentre sur terre, annonça-t-il
Teyla : mais vous ne pouvez pas ! Colonel ?
John : laissez tomber le colonel ! Je vais rentré sur terre et démissionner, j’en ai marre de tout ça !
Rodney : mais…
John le coupa : écoutez, j’ai était très content de travailler avec vous et si c’était à refaire je redirais oui sans hésiter, mais aujourd’hui, la situation est tel que je ne peux plus rester sur Atlantis !
Rodney : c’est à cause de votre dispute avec le Dr Weir ? John fit mine de ne pas savoir de quoi il parlait, on vous a entendu à 10 Km à la ronde, c’était impossible de ne pas savoir que vous vous disputiez !
John : il y a un peu de ça ! Mais de toute manière je ne m’en fait pas pour la suite, vous avez deux autres colonels très compétents, qui seront me remplacer, et puis j’essayerais d’avoir des autorisations pour venir vous voir ou vous vous viendraient me voir sur terre ! Allez maintenant il faut que je finisse mes cartons !
Teyla s’avança et pris John dans ses bras : vous allez nous manquer John !
John : à moi aussi !

Le lendemain arriva très vite. John n’avait pas dormit de la nuit comme ces trois amis ainsi qu’Elizabeth qui avait un mauvais pressentiment. Et si elle avait su qu’il était justifié, mais elle ne se doutait pas que John allait partir, la laissant seul pour toujours, elle ne se savait pas ce que le futur lui réservait, non car si elle avait su, elle aurait certainement tentait de changer ça, mais elle était ignorante de la situation. Elle était allongée dans son lit, les mains posées sur son ventre, scrutant le plafond des yeux. Son réveil retentit, il affichait 06h30, elle se leva et alla s’habiller. Moins de 25 minutes plus tard elle sortit de sa chambre et se dirigea vers son bureau, où comme tous les matins elle s’installa et relue des rapports de mission laissés pour elle.
John était au rendez-vous, Caldwell arriva quelques minutes après lui, affichant un large sourire, peut-être était-il content que John libère le champ ? Il monta sur le vaisseau rapidement, pressé de déposer John sur terre ! John se tourna une dernière fois vers cette cité qu’il avait baptisé « son foyer », avant de monter à son tour sur la passerelle :

Teyla arriva en courant : John ?! Cria-t-elle, John se retourna, attendez !! Elle arriva prés de lui, battez-vous, ne la laissez pas vous échapper !!
John : c’est trop tard pour ça ! Elle est déjà très loin de moi !
Teyla : alors courrez et rattrapez-là !
John : je t’admire tu sait ! Mais je n’ai plus de force, je suis fatigué de tout ça !
Teyla : alors tu part ? Tu laisses tomber ?
John : elle a était très claire, et je pense que partir et la seul façon pour moi de vraiment l’oublier !
Teyla : je …, commença-t-elle le regard triste
John essayant de la rassurer : on se reverra vite je te le promet ! dit-il en lui replaçant une mèche derrière l’oreille
Teyla : je suis vraiment désolé que tu t'en aille, si on m'avait dit, il y a deux ans que je rencontrerais un homme comme toi…, tu va vraiment ma manquer John ! Elizabeth ne devait pas mesurer la chance qu'elle avait…

Caldwell : Colonel ? Nous devons y aller !!
John à Teyla : à bientôt ! dit-il en montant à bord

Teyla seul : je l'espère John !

Il était 7h55, comme promit Rodney remit la lettre au Dr Weir
Elizabeth était dans son bureau, elle tapait des rapports
Rodney frappa à la porte qui était ouverte, il entra au bord du bureau :

Elizabeth surprise : Rodney ? Vous en faite une tête ! Quelque chose ne va pas ?
Rodney : tenez, dit-il en tendant la lettre à Elizabeth qui le regarda bizarrement, John m’a demandé de vous remettre cette lettre et c’est ce que je fais !
Elizabeth saisissant l’enveloppe : merci !
Rodney partit laissant Elizabeth seul.
Elle ouvrit la lettre et lu ces quelque lignes écrit de la main de l’homme qu’elle aimait, on pouvait y lire :

Je ne vais pas t’écrire un roman, ça ne servirait pas à grand-chose !
Tu as était très claire concernant ce qui c’est passé, et ne t’inquiète pas je ne t’en reparlerais plus jamais ! Mais au fond j’aurai tellement aimé que tu changes d’avis, mais ça y est je me suis fait à l’idée que plus jamais nous ne partagerons de nuit, que plus jamais je ne t’entendrais prononcer mon prénom, et que plus jamais je ne te verrais ! Je t’ai aimé, longtemps et je crois même que je t’aime encore, mais je te l’ai dit je ne te reparlerais plus de tout ça ! Non, car tu vois au moment où tu lit cette lettre, moi je m’envole vers une autre galaxie !
John



A la fin de sa lecture elle laissa tomber la lettre sur le bureau et couru vers le dédale, mais quand elle arriva, celui-ci venait de décoller, et elle savait que même si elle lui ordonnait de réattérir, il n’en ferait rien, elle le laissa partir, sans rien dire.
A ce moment précis son cœur se déchira, elle voulu crier, hurler mais elle se retint.
Elle retourna dans son bureau sans rien faire, elle ne pleura pas, elle était vider de toutes émotions, comme si en partant John avait emporté ces sentiments, comme si on lui avait retiré son âme pour la punir, elle s’asseya à son bureau et pris le lettre dans ses mains, qui tremblaient, elle relu cette lettre une centaine de fois, c’était la seul chose qu’il lui avait laissé.


A suivre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shaya

avatar

Nombre de messages : 88
Age : 30
Localisation : entre la terre et le ciel : dans mes rêves
Date d'inscription : 18/07/2006

MessageSujet: Re: Attention new fic shweir évidement !!!! lol(terminé)   Jeu 14 Déc - 23:28

Matthew entra dans le bureau : Teyla m’a dit pour John, je suis désolé ! Voyant le papier qu’elle tenait dans ses mains, c’est quoi ?
Elizabeth : tout ce qu’il m’a laissé !
Matthew : je peux ? Demanda-t-il en tendant la main pour qu’elle lui remette l’enveloppe, Elizabeth lui donna le lettre qu’il lu attentivement, oh Liz, dit-il profondément désoler
Elizabeth réalisant la situation : il est partit Matthew, il est partit et je ne le reverrais plus, mais sans lui ma vie n’a plus aucun sens !
Matthew s’approcha de Liz et la pris dans ses bras : ne dit pas ça ! A présent il faut que tu penses au bébé !
Elizabeth : je n’ai même pas eut le temps de lui annoncer ! Laissant sa peine s’évacuer, elle se mit à pleurer, Il va être père et ne le saura jamais ! Elle cogna doucement sa tête sur le torse de son frère, mais bon sang si je lui avais dit ce que j’avais là tout au fond peut-être qu’il serait resté ! Et on élèverait ensemble notre enfant, mais à cause de mes peurs, cette enfant grandira sans son père !
Matthew : cesse de te culpabiliser, ça ne le ferra pas revenir, et ce n’est pas bon pour l’enfant !

A peine 30 minutes venaient de s’écrouler que des hommes armés firent irruption dans le bureau du Dr Weir, celle-ci était dans les bras de son frère.
En entendant les armes pointées dans son dos, Matthew ne bougea pas, il garda Liz dans ses bras et lui glissa à l’oreille : fais ce que je te dis, ok ? Ne dit pas un mot, je vais te pousser et tu iras sous ton bureau ! Tu es prête ? Elizabeth se racla la gorge signe qu’elle avait compris, MAINTENANT ! Cria-t-il, Elizabeth se coucha sous son bureau comme son frère le lui avait demandé, lui se battu et mit les deux hommes K.O non sans mal. Après que les hommes furent mit par terre, il les ligota, il prit Elizabeth par la main, est-ce que ça va ? Demanda-t-il
Elizabeth se releva : oui ! Elle passa devant son frère et l’entraîna, il faut trouver McKay, envoyer un message au dédale et bloquer la porte des étoiles, vite !

Quelques minutes plus tard dans le bureau du Dr McKay
Elizabeth entra : Rodney, chuchota-t-elle
Rodney reconnaissant la voix se leva de dessous son bureau : ah, c’est vous j’ai eu peur que ce soit…, c’est qui d’ailleurs ?
Elizabeth : je n’en ai aucune idée, et nous n’avons pas le temps de tergiverser à ce sujet ! Nous devons prévenir le dédale !
Rodney : hum, acquiesça-t-il, allons-y !
Matthew faiblement : je ne viendrais pas avec vous !
Elizabeth vit le sang sur le tee-shirt de son frère : mais tu es blessé ?! Dit-elle en le soutenant sur son épaule, Rodney aidez moi, il prit Matthew de l’autre côté, et le cachèrent derrière le bureau du physicien
Matthew voyant l’hésitation de Liz : vas-y ! Dépêchez-vous ! Moi je ne bouge pas ! Faites attention à elle ! Ordonna-t-il à McKay

10 minutes plus tard à bord du dédale, John était debout à côté de Caldwell

L’officier : colonel, nous recevons un message !
Caldwell : allez-y !
L’officier : c’est Atlantis, mon colonel, ils sont attaqués et demande notre aide !
Caldwell : nous n’en ferons rien !!
John : quoi ?! À l’officier, faites demi-tour ! Ordonna-t-il, l’officier hésita, c’est un ordre ! Ajouta-t-il
Caldwell : c’est moi qui commandes le dédale, colonel !
John répondit du tac-o-tac : mais visiblement vous avez perdu l’esprit ! Vous n’êtes plus en mesure d’assumer vos fonctions !! Caldwell se leva, John dégaina son arme et le mit en joue, Caldwell fit de même, lâcher votre arme, somma-t-il, et aux deux officiers juste derrière Caldwell il ordonna, arrêtez-le et enfermez-le, les officiers regardaient la scène sans savoir à qui ils devaient obéir, puis ils jugèrent que Sheppard avait raison et ils arrêtèrent Caldwell, faites demi-tour, ordonna-t-il une nouvelle fois, ils s’exécutèrent, quelque minutes plus tard John s’impatientait, dans combien de temps on y serra ? demanda-t-il à l’officier
L’officier : dans 30 minutes environs, colonel !
John : il n’y a pas un moyen pour aller plus vite ?
L’officier : nous sommes déjà en hyperespace !


Pendant ce temps, dans la cité, Ronon, Teyla et James essayaient de repousser l’ennemi du mieux qu’ils pouvaient. Ils arrivèrent tout trois dans une pièce de la partie non explorée de la cité, celle-ci était plutôt grande et sombre. Malgré leur P-90, ils ne pouvaient distinguer le fond de la pièce.
James se plaça à côté de Teyla, quand à Ronon il était plus en avant.
Ronon vit une ombre passer : couchez-vous ! Hurla-t-il en tirant sur l’homme, le tir atteignit sa cible, mais pas assez vite. L’homme avait eut le temps de tirer, et la balle se dirigeait sur Teyla. Ronon se retourna inquiet, il vit Teyla assise par terre, James était allongé sur elle, on pouvait voir du sang sur les mains de la jeune femme, James l’avait protégé, il avait prit la balle à sa place.


Quelques minutes plus tard, le dédale se posa, John établissa un plan d’attaque si on peut dire comme ça, il dit aux soldats à sa disposition : tirer à vu ! Compris ? Les soldats acquiescèrent, et partirent tous dans des directions différentes.


Dans la salle de contrôle McKay était en train de bloquer la porte des étoiles, lorsque sans le voir arriver il reçu un violent coup sur la tête, Rodney tomba au sol ce qui fit sursauter le Dr Weir, l’homme pointa ensuite son arme sur Elizabeth.

Elizabeth : Kolya ! J’aurais dû me douter que c’était une attaque des Genii !
Koyla : ravie de vous revoir Dr Weir !
Elizabeth : qu’est-ce que vous voulez ?
Koyla : je viens finir ce que j’avais commencé, et cette fois si personne ne viendra vous sauver ! Il pointa son arme sur elle, adieu Dr Weir ! Dit-il en tirant
John se jeta devant Elizabeth et tira avec son 9 millimètres, il toucha Kolya en plein cœur, puis tomba lourdement au sol, il se releva.
Elizabeth le serra dans ses bras : John ! fit-elle soulagée, oh oui elle était soulagé de le voir, elle pensait déjà à tout lui dire ce qu’elle ressentait vraiment et pour leur enfant aussi. Elle sentit quelque chose sur ses doigts, elle se détacha de lui et regarda sa main droite pleine de sang, John tu es touché ? Demanda-t-elle inquiète
John s’écroula au sol : oui
Elizabeth soutenant John, tomba avec lui : John ?! À sa radio, Carson, venez vite en salle de contrôle, j’ai…, John est blessé, vite !! Elle pleura
Carson (voix off) : j’arrive Elizabeth !
John : ne pleure pas ! dit-il en lui caressant la joue
Elizabeth : ne nous laisse pas ! Pas encore, pas une seconde fois ! On a besoin de toi, tu m’entends ?! Je t’interdit de mourir ! dit-elle en essayant de se contenir
Carson arriva en courant, il vit ces deux amis par terre (ou plutôt trois car Rodney était toujours sonné), Kolya lui aussi était étendu mort
John : je t’aime Li… ! Dit-il dans un dernier souffle, ces yeux se fermèrent et la main qui était sur la joue d’Elizabeth s’écrasa au sol
Elizabeth pleura : JOHN ! Hurla-t-elle, en penchant la tête sur son torse

Rodney se réveilla et quand il vit la scène, il ne dit mots, sans s’en rendre compte une larme roula sur sa joue. Carson était debout à côté de lui, il se sentit impuissant face à la situation.

Une semaine plus tard, eurent lieu des funérailles digne d’un Héros. Elizabeth était en sanglots et Teyla elle n’en était pas loin mais elle essayait de contenir ses émotions.
Après la cérémonie les deux femmes se retrouvèrent dans le bureau de la première.
Elizabeth tentait de se calmer mais avait du mal à y parvenir, elle s’asseya, Teyla en fit de même :

Teyla : ces dernières paroles furent pour vous, lui dit-elle pour essayer de réconforter son amie, James voulait que vous sachiez, que vous étiez plus qu’une amie pour lui, vous étiez la sœur qu’il n’avait jamais eut, ajouta-t-elle
Elizabeth essuyant ses yeux : Merci Teyla !
Teyla : je vais vous laissez, j’aimerais aller voir le colo…, John, se reprit-elle
Elizabeth : bien sûr ! Allez-y ! Teyla se leva et partit, Liz s’installa un peu mieux dans sa chaise, et s’endormit sans s’en rendre compte.

Elle se réveilla ¾ d’heure plus tard. Il était 15h45 à sa montre, elle se rendit à l’infirmerie pour voir comment aller le colonel John Sheppard. Quand elle arriva elle vit Ronon, Teyla et Rodney et ils n’avaient pas bonne mine puis elle regarda en direction du lit de John, où Carson était. Il avait les palettes entre les mains et disait « charger à 300 » « reculez » puis il posait les palettes sur le torse de John et celui-ci s'éleva puis retomba sur le lit, on entendit ensuite ce « biiiiiippp » que faisait le moniteur. Carson ne réitéra pas son action, il reposa les palettes sur la machine, puis prononça les paroles fatidiques « heure de la mort 15 heures 49 minutes », l’infirmière releva le drap jusqu'à cacher le corps totalement.
Elizabeth était devant la porte et avait suivi toute la scène, elle sentit son corps se glacer, elle ne pouvait plus bouger, ses yeux fixaient se drap blanc et les formes qu’il prenait sur le corps de John, Carson se tourna brièvement et vu le Dr Weir, il avait les yeux si triste, charger d’émotions négatives, il en voulait à John d’être partit, il pensait qu’il était invulnérable, John avait survécu à un tas de chose, mais là il ne s’était même pas battu pour survivre, et c’est cela que tout le monde lui reprochaient, il s’était laisser mourir, puis Carson s’en voulais de ne pas avoir pu faire plus, il pensa même que si c’était lui qui était mort se serait moins grave que John, pour lui il était indispensable au fonctionnement de la cité.
Carson s’inquiéta soudainement de la réaction d’Elizabeth, elle était là et ne bougeait pas, ses yeux toujours fixaient sur ce draps, comme si elle espérait que se n’était qu’une hallucination, que John allait s’asseoir et sourire comme il le faisait souvent, aucune larme ne fit apparition, elle resta ainsi quelques minutes. C’est Teyla qui lui fit comprendre que se n’était ni un rêve ni une hallucination, que c’était bien la réalité, l’homme qu’elle croyait immortel venait de mourir devant elle.

Plusieurs jours passèrent et Elizabeth inquiétait tout le monde, elle n’avait toujours pas pleurait la mort de cette être si chère à ses yeux, elle paraissait ne pas se rendre compte que John ne reviendrait plus, qu’elle ne le reverrait plus ! Elle faisait comme si il était partit et qu’il pourrait revenir du jour au lendemain.
Elle était dans son bureau comme tout les jours, sauf qu’aujourd’hui elle ne se sentait pas très bien. Elle avait des douleurs dans le bas du ventre, elles s’accentuèrent jusqu’à la faire se tordre de douleurs. Elle hurla si fort que Grodin accoura dans son bureau, il la vit par terre les deux mains sur le ventre. Il appela Carson qui deux minutes plus tard était à son tour dans le bureau.

Une demi heure plus tard à l’infirmerie, Elizabeth était allongée, ses yeux se fermèrent 2 toutes petites secondes et se ré ouvrèrent. Matthew était à côté d’elle, et lui tenait la main.
Carson s’approcha il avait cette expression sur le visage, la même que lorsque John expira son dernier souffle, à cet instant Elizabeth savait, elle savait qu’elle avait perdu la dernière chose que John lui avait laissé, et comme pour John elle ne pleura pas, elle mit ce qu’elle ressentait tout au fond d’un tiroir dans son cœur, et l’enferma à double tour, en espérant ne jamais le rouvrir.
Carson était désespéré, d’abord la mort de John et aujourd’hui la perte de son enfant, Elizabeth ne laissait rien paraître, mais il savait qu’un jour ou l’autres tout ce qu’elle essayait de cacher referait surface, tout ce qu’il espérait c’est que ce jour là elle ne ferait pas de bêtises.

Un peu plus de deux mois passèrent, et ce n’était pas de tout repos pour l’équipe du défunt colonel Sheppard, Matthew avait été mis à la tête de cette équipe et il pouvait en être fier car c’était la meilleure.
Un jour alors qu’ils revenaient de mission, l’équipe du jumper one était dans le bureau du Dr Weir.
Ce jour là Elizabeth était d’une humeur massacrante, déjà depuis la mort de John il fallait la supporter, elle était sans cesse en train de rouspéter par-ci par-là pour des broutilles, le peu qu’on lui faisait une remarque celle-ci se mettait à hurler, et à punir quiconque la contrarier, mais ce jour là c’était encor pire que toute les autres fois.
L’équipe savait dors et déjà qu’elle leur hurlerait dessus, mais ils savaient aussi tout les quatre qu’ils devaient se présenter devant elle, sinon se serait vraiment signer leur réaffectation à des travaux non appropriés à leurs compétences, ils s’avancèrent l’uns derrières l’autres dans le bureau.
Elizabeth était assise, et attendait le débriefing. Il commença, mais fut très court, car l’équipe n’avait rien trouvée sur cette planète, alors qu’au départ ils y étaient allés car il devait y avoir un EPPZ, mais rien !
Elizabeth se mit en colère et les traita d’incapables, elle leur jeta à la figure que si ils ne l’avaient pas trouvés, c’était parce qu’ils n’avaient pas cherchés, et qu’ils devaient y retournés tout de suites. Rodney essaya en vain de la convaincre qu’ils avaient passé plus de 10h à chercher quelque chose qu’ils ne trouveraient jamais, et qu’il n’était pas question de retourner sur cette planète aussi accueillante soit-elle ! Mais elle ne l’écoutait pas !
Il s’énerva donc et laissa échapper toute sa colère : écoutez, j’en ai plus que raz-le-bol !...
Teyla essaya de dissuader Rodney d’aller plus loin dans ses propos : Rodney ?!
Rodney : non Teyla, ça suffit ! J’en ai marre de supporter votre caractère, lança-t-il à Elizabeth, je comprends ce que vous ressentez ! À nous aussi il nous manque, mais nous, on ne vous le fait pas savoir ! On n’est pas d’une humeur massacrante tous les jours ! Rodney se calma et poursuiva, et encore heureux parce que…
Elizabeth le coupa : ASSEZ !! Hurla-t-elle en se levant de colère, DEHORS, Matthew objecta, J’AI DIT TOUT LE MONDE DEHORS !! Hurla-t-elle une nouvelle fois, en montrant la porte du doigt, ils s’exécutèrent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shaya

avatar

Nombre de messages : 88
Age : 30
Localisation : entre la terre et le ciel : dans mes rêves
Date d'inscription : 18/07/2006

MessageSujet: Re: Attention new fic shweir évidement !!!! lol(terminé)   Jeu 14 Déc - 23:29

Teyla à Rodney : vous êtes content de vous ?!
Rodney : il fallait qu’elle sache !
Matthew : vous auriez pu choisir un autre jour !
Rodney : mais…
Matthew : cela fait trois mois jour pour jour qu’il nous a quitté !
Rodney : je… je ne savais pas
Matthew : et bien vous auriez dû ! Puis il partit laissant Rodney culpabiliser

Dans son bureau Elizabeth repensa à tout ce qui lui était arrivée ces derniers mois, d’abord elle avait passée la nuit avec John, puis elle l’avait rejetée, ensuite tout dérapa, John ne souriait plus, ne lui parlait plus, il décida même de partir mais il revint pour sauver Atlantis et pourquoi pour finalement mourir presque dans ses bras, et elle ne cessait de se répéter que tout était de sa faute, que si elle lui avait tout dit, si elle ne l’avait pas refoulée, il serait encore en vie, certainement dans son bureau à lui dire qu’elle travaillait trop et qu’elle devrait penser un peu à elle, à lui faire ce sourire qui lui donnait tout son charme. Elle ouvrit le tiroir gauche de son bureau et en sortit une enveloppe de la quelle elle ouvrit la lettre que John lui avait écrite avant de partir, elle fixa chaque mots, chaque phrases, elle la relu et la relu encore ! Et encore !
Les larmes qu’elle avait tant redouté se précipitèrent sur ces joues, en quelles que secondes ses yeux furent tremper, et ces joues pleines de sanglots, dans ses pleurs elle articula quelles que phrases, elle disait « pourquoi est-tu partit ?... Pourquoi m’a tu laissé seul ?... Tu me manques tellement !... J’aimerais que tu sois là, que tu me prennes dans tes bras !... J’avais besoin de toi ! » Elle caressa du bout des doigts la lettre qu’elle tenait puis prit dans ce même tiroir des médicaments que Beckett lui avait prescrit, et avala la boîte entière, elle prit ensuite un bout de papier et écrivit juste un mots qui résumé tout :

« Adieu »

Elle sentit son corps se vider de toute vie, ses mains devinrent lourdes comme sa tête, toutes trois se relâchèrent totalement, les deux premières se suspendirent à quelques centimètres du sol et la troisième vint se cogner contre l’arrière de sa chaise, ses yeux se fermèrent doucement et son cœur cessa de battre petit à petit. Tum-tum… tum… tu……, fit son cœur, il venait de s’arrêter. Le long chemin vers la paix commençait, et elle espérait y retrouver John.


A suivre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shaya

avatar

Nombre de messages : 88
Age : 30
Localisation : entre la terre et le ciel : dans mes rêves
Date d'inscription : 18/07/2006

MessageSujet: Re: Attention new fic shweir évidement !!!! lol(terminé)   Mer 20 Déc - 20:41

Elizabeth se réveilla en sursaut dans son bureau, la porte était fermée et les rideaux tiraient.
Elle soufflât : fff… ce n’était qu’un cauchemar, elle mit sa tête en arrière et passa ses main dessus comme pour effacer tout ce qu’elle venait de voir

Une voix la fit se redresser très vite : se pourrait être ton futur ! Disait-elle
Elizabeth vit se dessiner dans le fond de son bureau un flots de lumières très blanche, elle put y décerner un visage familier : James, mais…
James : j’ai fait mon ascension
Elizabeth bafouilla : mais tu ne devrais pas être là
James : ne t’inquiète pas tu est encore entrain de rêver, cela me permet de pouvoir te dire ce qu’il faut que tu sache pour éviter ce que tu viens de voir
Elizabeth un peu perdu : qu’est-ce que je dois savoir ?
James : tu dois sauver l’homme que tu désire tant , si tu le fais alors ce que tu viens de voir ne serra qu’un mauvais souvenir dont tu rigoleras, mais si par malchance tu n’y arrivait pas l’issu de cette histoire serait fatal !
Elizabeth : comment pourrais-je le sauver ?
James : malheureusement tu doit trouver la solution toute seul, je n’ai pas le droit de te le dire ! Liz sauve le !! Ou tu mourras !!

Elizabeth se réveilla dans son bureau, elle vérifia l’heure de sa montre, elle indiquait 15heures 15 minutes, il lui restait donc 30 minutes pour trouver la solution.
Elle se précipita à l’infirmerie.

Elizabeth s’approcha du lit de John : comment va-t-il ?
Carson fit cette expression qu’Elizabeth connaissait bien maintenant pour l’avoir vu a deux reprise dans son rêv… cauchemar : Elizabeth, je suis désolé…, Elizabeth croisa ses bras sur son ventre, et le regarda inquiète, …mais il est cérébralement mort !
Elizabeth ne voulant pas se résigner : avez-vous tout essayer ?
Carson : oui ! Je suis navré !

Elizabeth pris la main de John, elle regarda dans le vide comme si la solution allait lui apparaître, et elle n’était pas si loin de la vérité, car quand une mains se posa sur son épaule et qu’elle vit Rodney elle eut une idée

Elle leur demanda : Vous avez essayé les commutateurs ?
Rodney et Carson se regardèrent puis se retournèrent vers le Dr Weir : Non !
Elizabeth : nous n’avons pas beaucoup de temps, allez les chercher ! Ordonna-t-elle à Rodney
McKay : Dr W…
Elizabeth : pas de question ! Dépêchez-vous ! (À Beckett) c’est moi qui me connecterais à lui !
Carson lui prit le bras et l’attira à l’écart, pour éviter que qui que ce soit n’entendent leur conversation et répondit aussi vite : pas question !! Pas dans votre état !!
Elizabeth : écoutez d’abord nous n’avons pas le temps de discuter ensuite tout le monde ne possède pas le gène ATA, moi je l’ai grâce à lui et je compte bien m’en servir !!
De toute manière vous n’avez pas le choix, il n’y a personne dans la cité, à l’heure ou nous parlons, qui possède le gène !
Carson : Elizabeth soyez raisonnable, vous pourriez rester des semaines allongée, ce n’est pas bon pour votre futur enfant, voyant McKay passer le bas de la porte, tenez McKay est volontaire !!
McKay surpris : volontaire pourquoi ? Il posa les commutateurs sur une table prés du lit de John
Carson : pour vous connecter à son esprit !
Elizabeth bas à Carson : il n’arrivera pas à le convaincre, vous le savez, et …., j’ai besoin de lui !
Carson bas à Elizabeth : je suis désolé, je suis médecin avant tout et je ne vous laisserai pas mettre la vie de votre enfant en péril même si c’est pour une excellente raison, ne m’obligeais pas à faire preuve d’autorité !
Elizabeth toujours bas : je suis la dirigeante, et c’est moi qui donne les ordres ! N’inversez pas les rôles !
Carson toujours bas : vous savez que je pourrais vous obliger à rester à l’infirmerie ! Elizabeth je vous en conjure ne faites pas ça !
Elizabeth ne voulant pas créer de disputes plus qu’il n’y en avais déjà, se résolu à suivre Carson : bien, et comment proposez-vous de le convaincre ?
Carson baissa la tête, Rodney commençait à s’impatienter : euh…, si bien sûr mon avis vous intéresse, je suis d’accord, mais bon j’ai comme l’impression que l’on se fiche de mon avis comme de ma présence !!
Carson : on arrive Rodney, (bas à Elizabeth), une lettre, si vous lui écriviez une lettre que Rodney lui remettrait, peut-être que ça marcherait !
Elizabeth : nous pouvons essayer, vous avez un papier et un crayon ?
Carson : sur le bureau là, dit-il en indiquant un bureau juste à côté d’eux, puis il la laissa écrire sa lettre pendant que lui expliquais à McKay comment cela aller se passer.

Elizabeth s’approcha du lit à côté de celui de John, où était installé McKay, la lettre dans la main : tenez, dit-elle à Rodney en lui tendant la lettre replié en deux pour qu’il ne la lise pas, en espérant que vous l’aurez de l’autre côté, donnez ça à John s’il vous plaît !
Rodney : dites donc il faudrait pas que ça devienne une habitude, je ne suis pas facteur à ce que je sache ! Il prit le papier et le glissa dans sa poche
Elizabeth pris les commutateurs sur la table, ils s’activèrent sous ses doigts et sous les yeux ébahis de Rodney, elle les lui donna : bon tout est prêt ? Elle regarda sa montre, elle affichait 15h30, il ne nous reste plus beaucoup de temps, connectez-vous !

McKay se connecta et se retrouva la seconde suivantes projeté dans l’esprit de John : rrrr…, grelotta-t-il, bon sang que c’est froid, drôle d’impression ce truc !
John était assis sur son lit, il jouait un air sur sa guitare, un air plutôt triste, il se stoppa quand il entendu Rodney derrière lui, il déposa sa guitare délicatement : Rodney ?! Qu’est-ce que…
Rodney : je fais là ? Coupa-t-il
John étonné : euh… oui
Rodney fier : eh bien je suis venu vous convaincre de rentrer…
John : dans ce cas vous pouvez repartir !! Répondit-il sèchement
Rodney : vous savez très bien que c’est impossible ! Et puis j’ai quelque chose pour vous, il sortit la lettre de sa poche, tenez !
John saisissa le papier : c’est quoi ?
Rodney : de la part d’Elizabeth !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shaya

avatar

Nombre de messages : 88
Age : 30
Localisation : entre la terre et le ciel : dans mes rêves
Date d'inscription : 18/07/2006

MessageSujet: Re: Attention new fic shweir évidement !!!! lol(terminé)   Mer 20 Déc - 20:42

John déplia le papier, il s’asseya sur son lit et commença à lire, elle disait :

Je suis désolée, je ne voulais pas qu’on en arrive là, je ne voulais pas que tu partes, je ne voulais pas non plus te faire souffrir, et c’est pourtant ce que j’ai fait.
Malgré ce que tu pourrais croire, je pense toujours que la nuit qu’on a passée ensemble était une erreur, mais pas dans le sens où tu l’entends !
Je pense que c’était une erreur car maintenant je ne peux plus faire marche arrière, je ne peux plus me dire que je ne ressens rien pour toi, que tu ne représente rien à mes yeux, et quand j’essaye de m’en convaincre, il y a cette petite voix au fond de mon cœur qui me rappelle que je t’aime !
C’est idiot de te dire ça maintenant que tu es sur le point de partir à tout jamais sans aucune chance de retour ! J’espère juste qu’il n’est pas trop tard et que tu feras le bon choix !
Il y a une dernière chose que tu dois savoir avant de prendre la décision de quitter ou non cet univers, je suis enceinte ! J’attends (ton) notre enfant et j’aurai espérée qu’il ne grandisse pas sans père ! J’espère de tout cœur que tu nous reviendras !

Je t’embrasse !!
Elizabeth



Rodney s’assit à côté de John et attendit patiemment qu’il eut finit de lire, quand il le vit reposer le papier sur ses genoux il ajouta : il c’est passé une chose étrange tout à l’heure…
John relevant la tête vers Rodney : ah bon la quelle ?
Rodney : eh bien Elizabeth a activée les commutateurs, pourtant je ne me souviens pas que Beckett lui a fait une génothérapie !
John : effectivement c’est étrange ! Elizabeth ne vous a rien dit de…
Rodney se souvenant de quelque chose d’important : oh si j’allais oublier, elle m’as dit de vous dire que quand vous serrez prêt, vous n’aurez qu’à vous laisser aller !
John : ça n’a pas l’air compliqué ! répondit-il en souriant

À l’infirmerie, Elizabeth était assise sur une chaise, entre le lit de Rodney et celui de John, sa main gauche poser sur le lit du colonel, elle le fixait du regard.
Elle était la depuis…, en y réfléchissant bien elle n’avait pas quitter cette chaise durant ces trois derniers jours, elle était là… jours et nuit espérant voir les yeux de cet homme s’ouvrir, espérant qu’il ne la quitterait pas, espérant le voir se rétablir et pouvoir enfin lui dire de vive voix toutes ces choses qu’elle n’avait pas oser jusqu’à présent, pouvoir lui dire qu’elle l’aimait profondément, qu’elle ne le quitterait jamais, qu’elle serait toujours là quoi qu’il arrive, et puis aussi elle espérait pouvoir voir leur enfant grandir avec lui, oui c’est tout ce qu’elle voulait, vivre enfin sa vie avec cet homme qui aujourd’hui représentait tout pour elle.
Mais elle ne pouvait s’empêcher de penser que cet homme était certainement en train de lui échapper, qu’il la quitterait à tous jamais, qu’elle ne pourrait plus sentir son souffle dans son cou, ses bras puissant l’entourer, sa main glisser lentement sur sa peau, sa voix si charmeuses, son parfum sur ses drap ! Non !! Elle ne ressentirait plus toutes ces choses que sa présence lui faisait ressentir !
Elizabeth secoua sa tête, pour chasser ces pensées qui la faisaient tellement souffrir, elle détourna son regard vers le lit voisin, où semblait dormir paisiblement McKay. Elle le vit s’agiter et se redresser d’un coup sur son lit.

Beckett se précipita : Rodney ? Il posa ses mains sur le bras de McKay pour le calmer, Rodney ça va ?
Rodney repris son calme : j’ai connu mieux !
Beckett : est-ce que ça a fonctionné ?
Rodney : je ne sais pas !

Ronon, Teyla et Matthew venant d’être mit au courant pour Rodney, arrivèrent précipitamment.
Matthew : comment vont-ils docteur ? demanda-t-il à Carson
Carson : je dirais que…
McKay coupa son ami : pour moi ça va bien mais pour Sheppard on ne sait pas encore, il faut attendre !

Elizabeth sentit l’étreinte se resserrer autour de sa main, elle se tourna et vit la main de John qui tenait la sienne : John ! Sourit-elle
Beckett se dirigeant vers le lit du patient : alors colonel, comment vous sentez vous ?
John avec une voix un peu casser : comme si un wraith m’avait prit quelques années de vies !
Il posa sa main délicatement sur le ventre d’Elizabeth et fixa ses yeux dans les siens, un sourire se posa sur les lèvres de celle-ci, elle ne pouvait cacher sa joie, elle posa sa main par dessus celle de John.
A ce moment précis ce fut clair pour McKay, il venait de tout comprendre, quand à Ronon et Teyla disons qu’ils ne sont pas bêtes et qu’ils avaient compris bien avant ce qui se passait entre les deux dirigeant d’Atlantis, et pour Matthew lui avait était mit au courant par sa sœur !

Le médecin compris qu’ils avaient besoin d’être un peu seuls : bon vous avez besoin de repos colonel, donc tout le monde dehors ! dit-il gentiment, mais personnes ne bougeaient, ils étaient apparemment tous dans leurs pensées, allez dehors !! Répéta-t-il

Ronon se dirigea vers la porte le premier suivit de Teyla, juste avant de quitter la pièce ils se retournèrent et dirent l’un après l’autre : « heureux de vous savoir encore parmi nous colonel ! » « Je suis contente que tu t’en soit sortit ! »
John : merci
Matthew s’approcha d’Elizabeth : bienvenu parmi le monde des vivants colonel !
John fit signe de tête, il embrassa sa sœur et sorti de la pièce
Rodney se dirigea à son tour vers la porte : bon, ben reposez vous bien !
John l’interpella avant qu’il ne sorte : Rodney ?
Rodney se retourna : oui ?
John : la lettre s’il vous plaît !
Rodney s’avança : bien sûr, il tendit le papier à John
John : merci
Rodney repris aussi vite : de rien, mais la prochaine fois donnez vous vos lettre vous-même, je …
Elizabeth d’un ton moqueur : vous n’êtes pas facteur, oui Rodney ! John et Liz se mirent à rire
Rodney mécontent : oui c’est ça moquez vous !! Puis il partit

Carson referma le rideau pour leur laisser plus d’intimité.

Elizabeth riait encore quand ce que Teyla avait dit lui revint en mémoire : depuis quand Teyla te tutoie ?
John : tu es jalouse ? demande-t-il souriant
Liz : non pas du tout ! Se défendit-elle

John repris sérieusement : pourquoi tu ne me l’as pas dit ?
Liz baissa la tête : tu ne m’écoutais pas ! J’ai essayé ce jour là dans le couloir, mais tu ne m’as même pas laissé parler !
John : et … tu le savais depuis longtemps ?
Liz : je venais de l’apprendre ! (Latence) Je suis désolée John !
John : pourquoi ?
Liz : je n’aurai pas dû te laisser croire que tu ne représentait rien à mes yeux, mais je voulais me protéger.
John : te protéger de quoi ou de qui ?
Liz : on vit dans une cité et les rumeurs vont très vite ! Et …, je crois que je n’aurai pas supportée les regards, les allusions ou qu’on me dise que je fais preuve de favoritisme, et je pense que je perdrai le respect que j’ai gagné, si ça se savait !
John : approche, dit-il en l’attirant à lui, elle s’asseya sur le lit, il lui passa le bras autour de la taille et l’a fit s’allongée à ces côtés, je suis là et on surmontera ça ensemble !

Elizabeth souria, et se tourna un peu plus vers lui, elle prit sa tête entre ses mains et l’embrassa.
Le lendemain matin elle se réveilla doucement et quitta le lit de John, elle tira un peu le rideau et se retrouva face à Carson qui portait le déjeuner :

Carson : Oh, Dr Weir, je suis désolé, je ne voulais pas…
Liz : chut ! Il dort encore ! dit-elle en refermant le rideau, Carson déposa le plateau sur une table, attendez 30 minutes avant de lui déposer son déjeuner, il a besoin de se reposer !
Carson : oui bien sûr ! répondit-il en essayant de réprimer un sourire qui lui brûlait les lèvres
Liz : ce n’est pas ce que vous croyez, nous avons juste dormis !
Carson : mais je ne crois rien du tout ! Sourit-il
Liz : alors arrêtez de sourire bêtement !

Elizabeth se dirigea vers ses quartiers à fin de se changer, avant d’arriver à ces derniers, elle croisa Mckay qui se posta devant elle :

Liz : qu’y a-t-il Rodney ?
Rodney : je dois vous dire félicitation ?
Liz : je vous demande pardon ?
Rodney : ben oui vous êtes enceinte, non ?

Liz lui mit une main sur la bouche et le plaqua contre le mur

Rod : hé, mais vous êtes folle !! Hurla-t-il
Liz : chuuuuuttt !! Pour l’instant il n’y a que vous, le reste de l’équipe et Carson qui êtes au courant, et j’aimerais que ça reste ainsi ! Est-ce que vous avez compris ?
Rod : oui j’ai compris, mais vous ne pourrez pas le cacher éternellement !
Liz : je le sais bien, mais c’est moi qui déciderai de quand mettre le reste de la base au courant, et jusque là pas un mot à qui que ce soit, compris ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shaya

avatar

Nombre de messages : 88
Age : 30
Localisation : entre la terre et le ciel : dans mes rêves
Date d'inscription : 18/07/2006

MessageSujet: Re: Attention new fic shweir évidement !!!! lol(terminé)   Mer 20 Déc - 20:43

Rodney fit signe de tête, Elizabeth le lâcha et entra dans ces appartements où elle se changea, puis retourna auprès de John.
Quand Carson la vit entrer, il se dirigea vers elle :

Beckett : il dort encore !
Liz : bien, je peux prendre ça ? demanda-t-elle en désignant du doigt le plateau déjeuner
Carson : oui
Liz : merci

Elle entra, déposa le plateau sur la table de chevet, et referma le rideau. Elle s’approcha du lit et s’assit, elle se pencha doucement et embrassa tendrement son amant.
Il ouvrit les yeux :

Liz : bonjour, dit-elle en l’embrassant de nouveau
John : bonjour, répondit-il langoureusement
Liz : tu as bien dormi ?
John : oui, quand tu es là je dors très bien !
Liz se leva et rapprocha la table : j’espère que tu as faim ?
John : une faim de loup ! dit –il en se redressant, qu’est-ce qu’il y a de bon ?
Liz : tartines de beurres, café et jus d’orange !
John: hummm...

10 minutes plus tard, Beckett, tenant dans les mains un dossier entra dans la « chambre » de John

Carson : alors comment va mon patient ? demanda-t-il, il se stoppa quand il les vit s’embrasser, oh ! Pardon !
John souria : il va bien !
Beckett : je dois changer les pansements de votre blessure, mais ce n’est peut-être pas le bon moment !
John : allez-y ! Liz souriait face à la gêne du médecin
Carson : bien, Milie apportez moi le nécessaire s’il vous plait !
Milie : Oui Dr ! Elle l’apporta et ressortit aussi vite
Carson : bon voyons ça, il releva le tee-shirt de John et enleva les pansements, Liz détourna le regard, la vue du sang la mettait mal à l’aise.
John à Liz : est-ce que ça va ?

Elizabeth ne répondit pas, elle quitta la pièce précipitamment :

Carson : les nausées matinales ! Elles se calmeront d’ici 1 mois ou deux ! répondit-il devant le regard inquiet de son patient, Carson s’inquiéta à son tour quand il vit du sang sur la plaie, vous avez beaucoup bougé cette nuit ?
John : non, mais…
« J’ai due appuyer dessus » fit Elizabeth en rentrant
Beckett : il faut la laisser cicatriser !
John : vous voulez dire qu’on ne peut même pas dormir ensembles !
Beckett : il vaudrait mieux pas, mais c’est l’histoire d’une ou deux semaines tout au plus, le temps que la cicatrice soit sûre !

Deux semaines plus tard Carson l’autorisa à sortir, il devait être 20h00. Il se dirigea instinctivement vers le bureau de la dirigeante où il était sûr de la trouver, arrivé il se posta dans l’encadrement de la porte, elle pouvait sentir ses yeux posait sur elle, elle ne se trompait jamais, elle savait que s’était lui, elle souria et releva la tête :

Liz : il t’a laissé sortir ?
John s’avança : oui !
Liz : et tu peut dormir tranquillement ? Avec quelqu’un je veux dire ?
John : oui, et je peux faire plus que ça ! dit-il en lui lançant un regard très explicite, Carson m’as juste dit d’éviter les mouvements trop violents !
Liz : oh ! Sourit-elle
John : tu viens ?
Liz : j’arrive, je finis ça !
John : tu finira demain, viens ! dit-il en lui tendant la main

Elizabeth prit cette dernière, et ils se dirigèrent vers les appartements de Liz qui étaient plus proche. A cette heure les couloirs étaient déserts, tous les occupants de la cité étaient au mess entrain de dîner.
Ils entrèrent dans la chambre sombre, qui n’était éclairée que par les rayons de lunes.
John qui tenait Liz par la taille, la fit pivoter pour qu’elle soit face à lui et l’embrassa passionnément. Liz s’écarta à bout de souffle « attends », elle se sépara de ses bras, et enleva un des cristaux qui contrôlaient l’ouverture de la porte :

Liz : on ne nous dérangera pas !
John : super !

Il s’avança vers elle, reposa ses mains sur ces hanches, et ils reprirent la où ils en étaient restés. Ils s’embrassaient fougueusement, John quitta les lèvres de la jeune femme et posa celles-ci dans son cou, ses mains passèrent sous son tee-shirt. Elizabeth frissonna à ce contact, et c’est ce qu’elle éprouvait chaque fois qu’il la touchait, chaque contact la faisait frémir de joie, elle jouissait qu’il l’ai choisi elle et pas une autre. Elle saisissa une de ses mains, et l’amena sur le lit, où ils firent l’amour.
Quelles que heures plus tard, ils ne dormaient toujours pas. Ils étaient là blottit l’un contre l’autre :

Liz : je t’aime John !

Ces mots étaient sortit d’un coup sans qu’elle sache pourquoi, elle les avait pensée et la seconde d’après les avait dit à voix haute, mais au contraire de ce qu’elle aurait pu penser, cela lui fit se sentir heureuse, car elle savait qu’il partageait ce sentiment et il ne fut pas long à le confirmer :

John : moi aussi je t’aime !

Ils finirent par s’endormir enlacés l’un à l’autre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shaya

avatar

Nombre de messages : 88
Age : 30
Localisation : entre la terre et le ciel : dans mes rêves
Date d'inscription : 18/07/2006

MessageSujet: Re: Attention new fic shweir évidement !!!! lol(terminé)   Mer 20 Déc - 20:44

Au matin John se réveilla dans le lit vide, il se redressa et vit les deux grandes fenêtres menant au balcon ouvertes, il enfila un pantalon et un tee-shirt et se dirigea vers celui-ci.
Elizabeth était vêtue d’une chemise qui lui arrivait aux genoux, appuyée sur la rambarde du balcon, les yeux dans le vide, elle sentit des bras entourer sa taille et des lèvres se poser dans son cou :

John : hé, tu es réveillée depuis longtemps ?
Liz croisa ses bras sur ceux de John et se blottit un peu plus contre lui : depuis 20 minutes
John : ça n’a pas l’air d’aller ?
Liz : si ça va je réfléchissais
John : et à quoi ?
Liz se tourna et entoura la taille de John : à comment je vais annoncer, à tout Atlantis, que je suis enceinte de 2 mois !
John : tu n’es peut-être pas obligée de leur annoncer tout de suite, ne te tracasse pas, tu verra le moment viendra de lui-même !
Liz : tu as probablement raison !
John : bien sûr que j’ai raison ! dit-il souriant

Il l’embrassa sur le front et la serra contre lui. Elle se sentait si bien dans ses bras, elle avait cette impression que rien ne pourrait l’atteindre, elle se sentait en sécurité. Elle aurait voulue qu’il ne la lâche jamais. Ils restèrent ainsi plusieurs minutes, profitant du lever du soleil.

John : tu as faim ? Un p’tit dèj’ ça te dit ?

Liz pensa « œufs brouillés, café, tartines », elle lâcha John, mit la main sur sa bouche et se précipita au toilette. Elle en sortit deux minutes plus tard, et se dirigea vers l’évier, elle se passa de l’eau sur la figure. Quand elle se redressa, elle vit son reflet et celui de John dans le miroir :

John : est-ce que ça va mieux ?
Liz : tant qu’on ne me parle pas de nourriture ça va !

Les jours passèrent et les nausées s’accentuèrent, il était même arrivé qu’Elizabeth quitte un briefing en plein milieu sous les yeux ébahis de toute l’assistance. Un autre jour elle avait plantée Zelenka en pleines explications scientifiques, et il n’avait pas vraiment apprécié.
Elizabeth savait que tout le monde se posait des questions sur sa santé, mais elle ne se tracassait pas comme l’avait demandé John, elle laissait venir.
Quant à celui-ci, il était interdit de mission, ordre du médecin. Il vagabondait dans la cité toute la journée, il ne pouvait pas s’entraîner avec Teyla, et ne pouvait pas non plus rester dans le bureau de sa dirigeante, car elle avait du travail (beaucoup trop à son goût).
En dehors de leurs chambres, ils appliquaient le « vouvoiement » et les « colonel » et «Dr Weir », Elizabeth pensait qu’il valait mieux séparer la vie privée de la vie professionnelle. John n’était pas trop d’accord sur ce point, mais il avait promis que quoi qu’elle décide il la suivrait.
Un mois et trois semaines s’étaient écroulés, et en ce lundi matin le dédale devait revenir. Depuis la trahison de Caldwell, c’est Matthew qui commandait le bâtiment. Il était donc présent avec son équipage ce jour là, et c’est ce lundi particulier, que choisissait Elizabeth pour faire son annonce. Elle ordonna un rassemblement dans la salle de la porte.
Les gens s’y pressèrent, et déjà ils chuchotaient entre eux pour savoir de quoi il s’agissait. Liz était en salle de contrôle avec son frère, elle commanda au technicien d’ouvrir un canal pour que tout le monde puisse entendre ce qu’elle avait à dire. Tout fut prêt, elle commença, elle s’avança vers le balcon pour voir l’assemblée :

« Votre attention s’il vous plaît !! (Le silence se fit observer au premier mot prononcé)
Je sais que vous vous posez des questions concernant mon état de santé, mais je peux vous rassurer, je vais bien ! Je ne suis pas malade, comme certain d’entre vous le pense, non je…je suis enceinte ! (Elle observa les réactions des gens face à elle, tous firent de gros yeux d’incompréhension « comment leur dirigeante pouvait-elle être enceinte ? » voilà la question que tout le monde se posait, Elizabeth poursuivit) Vous devez vous posez des questions, comme le feraient les gens normaux, mais je ne peux pas vous répondre ! Ces questions resteront sans réponses, pour le moment en tout cas ! Je vous remercie ! »

« Jolie discours Dr Weir ! » fit un homme d’un ton sarcastique en applaudissant faussement
Elizabeth se tourna vers l’homme : Kavagnagh ?
Matthew : Eliza je doit y aller Hermiod m’attend ! Ça va aller ? Lui chuchota-t-il, Elizabeth lui fit un signe de la tête et il quitta la salle
Kavagnagh : les félicitations s’impose je crois ? Dit-il en la suivant quand elle se dirigea vers son bureau
Liz : ne vous en sentez pas obligé !
Kavagnagh : vous devriez avoir honte !! Hurla-t-il

« Il y a un problème Dr Weir » demanda John en entrant
Liz : je …
Kavagnagh : oh, voilà « Quasimodo » qui vient défendre « Esméralda » !!
John : je vous demande pardon ?
Kavagnagh : en plus il joue les innocents !! Arrêtez, tout le monde ici sait que c’est vous qui l’avez engrossée !! J’espère au moins que vous avez pris votre pied !!

John attrapa violement Kavagnagh par le col de l’uniforme et le plaqua contre le mur, cela se passa tellement vite que Liz ne pu rien faire

John : c’est quoi votre problème ?
Liz : John ! Lâche-le !!!
Kavagnagh : allez faites ce qu’elle vous dit ! Le provoqua-t-il
Liz : John, reprit-elle d’une voix calme, il n’en vaut pas la peine !

John le relâcha, néanmoins il le repoussa une dernière fois de rage sur le mur
Kavagnagh : J’espère que vous ferrez un rapport Dr Weir, il m’a agressé !
Liz : quittez Atlantis, et ne revenez plus !!
Kavagnagh : très bien, je ferrais moi-même ce rapport à vos supérieurs !! Dit-il en quittant la pièce

John voulu lui foutre un de ces coup de poing qui vous soulage, mais Elizabeth l’en dissuada. Elle se mit face à lui, ces yeux fixaient dans les siens

John : je suis désolé, je me suis laissé emporter, mais ce gars est tellement….
Liz : je comprends, mais ce n’est pas grave, je me doutais que ça allé arriver, il fallait bien que quelqu’un réagisse sur le fait que la dirigeante de cette expédition soit enceinte !!
John : hé bien, espérons qu’il n’y en ait pas d’autres !

Elle soupira, et fit un sourire timide, essayant de cacher les soucies qui n’allait pas tarder à se montrer.
Deux mois passèrent, et jusque là, ils n’avaient plus rencontrés de personnes s’opposant à leur couple, c’était même tout le contraire, John et Liz faisaient naître l’espoir dans la cité, l’espoir qu’un jour chacun vivraient en paix avec la personnes qu’ils auraient choisis.
De jour en jour, le ventre d’Elizabeth s’arrondissait, évidement 5 mois ½ de grossesse n’était pas rien. Cette après-midi là, elle se reposait dans ces quartiers, assise sur une chaise à bascules, une tasse de chocolat chaud en main, elle regardait l’océan qui recoupait le ciel à l’horizon. Trois coups furent frappés :

Liz : entrez ! Elle tourna légèrement la tête pour voir qui pénétrait sa chambre, Matthew ? Elle se leva et déposa la tasse sur la table
Matthew : hé p’tite sœur ! dit-il en la serrant dans ses bras, comment vas-tu ? Demanda-t-il en desserrant son étreinte
Liz : il bouge beaucoup ! dit-elle en posant la main sur son ventre
Matthew : Elizabeth…
Liz : c’est mauvais signe quand tu prononces mon prénom en entier ! Qu’est-ce qui se passe ?
Matthew : je dois te ramener ! Et John aussi !
Liz : ils savent que… ?
Matthew : que tu es enceinte ? Oui ! Que c’est John le père ? Ça je ne sais pas !
Liz : dans combien de temps devons-nous partir ?
Matthew : dés que vous serrez prêts !
Liz : laisse moi le temps de prévenir John et son équipe, et de faire ce qu’il faut pour la cité !
Matthew : bien sûr ! Nous vous attendons sur le dédale ! À tout à l’heure ! dit-il en quittant sa sœur

Deux heures plus tard, John avait préparé leurs sacs, il rejoignit Liz qui l’attendait sur la rampe de décollage du dédale, avec son équipe :

Matthew : on peut y aller ?
Liz : John ne devrait plus tarder !
Rodney : je suis désolé que vous deviez partir !
Liz : moi aussi Rodney !
Teyla : mais vous allez revenir ? Demanda l’athosienne qui ignorait le règlement Terrien
Face au silence d’Elizabeth, Ronon insista : Dr Weir ?
« Nous ne reviendrons peut-être pas ! » intervint John
Teyla : pourquoi, je ne comprends pas !
John : c’est un vieux règlement, mais ça n’a pas d’importance ! Ce qui compte c’est la cité, alors même si nous ne sommes plus là, il faudra continuer, et accepter certains changements !
Rodney : plus facile à dire qu’à faire !
John : je sais Rodney, mais il le faudra !

Matthew : désolé de vous interrompre, mais il faut y aller !
John : on est prêts !

John, Elizabeth et Matthew montèrent sur le bâtiment, tandis que Carson arrivait en courant.

Carson essoufflé : qu’est-ce qu’ils ont dit ?
Rodney : au revoir !
Ronon : adieu, vous voulez dire ?
Teyla : est-ce qu’on peux m’expliquer ce règlement ?
Carson : le règlement sur les relations entre collègues ? L’athosienne acquiesça, oh hé bien je n’ai pas le droit d’avoir de relations autres qu’amicales avec qui que ce soit dans cette base, comme John et Elizabeth auraient dû n’être qu’amis et rien de plus !
Ronon : cela me paraît difficile, surtout lorsque les seules personnes que vous voyez en dehors de cette base, sont des Wraiths !
Carson : ouais !

Et tandis qu’ils discutaient, le dédale se mit en route, il s’éleva lentement dans les airs et disparut dans une fenêtre hyperespace !


A suivre ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shaya

avatar

Nombre de messages : 88
Age : 30
Localisation : entre la terre et le ciel : dans mes rêves
Date d'inscription : 18/07/2006

MessageSujet: Re: Attention new fic shweir évidement !!!! lol(terminé)   Mer 27 Déc - 19:45

Le voyage se passa très bien, le dédale se mit en orbite autour de la terre et téléporta John et Liz sue la base de Cheyenne Mountain.
Cela faisait à peine une heure qu’ils étaient là et déjà ils durent repartir, un jet les attendait pour les emmener à Washington, voir le président en personne. Ils y arrivèrent en milieu d'après-midi au 1600 Pennsylvania Avenue NW à Washington DC.
Elizabeth était la première personne qu’ Henry Hayes voulait voir, un des gardes l’emmena dans l’aile Ouest où elle entra dans le bureau spacieux :

Liz : Mr le président ! Salua-t-elle
Henry : Ha Dr Weir, je vois que les rumeurs sont fondées ! Asseyez-vous ! Elle s’exécuta, le président reprit, Je suis désolé, je vous ai soutenu jusqu’à présent mais aujourd’hui je ne peux plus vous suivre ! Vous avez surpassé le règlement et je ne peux pas faire d’exception sous prétexte que je vous estime, alors vous comprendrez que je vous relève de vos fonctions !!
Liz : oui, je comprends !
Henry : j’ai une dernière question avant de vous laisser partir ?
Liz : oui ?
Henry : qui est le père ?
Liz se leva et répondit calmement : je suis désolée, mais c’est ma vie privée ! J’espère que vous comprendrez !!
Henry : Non, je ne comprends pas, non, comment une femme tel que vous, peut risquer sa carrière pour un homme ?
Liz : avez-vous déjà aimé ? Rétorqua-t-elle

On frappa à la porte.

Henry : oui ?

La porte s’ouvrit sur le colonel Sheppard, qui entra, la secrétaire referma derrière lui.

John : Mr le Président ! Salua-t-il
Le président : colonel ! répondit-il sur le même ton

Elizabeth eut une violente contraction qui la fit se tordre de douleur, John se précipita sur elle

John : Elizabeth ?!

Il la prit par le bras et la fit s’asseoir sur la chaise derrière elle, elle soufflait lentement pour essayer de calmer le bout’chou qui s’agitait comme un petit diable dans son ventre. John s’accroupit face à elle, et posa ses mains sur les genoux de la femme.

John : ça va ?
Liz : oui, ça y est, il s’est calmé !

Le président avait suivi la scène, et était sans voix devant le comportement du colonel.
Il se reprit tout de même :

Hayes : à croire que cette enfant sait que vous êtes là ! Remarqua-t-il envers John, Sheppard ne voyant pas où il voulait en venir le regarda d’un œil interrogateur, c’est vous le père, non ? Il doit le sentir ! Voyant que John ne contredisait pas ces propos, Hé bien je crois que j’ai la réponse à ma question !! Colonel vous êtes relevé de vos fonctions, jusqu’à nouvel ordre !!

Sheppard se leva et fixa le président et d’un ton sûr de lui il répondit : vous ne pouvez pas faire ça !! Elizabeth et moi sommes indispensables à la cité !! Et vous le savez !!

Hayes : vous auriez peut-être dû penser à ça avant de faire ce que vous avez fait, colonel !!

John toujours aussi sûr : personne ne pourra contrôler la cité comme le fait Elizabeth !

« John… » Fit Elizabeth qui s’était résignée

Il tourna la tête vers elle.

« Non, il a raison ! » Rétorqua une voix masculine

Les trois personnes se tournèrent vers l’intrus, John se mit droit face à l’homme

Hayes : Jack ! Lança-t-il, je me disais bien, que ce n’était pas normal de ne pas vous avoir encore vu ! Une affaire comme celle-ci … ! Il ne prit pas la peine de terminer sa phrase, Jack avait très bien compris la subtilité de sa réflexion

Jack : Bonjour à vous aussi Mr le président ! Oui moi aussi je suis ravi de vous revoir ! Repos colonel ! Ordonna-t-il à John

John se tenait à côté d’Elizabeth, lui demandant toutes les trente secondes si elle allait bien.
Ils suivaient tout de même la discussion.

Henry : alors qu’est-ce que vous venez faire de ce côté de Washington ? demanda-t-il sarcastique
Jack : hé bien je passais dans le coin et je me suis dit « tient Jack pourquoi t’irai pas dire bonjour à ton vieil ami » !
Hayes : Et maintenant que c’est fait ?
Jack : en fait, j’ai entendu que, le président baissa la tête en expirant un souffle d’agacement, vous les aviez relevé de leurs fonctions !
Henry : hé bien vous avez une bonne ouïe ! Rétorqua-t-il en relevant la tête vers le général
Général : vous faites une erreur monumentale ! Je ne voudrais pas répéter ce que le Colonel vous a dit, mais ils sont vraiment indispensable, si vous virez le Dr Weir, il sera désigné un nouveau responsable et le temps qu’il s’adapte à la situation, ça fera perdre du temps à notre expédition que les Wraiths eux ne perdront pas ! Et le colonel Sheppard possède le gène des anciens, comment on l’appelle déjà ? Questionna-t-il en se tournant vers Sheppard
John : le gène ATA mon Général !
Jack : oui c’est ça, il a le gène ATA, qui lui permet de manipuler facilement, touts les beaux joujoux que les anciens nous ont laissés !
Henry : je vous crois, mais je n’ai pas le choix, sinon …
Jack : sinon quoi ? Coupa-t-il, si nous n’avions pas le Dédale pour faire l’aller-retour, nous ne saurions même pas ce qui s’y passe ! Vous n’auriez rien pu faire ! OH, et puis vous savez que j’ai raison, alors faites ce pourquoi je suis là !
Le président : mon gouvernement …
Jack : mon gouvernement, mon gouvernement, mais bon sang c’est vous le président, non ? Faite ce qui vous semble juste ! Il adoucit sa voix, comme vous l’avez fait pour moi.

John et liz étaient restés silencieux, écoutant chaque argument avancé par le Général.
Hayes se mit dos à l’assemblée et croisa ses bras sur son torse, il fixa son regard par la fenêtre, d’où un petit jardin était visible, un couple y était installé et ils s’embrassaient.
Il souria timidement, se rappelant comment il était au début de sa relation avec sa femme.
Jack commençait à s’impatienter

Général : alors que décidez vous Mr Le Président ? Questionna-t-il en insistant sur son grade

Henry se tourna vers lui et le sonda du regard, puis le détourna vers le couple : on peut dire que vous avez une chance incroyable tout les deux, sans lui vous seriez déjà hors de ce bureau, mais cela ne change rien, le règlement c’est le règlement ! Jack s’apprêtait déjà à riposter, Economisez votre salive Général ! Je ne peux pas empêcher deux êtres de s’aimer, je n’ai pas ce pouvoir, cela dit j’ai celui de vous renvoyer à la vie civil colonel, mais je suppose que ça ne changerais rien, vous continuerez de vous aimer et peut-être même que le Dr Weir renoncerait à son poste, ce qui pour moi serait une perte importante ! Donc j’ai décidé de vous suspendre une semaine, considérez que ce sont des vacances ! Je pense que vous avez besoin de faire quelques achats … terriens !

Des sourires se dessinèrent et aussitôt il renchérit : disposez avant que je ne change d’avis !

Sheppard, Weir et O’neill se dirigèrent vers la sortie

« Oh, Jack, dites lui bonjour » Interpella le président
Jack : je n’y manquerais pas ! À bientôt !
Henry : pas trop vite quand même ! Je préfère quand vous êtes dans vos quartiers et moi dans les miens, cela évite que vous mettiez votre nez dans mes affaires ! répondit-il en lui faisant un rictus

Jack sortit et rejoignit le couple sur les marches de la maison blanche. Il était déjà 19h00.

Jack : vous savez au fond c’est un chic type et il vous adore !
Weir : je vous remercie du fond du cœur pour ce que vous avez fait !
Jack : ce n’était pas grand-chose !

« Jack » interpella une femme, elle se dirigea vers eux d’un pas rapide en montant les marches, elle arriva un peu essoufflée
Jack : Hé Sam, mais que fais-tu ici ?
Sam : je suis passé à ton bureau et on m’a dit que je te trouverais ici, il fallait que je te voie
Jack : alors qu’a dit le médecin pour tes nausées ?
Sam : que tout va bien, je t’expliquerai ! répondit-elle en se tournant vers John et Liz

Jack : Sam je te présente le colonel Sheppard, et tu connais déjà Elizabeth.
Sam : Dr, ravie de vous revoir, je voie que vous attendez un événement
Weir : oui, répondit-elle en resserrant l’étreinte autour de John
Sam : félicitation, vous en êtes à combien ?
Liz : un peu plus de 6 mois !
Sam : je suppose que mon mari est là pour vous alors…
Sheppard : oui et il nous a bien aidé
Sam : oui c’est un homme avec un grand cœur, et il adore aider !

Liz : John, nous devrions y aller !
John : nous allons vous laisser, et nous vous remercions encore pour ce que vous avez fait Général ! Il lui serra la main
Jack : prenez soin d’elle colonel !

John souria, prit la main de Liz, et laissa le couple seul.
Ils descendirent les marches, quand ils entendirent des hurlements de joie, John se tourna regardant vers le haut, il vit Jack faisant virevolter Sam dans les airs.

John : Qu’est-ce qu’ils ont ?
Liz : elle est enceinte ! répondit-elle en souriant, tu sais nausées et tout ça ?!

Il ouvrit la portière passagère, et Liz s’asseya, il referma cette dernière et se mit au volant de sa Volvo. Il l’a mit en route et roula vers New Hampshire Avenue NW.
Il s’arrêta devant le 3652, la maison de Matthew Weir.
Elizabeth ouvrit la porte, et vit deux gros sacs

Liz : Matthew? Interpella-t-elle
Matthew : Je suis là Eliza !

Elle se dirigea vers la cuisine d'où le bruit venait.
Liz : tu t'en vas ?
Matthew : oui, j'ai une mission ! Il s'avança vers l'entrée où il déposa le sac qu'il avait dans les mains à côté des autres
Liz : pour combien de temps ?
Matthew se tourna vers elle : pas plus de 6 jours normalement ! Ne t'inquiète pas je serais là pour te ramener sur Atlantis ! Sourit-il

Un klaxon de voiture se fit entendre

Matthew : je dois y aller ! Prenez soin d'elle Sheppard ! Ordonna-t-il en baisant le front de sa sœur
Sheppard : Comptez sur moi !

Matthew saisit les sacs et se tourna une dernière fois vers le couple, Je vous laisse la maison, et la voiture, faites comme chez vous ! À bientôt p'tite sœur ! Renchérit-il

Il quitta la maison, laissant le couple seul.

Liz se tourna vers John : bon, voyons ce qu'il y a à manger !

Elle marcha vers la cuisine et prépara un dîner pour deux. John lui dressa la table.
Quelles que minutes plus tard ils dégustaient le repas, dans un silence glacial. Ils étaient visiblement mal à l'aise l'un envers l'autre, sentiment peut-être dû aux circonstances dans laquelle ils se trouvaient. Pourtant sur Atlantis tout était différent, après que John soit sortit de l'infirmerie, Elizabeth profita de lui à fond, tout en restant discret, mais au fond ils vivaient presque comme un couple normal.
Elle était déterminée à briser la glace, elle posa sa fourchette sur le rebord de son assiette.

Liz : John, qu'est-ce qui ne va pas ?
John : rien, tout va bien
Liz : non, visiblement il y a quelque chose qui te tracasse, alors dit moi !
John : tout a était tellement vite, et je me demandais si tu n'avais pas de regrets !
Liz le fixa du regard : non, aucun !
John : mais regarde où ça t'a menée !
Liz : ok, alors tache d'ouvrir tes oreilles et regarde moi bien dans les yeux, jamais tu entends, jamais je ne regretterais quoi que ce soit avec toi ! Et n'importe où, où ça me mène si c'est avec toi, alors ça me va ! John je t'aime, avoua-t-elle en posant sa main sur la sienne
John lui prit la main : je t'aime moi aussi !


La semaine s'écroula, et le malaise se dissipa, le couple en profita pour acheter quelques vêtements pour leur enfant.
Oui le malaise s'était vraiment dissipé, comme si il n'avait jamais existé, un couple amoureux fou de passion l'un pour l'autre, voila ce qu'ils étaient. Et l'amour qu'ils partageaient en faisait rêver plus d'un. Les passants se retournaient vers eux et posaient un regard envieux, qui ne voudrait pas d'une relation basée sur l'amour et la confiance ?

Le sixième jours arriva et Matthew rentra, il découvrit une maison sombre et quand il alluma, une maison vide, il s'avança vers la table de salon où il aperçu un petit carton portant son prénom, il ouvrit le papier et lu à voix haute

"Désolé de ne pas être là pour ton retour,
John et moi voulions profiter de cette dernière soirée sur terre !

Je t'embrasse,
A demain,
Ta Eliza !!"


Il devait être 21h00, et Matthew était très fatigué par le voyage, il ne prit pas la peine de manger et alla dormir.

Le lendemain matin, il se réveilla doucement vers 8h00, le départ pour Atlantis était prévu pour 15h00, mais le temps de retourner au SGC, ils devraient quitter la maison vers 12h00.
Il sortit de sa chambre, et se dirigea vers la cuisine, il prépara le déjeuner tranquillement et dressa la table du petit-déjeuner. Il se servit un grand bol de café et se tartina quelques tranches de pain avec du caramel.
Une heure plus tard Elizabeth le rejoignit, elle prit la place à ces côtés.

Matthew : alors cette soirée ?
Liz : Excellente, lui répondit-elle avec une lueur dans les yeux
Matthew : je suis impressionné !
Liz : Par quoi ? demanda-t-elle en se servant un café
Matthew : par toi petite sœur ! Aussi loin que je puisse me rappelez, je ne t'ai jamais vu comme ça ! Ça doit vraiment être un homme génial !
Liz : oh mais il l'est ! Et je l'aime énormément !
Matthew : oui ça se voit !

John fit irruption dans la pièce : bonjour ! Il embrassa Liz sur la joue
Liz : bonjour !
Matthew : bonjour colonel !
John : John ! Appelez moi John !
Matthew : John ! Alors comment c'est passé votre semaine ?
Liz : bien
John : je crois même que je m'y serais fait à cette vie finalement !
Liz : ah oui ?
John : oui, si l'océan ne me manquez pas, répondit-il en souriant, et puis mon équipe aussi me manque, ce sont mes amis, nos amis, se reprit-il

3 semaines plus tard sur Atlantis :

Teyla et Ronon s'entraînaient, quand Grodin entra dans la salle, il se racla la gorge pour marquer sa présence.

A suivre …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shaya

avatar

Nombre de messages : 88
Age : 30
Localisation : entre la terre et le ciel : dans mes rêves
Date d'inscription : 18/07/2006

MessageSujet: Re: Attention new fic shweir évidement !!!! lol(terminé)   Ven 19 Jan - 13:52

Grodin: Hum hum !!

Le combat entre les deux amis cessa

Teyla : Grodin ?
Grodin: Le dédale entame son atterrissage sur la digue Est, madame !
Teyla : Bien, je vous remercie !

Teyla activa sa radio, Tandis que Grodin quitta la salle

Teyla : Rodney, vous me recevez ?
Rodney (voix off) : Oui, Teyla, qu'est-ce qu'il y a ?
Teyla : John et Elizabeth son de retour, digue Est !
Rodney (voix off) : Je vous rejoins là-bas !

Teyla désactiva sa radio

Ronon : Bon on y va ? S'impatienta-t-il
Teyla : Oui

Sur la digue Est, deux minutes plus tard, le dédale était posé et les "portes" s'ouvrirent, laissant apparaître le couple

Teyla : Bienvenue chez vous !
Liz : Merci Teyla !
John : Hé bien quel accueil, on vous a manqué, hein ?
Rodney : Oh oui énormément ! répondit-il ironique, ce qui fit sourire Ronon

Teyla : votre séjour s'est-il bien déroulé ?
Weir : Disons que …
John : Nous avons évités le pire ! Finissa-t-il

Liz : Si vous voulez bien m'excusez, j'ai besoin de repos !

John : Est-ce que ça va ? S'inquièta-t-il
Liz : Oui, ne t'inquiète pas, le voyage m'a un peu fatigué ! Souria-t-elle

Elizabeth les laissa, là devant le dédale.
John s'avança vers Teyla.

John : Dit, une petite séance d'entraînement, ça te dit ?
Teyla : Euh, Hé bien, …

Teyla pensait qu'elle était un peu fatiguée, après tout elle sortait d'une séance musclée avec le runner

John : Allez, tu ne peux pas me refuser ça ! Insista-t-il
Rodney : Hé ben, Sheppard, un mois tranquille et vous nous revenez en pleine forme !!

John ne regarda pas le physicien, non, il ne le pouvait pas, car il regardait suppliant l'athosienne, qui finit par céder à sa petite moue

Teyla : D'accord !!

***************************************************************************

Dans les couloirs de la cité, Elizabeth se dirigeait vers ses quartiers. Mais une douleur intense, l'empêcha de les atteindre, elle se plia en deux, posant une main sur le mur pour ne pas tomber, l'autre était posée dans son bas-ventre, elle poussa un cri d'angoisse

" Dr Weir, est-ce que ça va ?" Demanda un soldat qui passait

Elizabeth tenta de calmer cette atroce douleur, mais elle était si immense, que les larmes se mirent à couler sur ses joues, sans qu'elle puisse les retenir.

Liz : Non, appelez le Dr Beckett !!

Le soldat ne chercha pas d'explication et exécuta l'ordre de sa supérieure.

*************************************************************************

Dix minutes plus tard Liz était dans un lit à l'infirmerie, prête à accoucher.
Beckett s'approcha de sa patiente

Liz : Carson, c'est trop tôt, je ne suis qu'à 7 mois et demi de grossesse ! Je ne peux pas accoucher maintenant !!
Carson : Elizabeth, calmez-vous, vous risquez d'aggraver la situation !

"Liz !" Cria John haletant

Elizabeth : John !

John se tourna vers le médecin afin d'avoir le diagnostique médicale, et Carson fut rapide à l'annoncer, il ne tarderait pas en suspens car il n'en avait malheureusement pas le temps

Carson : Elizabeth fait ce qu'on appel un hématome rétro-placentaire, il poursuivit devant les regards interrogateurs, c'est-à-dire que le placenta qui vous relie au bébé se décolle prématurément !!
John : Qu'est-ce qu'il est conseillé de faire dans ce cas là ?
Carson : Un accouchement par césarienne pour atténuer les risques !

Liz : Non ! Pas de césariennes !
Carson : Elizabeth …
Liz : Non, non et non !!!!!
Carson : Très bien, se résigna le médecin

Il ordonna à l'infirmière de se tenir prête au cas où les choses se corseraient, l'infirmière acquiesça, et se prépara, le médecin lui se rapprocha du lit d'Elizabeth

Carson : Bon, vous êtes prête ? On y va !

Elizabeth fit signe de tête pour indiquer qu'elle l'était.
John lui serra la main et lui souria tendrement. Il l'aimait, c'était certain et plus rien ne pourrait lui prouver le contraire, il le sentait là au fond de son cœur, cette chaleur qu'elle avait déposée en allumant cette flamme, la flamme de l'amour et de la passion qu'il ne pourrait plus jamais éteindre, et jamais il n'avait ressentit ça, Elizabeth était la seule femme à pouvoir lui faire éprouver ces choses.

Les contractions n'étaient espacées que de quelques minutes, Carson indiqua à Elizabeth qu'il ne faudrait pas qu'elle pousse pendant les contractions, mais juste après, elle obtempéra, difficilement malgré tout.
Après des heures de travailles, on pu enfin entendre des cries de nouveau née.
John regarda Elizabeth, qui lui caressait la main de son pouce, elle lui souria, mais ce sourire était étrange, comme si elle pouvait savoir, elle n'eut pas besoin de dire ce que John lu dans ses yeux, elle l'aimait elle aussi. Elle ferma ses paupières doucement, et les appareils s'affolèrent, en même temps que John qui sentit la main de sa bien aimée se faire lourde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shaya

avatar

Nombre de messages : 88
Age : 30
Localisation : entre la terre et le ciel : dans mes rêves
Date d'inscription : 18/07/2006

MessageSujet: Re: Attention new fic shweir évidement !!!! lol(terminé)   Ven 19 Jan - 13:52

John : Qu'est ce qui ce passe ? Fit-il le regard inquiet
Carson : C'est ce que je craignais !!

Les infirmières se regroupèrent prés du médecin, attendant les ordres, qui ne furent pas long à venir

Carson : Milie, faites sortir le colonel !!
John : Non, je reste !! Protesta-t-il

Le médecin se tourna vers lui

Carson : J'ai besoin d'une pièce stérile, alors sortez, et laissez moi m'occuper d'elle !!!

"Colonel, laissez nous nous occuper du Dr Weir !" Renchérit l'infirmière

La porte de l'infirmerie coulissa, John recula d'un pas et elle se referma devant lui.

"John, comment va-t-elle ?" Questionna Matthew

John resta sans voix, et ne répondit pas, encore sous l'effet du choc.

"Colonel ?" Interrogea le Runner

Il se tourna vers ses quatre amis, et ils virent à ses traits que ça avait mal tournés. Quand il se rendit compte de ce qui ce passait, il se laissa glisser contre le mur. Teyla s'accroupit prés de lui et lui posa une main sur les genoux

Teyla : Tout va bien se passer, Beckett est un très bon médecin ! Essaya-t-elle de le rassurer

Elle s'asseya à ces côtés.

Elle lui avait sourie, mais ce sourire lui avait parut étrange comme si elle savait, mais comment ? Comment pouvait-elle savoir ? Comment lui n'avait-il pas pu prévoir ? Il l'avait sentit s'affaiblir, mais un accouchement ça n'épuise pas ? Pour le peu qu'il en savait, si !! Alors il s'était dit que ça devait être normal !! Mais déjà dans sa tête, tout la scène se repassait, chaque geste qu'elle avait fait, que le médecin avait fait, qu'il avait fait, toutes ses images se bousculaient, il essayait de comprendre comment il n'avait pas pu voir que quelques choses clochait !! Comment tout ça était possible !!!

Les cinq amis étaient assis par terre, attendant des nouvelles du médecin. Voilà une heure qu'ils attendaient, et pour John cela parut être une éternité.

La porte coulissa enfin, laissant apparaître un médecin exténué. John se releva si vite qu'il réveilla l'athosienne qui s'était assoupit sur son épaule.
Le médecin ouvrit la bouche pour parler, mais fut interrompu par son infirmière en chef qui l'interpella

"Dr !!"

Il se tourna et pénétra la salle, se dirigeant vers sa patiente, dont le lit était vide.
John et les autres l'avaient suivit, et en voyant ce qu'il se passait, ils restèrent sans voix.
Un halot de lumière blanche flottait au dessus du lit, il tourna sur lui quelques secondes avant de disparaître.

John, lui, ne prit qu'une seconde pour comprendre ce qui venait de se produire, et ce qu'il venait de comprendre c'est qu'une seconde avait suffit pour que son monde s'écroule !! De bonheur il était passé à tristesse violente, son cœur se déchira sous le choc, il cessa même de respirer normalement!! Mal, il avait mal, mal dans sa poitrine, son cœur lui faisait mal !! Les émotions s'accumulèrent, amour, tristesse, haine, culpabilité, douleurs, souffrance, toutes se mêlèrent et ce fut trop à supporter, il quitta l'infirmerie en courant, il pénétra ses quartiers, refermant la portes aussi rapidement qu'il l'avait ouvertes, la bloqua pour être seul, oui seul c'est ce qu'il était, sans Elizabeth, il n'était plus qu'un homme seul !! On lui avait enlevé l'être le plus chère à ses yeux !! Mais qu'avait-il fait pour mériter un tel sort ?

Une seconde, Une seconde avait suffit !!

***************************************************************************

Quelques semaines plus tard :

Mckay : Comment va-t-il ? Demanda-t-il en arrivant devant la chambre du militaire
Teyla : Comment voulez-vous qu'il aille ? Répliqua-t-elle sarcastique
Ronon : On ne sait pas, il est là-dedans depuis des semaines !!

"Rodney pouvez-vous ouvrir cette porte manuellement ?" Questionna le médecin qui arrivait avec une couveuse

Mckay : Oui je peux mais …
Carson : Faites le !

Matthew : Que comptez-vous faire ?
Carson : Lui faire prendre conscience qu … Le bruit de la porte qui s'ouvrait le fit s'interrompre, qu'il n'est pas seul ! Poursuivit-il, il activa son oreillette et remercia le physicien

Le médecin entra dans la pièce sombre, accompagné de la couveuse.
Il entendit des rires et une voix masculines qui disait "je vous aimes Elizabeth Weir !" puis de nouveau des rires se firent entendre. Il pénétra un peu plus la chambre et vit une masse assise sur le sol il tourna la tête vers les rires et aperçu la télé qui passait une cassette où le couple s'embrassait allongé sur un canapé.

"Que voulez vous ?" Demanda durement John

Le médecin sursauta au son de sa voix.

Carson : Colonel ! Je sais que quoi que je vous dise rien n'atténuera la douleur …
John : Je n'ais pas envie de parler de ça ! Coupa-t-il en se relevant

Carson se mit face à lui, bloquant sa route

Carson : Et pourtant il va bien falloir !!
John : Sortez !!!! Hurla-t-il

Carson : Pas question !! Protesta-t-il, Vous allez m'écouter !! Il y a dans cet incubateur, une petite fille qui se bat pour survivre !! Et ça fait un mois qu'elle lute seule, sans personne !! Et si vous voulez mon avis de la haut Elizabeth doit être déçu par votre comportement !!

John : Je vous interdis !!!
Carson repris calmement : Ecoutez, je comprends ce que vous pouvez ressentir, mais ne la laissez pas, elle a besoin de vous !! Elle a besoin de son père !!

John baissa la tête : Je ne peux pas, je n'en ai pas la force…
Carson : Si vous le pouvez ! C'est ce qu'aurait voulu Elizabeth ! Que vous continuiez !!
John secouant la tête : Pas sans elle, je ne peux pas, je … je ne peux pas !
Carson : John ! Regardez la ! C'est votre fille !

Il releva les yeux, humides, vers la petite fille. L'espace d'un instant, le silence régna dans la pièce, jusqu'à ce que la cassette se remette en route :

"John : Comment appelleront nous notre fils ?
Liz : Pourquoi pense-tu que c'est un garçon ?
John : Très bien, et si c'est une fille ?
Liz : Emie, Emie Sheppard !
John : Je vois que tu y as bien réfléchie ! Souri-t-il, Et si c'est un garçon ?
Liz : je ne sais pas ! Mais pourquoi pas … Tom ?
John : Tom Sheppard, ça sonne bien !"

John regarda à nouveau sa fille. Oui c'est ce qu'Elizabeth aurait voulu, qu'il n'abandonne pas !

John : Comment va-t-elle ? Demanda-t-il au médecin
Carson soupira : Je ne vais pas vous mentir, son état est inquiétant, mais elle continue de se battre, elle doit certainement tenir ça de vous !
John : Est-ce qu'elle peut rester ici cette nuit ?
Carson : Oui ! Je passerais la voir demain matin !

Carson se dirigea vers la sortie mais John l'interpella

John : Carson ?

Le médecin se tourna vers lui

John : Merci !

Et il quitta la chambre laissant le père et la fille seuls.
Le lendemain matin, comme promis il entra dans la chambre, il vit John assis sur son lit, regardant la fillette dormir, le médecin s'approcha et releva les constantes, le nouveau née se réveilla doucement

John : Quand sortira-t-elle de la ?
Carson : Peut-être d'ici deux semaines, si tout va bien !
John : Tu as entendu Emie, tu vas bientôt sortir !
Carson : Emie ?
John souria : Oui, Emie, c'est ce qu'avait choisie Elizabeth !
Carson : Hé bien je repasserais vous voir mademoiselle Emie !

D'abord toutes les heures, les premiers jours, Carson passa ensuite le matin et le soir voir comment se portait sa toute jeune patiente. Et le médecin ne pouvait cacher sa joie car elle allait de mieux en mieux.

Deux semaines plus tard à l'infirmerie :

Carson : Allez-y John ! Je vous promets qu'elle ne vous mordra pas !
John sourit à la remarque : Je dois avouer que j'ai un peu peur de mal m'y prendre
Carson : Prenez-là et je vous direz si vous vous y prenez bien !

John pris le nourrisson par la taille et l'approcha de lui, il la sera contre son torse, passa un bras sous ses fesses, l'autre maintenait son dos et dans un geste presque automatique il berça l'enfant.

Carson : vous vous y prenez très bien !
John : c'est merveilleux !
Carson : Maintenant asseyez-vous sur le lit …

John s'asseya au bord du lit et tourna Emie sur elle pour la faire s'asseoir sur ces genoux

Carson : … le tout c'est qu' Emie soit bien callée entre le creux de votre bras et votre corps, comme ceci !

Le médecin avait saisi un oreiller pour que ce soit plus clair

"Hé Doc., vous faite quoi avec ce coussin ?" Questionna Mckay en entrant dans l'infirmerie

Il pénétra un peu plus la pièce et vit le militaire qui portait sa fille

Mckay : hum, je comprends ! C'est vous que je voulais voir justement ! Le président voudrait vous parler !
John : Le président ? Vous n'avez qu'à lui dire que je suis occupé !
Mckay : Je ne serrais pas là si je n'avais pas déjà essayé !! Ils viennent d'apprendre que …

Mckay n'eut pas la force de finir sa phrase, la douleur était encore très présente, et elle se lisait sur le visage de John, dont le visage s'était fermé à cette simple phrase inachevée !

Mckay repris un semblant de détachement et déclara simplement : Le président veut absolument vous parler !!

John : Allons-y alors !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shaya

avatar

Nombre de messages : 88
Age : 30
Localisation : entre la terre et le ciel : dans mes rêves
Date d'inscription : 18/07/2006

MessageSujet: Re: Attention new fic shweir évidement !!!! lol(terminé)   Ven 19 Jan - 13:53

Ils quittèrent l'infirmerie laissant le médecin seul.

Quelques minutes plus tard, en salle de contrôle :

John : Monsieur le président ?
Henry : Colonel Sheppard ! Je vous présente mes condoléances !
John : Merci !
Henry : La perte du Dr Weir est une tragédie, nous somme tous très affecté par cette perte, mais nous nous devons de continuer …
John : Je suis d'accord, mais où voulez vous en venir ?
Henry : Après mainte discussion, nous avons pensé que vous étiez le mieux placé pour prendre la succession !
John : Je suis désolé, mais je dois refuser !

"Hein, quoi, non mais vous êtes fou !" Chuchota Mckay

Henry : Pardon ?
John : Vous avez bien entendu ! Je ne prendrais pas le poste ! J'ai revue mes priorités et Atlantis, les expéditions interplanétaires, ou même intergalactiques, ne font plus parties de celles-ci ! J'ai une fille et aujourd'hui il n'y a qu'elle qui compte !
Henry : Je comprends, mais réfléchissez-y ! Nous vous re-contacterons d'ici 24 heures ! Fin de communication !

Le vortex s'interrompit et tous les regards se tournèrent vers le militaire.

"Vous n'y pensais pas, hein ?" Interrogea le physicien
John : A quoi ?
Rodney : A retourner sur terre !
John : Je ne sais pas ! Je veux ce qu'il y a de mieux pour elle ! Dit-il en posant son regard sur sa fille qui lui souria
Rodney : John, les personnes de cette base comptent sur vous, ils tiennent à vous, et vous respectent ! Ne les laissez pas tomber ! Et si vous voulez mon avis …
John : Non je ne le veux pas !! Coupa-t-il en se dirigeant vers l'infirmerie

Rodney le suivit : Et bien vous l'aurez quand même ! Le président a raison, vous êtes le mieux placé pour prendre le poste !
John : Et pourquoi ?
Rodney : Question facile !! Sourit-il, Vous étiez tout le temps sur la même longueur d'onde, et quand l'un de vos avis divergeait, vous arriviez étonnement à faire revenir l'autre dans votre camp ! Et je n'ai jamais vu ... Elizabeth prendre une décision sans votre accord ! Et pour finir, je suis persuadé que vous êtes le mieux placé, car vous seriez ce que penserait Elizabeth de telles ou telles décisions !
John : ça me touche énormément, mais au cas ou vous l'auriez oublié, j'ai un enfant …
Rodney : hé bien justement, coupa-t-il, Elizabeth et vous avaient toujours vécus ensemble, sur Atlantis, pourquoi emmener Emie loin d'ici ?!
John : Je n'ais jamais dit que je rentrais sur terre !
Rodney : Mais vous n'avez pas dit le contraire !
John : Vous avez le don de devenir très vite agaçant !
Rodney : Oui, je sais, mais réfléchissez …
John : Je ne fais que ça !!
Rodney : Ce poste il est parfait, vous restez sur Atlantis, vous ne risquez plus votre vie et plus important vous avez du temps pour vous occuper de votre fille !

John : Emis semble avoir froid ! Dit-il au médecin
Carson attrapa une couverture : Donnez la moi

John déposa Emie dans la couverture que tenait le médecin et Carson l'enroula dans cette dernière et remis Emie dans les bras de son père.

Rodney : Alors que décidez vous ?
Carson : A quel sujet ?
Rodney : Le président vient de lui proposer le poste de dirigeant !
Carson : Et ?
John : Et je n'ai pas encore décidé ! Intervint-il
Rodney : Il ne veut pas m'écouter quand je lui dis qu'il est parfait pour ce poste !

"Il a raison !" Lança Matthew qui venait d'entrer

Rodney : Je sais que j'ai raison !! En plus, il resterait ici, il ne risquerait plus sa vie et n'aurait qu'à s'occuper de sa fille !
Carson : C'est vrai qu'il serrait plus présent pour cette petite Emie !
Rodney : Mais je suis sûr qu'il pense rentrer sur terre !!
Carson : Mais non il ne ferait pas ça !

John : Hé, ho !! Je suis là je vous signal !! D'autant que c'est ma décision, alors arrêtaient de parler comme si c'était vous qui alliez la prendre !! Et mettons les choses au point, je n'ai ni décidé de prendre le poste, ni de rentrer sur terre !! Ok ? Maintenant excusez moi, mais je pense qu'Emie doit avoir faim, comme moi !!

Il laissa là les trois hommes et se dirigea vers le mess, où il s'installa à une table seul.

"Je peux m'asseoir ?" Demanda Teyla
John : Si tu viens pour me parler du poste alors, Non !
Teyla : John !
John : Je plaisante !
Teyla : Néanmoins, commença-t-elle en s'asseyant, je viens te parler de ton possible retour sur terre !
John : Je ne repars pas !
Teyla : C'est vrai ?
John : Oui, Mckay avait raison sur un point, sans Atlantis je n'aurais pas connu Elizabeth et nous avons partagé notre premier baiser et bien plus encore ici, et je ne peux pas quitter cette endroit !
Teyla sourit : Hé bien je suis contente, je pensais déjà te dire adieu !
John : Et bien non !
Teyla : Et pour le président ?
John sourit : Il m'a laissé 24 heures et je comptes bien les utiliser !


24 heures plus tard, en salle de contrôle :

Hayes : Qu'avez-vous décidé ?

John regarda le technicien qui avait les yeux rivés vers lui mais il n'était pas le seul, tout le monde le sondait du regard cherchant à savoir quelle décision il avait prise. Il reporta son attention sur l'écran.


A suivre …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shaya

avatar

Nombre de messages : 88
Age : 30
Localisation : entre la terre et le ciel : dans mes rêves
Date d'inscription : 18/07/2006

MessageSujet: Re: Attention new fic shweir évidement !!!! lol(terminé)   Dim 4 Fév - 1:12

John : J'accepte !

Le soulagement se lisait dans le regard de chacun.

Hayes : Bien ! Je vous nome donc chef de l'expédition, vous prenez vos fonctions dés cet instant !
John : Entendu !
Henry : Bonne chance colonel ! Fin de communication !

Le militaire se dirigea vers ses "nouveaux" bureaux, il resta quelques secondes dans l'encadré de la porte. Il n'était pas revenu là depuis la disparition tragique de cette femme, les affaires n'avaient pas bougées, il y avait toujours ces deux cadres, l'un portait la photo de sa mère et l'autre celle du couple.
Il entra finalement et lentement s'installa sur la chaise, son esprit vagabondait au grés des souvenirs d'un passé qui semblait bien lointain à présent.

"On va pouvoir reprendre les expéditions ?" Fit le physicien en entrant dans le bureau

John reprenant ses esprit : Pardon ?

Mckay : Est-ce que ça va ?
John soupira : Je n'étais pas revenu depuis …, vous vouliez quelque chose ?
Mckay : Savoir quand on pourrait reprendre les missions !
John souria : Parce que vous êtes pressé de rencontrer à nouveau les Wraiths ?
Rodney : Non, bien sûr que non ! Mais il y a une planète que j'aimerais beaucoup visiter ! Il pourrait y avoir une arme contre les Wraiths !
John : Avant tout il faudra vous trouver un nouveau chef …
Rodney le coupa : Non, ce n'est pas utile Ro…
John : Pas de discutions, c'est le marché, vous voulez aller sur cette planète ?
Rodney : D'accord, c'est vous qui décidez !
John : Oui ! Bon on verra tout ça demain !!

Le lendemain John présenta le Major Smith à sa nouvelle équipe, le dirigeant l'avait désigné car il lui ressemblait beaucoup, forte personnalité, ne mâche pas ces mots, et surtout dit tout haut ce que tout le monde pense tout bas, c'est ce qui avait fait qu'il avait été choisi.

Il fut difficile pour lui de s'insérer dans cette petite famille qui s'était construite au fil des années, mais il parvint tout de même à se faire respecter en tant que chef d'équipe et plus les semaines passaient, plus il devenait leur ami.

John autorisa l'équipe à se rendre sur M5X375, cette planète que Mckay voulait tant visiter.
Arrivé là-bas, ils avancèrent tout en restant sur leur garde. Après plus d'une demie heure de marche, ils entrèrent dans un petit village, ils parlèrent avec le chef, mais il leur refusa l'accès aux ruines qui se trouvaient un peu plus en arrière prés des montagnes.
Plus de trois mois s'écroulèrent, et Luambia, le chef du village refusait toujours que Mckay puisse entrer dans le temple sacré des anciens.

Sur Atlantis, dans la salle de briefing :

John : Alors qu'est-ce que vous avez pus en tirer cette fois ci ?
Rodney : Rien, malheureusement, Luambia ne veut toujours pas que l'on visite les ruines !
John : Après trois mois ! Bon ça suffit ! Il y a d'autres planètes à visiter, où les gens seront certainement plus compréhensifs !!
Ronon : Il veut vous rencontrer !
John : Maintenant ? Il n'aurait pas put faire sa demande plus tôt ?
Rodney : Si cette arme existe et qu'elle peut détruire les Wraiths, nous devons tout tenter !
John : Je sais Rodney ! Nous partirons demain à 10h00 précise !!

Tous se levèrent et regagnèrent leurs quartiers.

A 10h00, le lendemain :

La porte de cette planète se trouvant en orbite, le jumper était de sortit, et John s'en faisait une joie, pouvoir piloter son vieil ami "le jumper" le rendait heureux. Avant de partir, il déposa Emie à l'infirmerie, l'embrassa sur le front et rejoignis l'équipe au hangar. Il s'installa au poste de pilote et fit décoller l'appareil, direction M5X375.
A peine avaient-ils traversés la porte qu'ils reçurent un tir, les secouant énormément, un vaisseau ruche était là en orbite autour de la planète.
John tenta de redresser le manche, et enclencha la riposte mais rien ne se passa :

John : Mckay !!

Le physicien s'était déjà mit à la tache, il vérifiait les cristaux et constata avec tristesse les dégâts causés par le tir.

Mckay annonça : Le tir a endommagé les circuits …
John : Et ? S'impatienta-t-il
Mckay : Et … tout est foutu !! L'armement, L'occulteur, et tout ce qui pourrait nous aider !! Tout ce qu'on peut faire c'est éviter les tirs !!
John : Vous croyez que je fais quoi là ?! S'enerva-t-il

Un nouveau faisceau de tir se dirigea vers leur position

John : Accrochez-vous !! Hurla-t-il

Le tir passa si prés d'eux que le Jumper fut, une nouvelle fois, remué.

Smith : On pourrait peut-être se poser sur la planète ! Suggéra le militaire
John : Je pourrais le faire, oui, mais il faudrait que je garde une trajectoire droite, ce qui permettrait à ce vaisseau ruche de nous abattre !!

Après plusieurs minutes d'esquive, John stoppa le Jumper

Mckay : Qu'est-ce que vous faites ?
John : Ils ont arrêtés de nous tirer dessus !!
Mckay : Pourquoi ?
John : Je ne sais pas et je ne compte pas aller leur demander !!

Teyla : Regardez !!
Mckay : ça c'est nouveau !!

Le vaisseau ruche venait d'imploser devant eux, et heureusement pour eux, le Jumper était assez éloigné pour ne pas subir l'onde de choc produite par cette explosion.

John demanda curieux : Qu'est-ce qui peut provoquer ça ?
Mckay répondit : Une surchauffe interne je suppose !

Smith : On va s'éterniser ?
John : Vous avez raison, on doit se poser !

Quelles que minutes plus tard sur la planète, John rencontra Luambia et conclu un accord qui disait dans les grandes lignes "permettez nous l'accès aux ruines, et nous vous apporteront l'aide nécessaire pour augmenter vos récoltes", ce dernier ne put refuser une telle offre.
Mckay et Teyla traduisirent les inscriptions et à leurs grandes joies, il y était noté l'une des plus brillantes idées menant à la destruction des "mangeurs d'Homme". Mais elle avait un inconvénient, comme toutes choses proprement dites, elle était d'une application longue et on pourrait dire que c'était presque qu'une recherche de trésor perdus, car l'arme ne se trouvait pas sur M5X375, non, elle se trouvait ailleurs, et seul "le plus brillant de tout les Hommes la trouverait". Ces mots avait fait rire le dirigeant, un peu moins Mckay qui se trouvait désigné par cette inscription, mais tout de même, le physicien se mit très vite à l'accomplissement de sa tâche.

Mckay travaillait dur pour comprendre où se trouvait l'arme, et pour l'aider John lui avait ordonné de rester à la base et donc plus de mission, enfin pas de mission inutiles qui ne concernaient pas l'arme. Il en profita pour inclure un petit nouveau à l'équipe, un certain lieutenant Sylot, il portait le gène et le dirigeant pensait qu'il pourrait être utile à l'équipe.
La première étape selon le physicien était de retrouver une seconde inscription, et il pensait l'avoir localisé sur la planète S427.

Ce jour là alors que SGA1 visitait S427, tout dérapa !

Teyla et Rodney avançaient rapidement et se trouvaient en tête du groupe, le major Smith et le Lieutenant Sylot les suivaient moins rapidement cependant, peut-être se croyaient-ils en promenade de santé. Ronon quant à lui était tout derrière, regardant partout, écoutant chaque bruit, arme prête, et main posée dessus, le runner avançait sur ces gardes.

Sylot : Teyla est superbe !!
Smith : Oui, elle est très gentille, c'est une femme adorable et elle fait preuve d'une sagesse incroyable !
Sylot : Vous croyez qu'elle a quelqu'un ?
Smith : Non, je crois qu'elle est célibataire !
Sylot : Et bien moi, je la mettrais bien dans mon lit, une femme comme elle, avec ces compétences de guerrière, ça doit être extra, si vous voyez …

Sylot fut projeté violemment contre un arbre, tout se passa si vite qu'il ne comprit pas ce qui lui arrivait, il avait un couteau sous la gorge, quand ses yeux lui permirent de voir son agresseur, il vit Ronon l'air menaçant, qui exerçait une pression sur sa jugulaire, l'empêchant de prononcer quelques son que ce soit.
Tous s'arrêtèrent, Teyla se précipita vers eux, et se mit face au Runner, elle posa simplement sa main sur le torse de l'homme, et lui dit calmement "Ronon, lâchez-le !", trois tout petit mots accompagnés d'un regard, un regard à la fois plein de sagesse, de calme et puis une petite lueur de peur, d'incompréhension, et effectivement Teyla ne comprenait pas pourquoi son ami avait réagis de la sorte, tout ce qu'elle savait c'est qu'il était capable de le tuer sans qu'elle ne puisse intervenir, et ça, ça lui faisait peur. Ronon put lire dans ces yeux, mais ce qu'il y vit le mit en colère mais pas contre les autres, juste contre lui, il l'avait déçu, et ça le mettait en colère. Il relâcha la pression et s'en alla sans aucunes explications.
Le major Smith déclara la mission interrompue, et ordonna le retour sur Atlantis.

La porte s'enclencha et ils traversèrent. Une fois arrivée, de l'autre côté, Ronon partit rejoindre ces quartiers, sous les yeux effarés de John.

John (au reste de l'équipe) : Que c'est-il passé ?
Sylot se mit à hurler : Il est fou, il devrait être enfermé !!! Il a essayé de me tuer !!!!!

John qui connaissait assez bien Ronon, savait que tous ces actes avaient une raison. Il confia Emie à Teyla, le temps de parler à son ami.

Dans les quartiers de Ronon :

John entra dans la chambre restait dans l'obscurité : Qu'est-ce qui c'est passé ?
Ronon ne releva pas la tête : Vous le savez déjà !
John : Disons qu'on m'a expliqué que vous avez tenté de tuer le lieutenant Sylot, mais tel que je vous connais, il a dû dire ou faire, quelque chose qui ne vous a pas plût !
Ronon sarcastique : Vous êtes plutôt perspicace Colonel !


A quelques mètres de là :


Emie se mit à pleurer, sans que Teyla n'arrive à la calmer. Cette dernière se mit à marcher en direction des quartiers de Ronon afin de demander de l'aide à John.
Elle avança tout en berçant la jeune enfant, et comme par enchantement, elle cessa de pleurer au son de la voix de son père.

A l'intérieur de la chambre :

Ronon haussa le ton : Ce salop a dit qu'il se la ferait bien, il parlait de Teyla comme si c'était un objet !!!
John : Je vois, écoutez, je ne peux pas le renvoyer sur terre pour le moment, mais ... je peux l'affecter à une autre équipe ! Mais avant tout, il faut, même si je sais que vous dites la vérité, que je vérifie vos dires !
Ronon : Smith parlait avec lui ! Il pourra confirmer ma version !
John : très bien je lui demanderais !

Le militaire fit signe à Ronon de se taire, il venait d'entendre un bruit, il tourna la tête vers la porte, il ouvrit cette dernière et découvrit la jeune femme portant sa fille.

John : ça fait longtemps que tu es derrière cette porte ?
Teyla : Non je viens d'arriver, essaya-t-elle de se défendre, Emie pleurait, je n'arrivais pas à la calmer, alors ….
John arrêta le massacre, et la coupa : Oui, je vois ! Il prit sa fille dans ses bras, hé bien tu fais des misères à Teyla ? Ce n'est pas bien, ça, hein !! Emie gesticulé dans ses bras et arborait de large sourire, Merci Teyla de me l'avoir gardée, bon et bien, il se tourna vers Ronon, Je vous laisse ! Dit-il ajoutant un sourire narquois.

John vérifia comme il l'avait dit la version du Runner, et le major Smith confirma ses dires.
Le dirigeant convoqua le Lieutenant dans son bureau, Il entra et se mit au garde à vous.

John lui fit signe da s'asseoir : Lieutenant je vous assigne à la base, le temps de vous trouver une équipe dans laquelle vous ne causerez pas de problème !
Sylot : Sauf votre respect, colonel, je ne partage pas votre opinion !
John répondit à son air hautain : Je ne vous demande pas de partager mon opinion, je vous demande de faire ce que je vous ordonne !!! Vous pouvez disposer !!

Sylot se leva et se dirigea vers la sortie.

John l'interpella : Oh, et tout à fait entre nous, si vous touchez ne serais-ce qu'un seul cheveux de Teyla, je vous ferais expédier illico sur terre !!
Sylot le regarda droit dans les yeux : serais-ce une menace ?
John soutint son regard : Oui, c'est bien ça !

A suivre ....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shaya

avatar

Nombre de messages : 88
Age : 30
Localisation : entre la terre et le ciel : dans mes rêves
Date d'inscription : 18/07/2006

MessageSujet: Re: Attention new fic shweir évidement !!!! lol(terminé)   Dim 18 Fév - 0:28

Sylot quitta le bureau plutôt énervé, et John l'attribua à une nouvelle équipe six semaines plus tard.
Rodney quant à lui continuait ses recherches et il sentait qu'il était proche de la solution mais ne la trouvait pas. Il était retourné sur S427, et avait fouillé chaque recoin, il y trouva d'autres textes qui complétaient ceux de la planète de Luambia. Les jours et les semaines passées, et le physicien bûché jours et nuits pour comprendre tout les sens de ces écritures, quand enfin après dix semaines d'études il trouva ce qui lui sembla être la solution ultime menant à l'arme des anciens. Ce soir la, il était très excité, il était tellement joyeux qu'il partit voir John dans ces quartiers pour lui faire partager la bonne nouvelle.

Rodney sonna à la porte, qui s'ouvrit deux secondes plus tard sur un John encore endormi.

John : Rodney ? Qu'est-ce qui se passe ?
Rodney jovialement : J'ai trouvé !!
John : Hein ? Quoi ?
Rodney : J'ai trouvé, J'ai trouvé, J'ai trouvé !!!
John : C'est bien Mckay ! Je suis content ! Je peux retourner dormir ?
Rodney s'emporta et parla plus fort : Non ! Vous n'avez pas compris ! J'ai trouvé l'arme des anciens !!
John agacé : Chut !! Emie dort !!
Rodney : Désolé, mais c'est important !!
John : Rodney, on ne va rien faire à deux heures du matin, alors allez-vous coucher et on en reparle demain !!
Rodney corrigea : Tout à l'heure vous voulez dire !
John plus qu'agacé : Rodney !!
Rodney : Bonne nuit !

John referma sa porte et s'enfoui dans ses couvertures pour tenter de se rendormir, mais le tapage nocturne de Mckay avait réveillé Emie qui se mit à pleurer.
Le militaire se leva et prit sa fille dans ses bras, il quitta sa chambre et rejoignis le mess.
La cantine était déserte à cette heure, il s'installa à une table et donna le biberon à Emie qui se calma très vite.

"Problème de sommeil ?" Lança une voix féminine

John : Teyla ! Je vois que je ne suis pas le seul !

La jeune athosienne s'assit face à lui, avec une assiette plutôt bien rempli contrairement à son habitude, elle était composée de pommes de terres, de viande ressemblant à du jambon, de salade et de tomates :

Teyla : Tu as dormis combien de temps ? S'inquiéta-t-elle
John : quelque chose comme deux ou trois heures, et toi ?
Teyla : Je dois répondre franchement ? Je n'arrive pas à dormir en ce moment !
John s'inquiéta à son tour : Quelque chose te tracasse ? Ronon ?
Teyla : Est-ce un interrogatoire colonel ? Taquina-t-elle en amenant une pomme de terre à sa bouche
John sourit : Teyla, nous sommes amis, non ?
Teyla posa sa fourchette : ça m'énerve, je n'arrive plus à le comprendre !
John n'ayant pas tout suivi : Qui ça ?
Teyla : Ronon ! Suit John ! Après l'altercation avec Sylot on a parlé …
John : C'est bien ça ! Non ?
Teyla : Oui, on est plus proche, ou du moins on l'était, parce que aujourd'hui il se referme sur lui, il ne me laisse plus entrer en lui …
John comprenant quelque chose qui jusque là lui avait échappé : Attends une minute, tu veux dire que …

Teyla l'écouta attendant la fin de sa phrase, tendis que John lui espérait qu'elle avait comprit et qu'elle finirait sa phrase pour lui, mais ne la voyant pas desserrer les dents sauf pour y mettre de la nourriture il termina :

John : … Que vous êtes ensemble ?
Teyla répondit par une de ces phrases qui ne répond pas directement à la question : Que veux tu, on ne choisit pas celui qu'on aime !! Elle porta trois rondelles de tomates à sa bouche
John étonné car il n'avait rien vu : Hé bien !

Le militaire l'observa un instant, puis lui lança : Et tu lui as dits pour le bébé ?
Teyla : Le bébé ?
John : Celui que tu porte !
Teyla surprise : Comment …
John termina sa phrase : … je sais ? J'ai eu tout le temps d'observer Elizabeth pendant sa grossesse ! La nourriture abondante dont vous avez besoin, ou les nuits qu'elle passait éveillé, et puis ton comportement me l'a dit !! Alors ?
Teyla tristement : Non, je n'ai pas encore pus lui dire !
John : Pourquoi ?
Teyla : Je te l'ai dit, il se referme, je n'arrive plus à lui parler, c'est comme si j'étais face à un mur, il a changé et je ne sais pas pourquoi !
John : Tu devrais lui dire !

"Dire quoi, à qui ?" Questionna le Runner

John : Bonjour Ronon !
Ronon : De quoi parliez-vous ?
Teyla : On parlait de …
John : De Rodney ! Finit-il, Il a trouvé l'arme !
Ronon : Ha oui ?
John continua : Oui, mais il ne m'en a pas dit plus, je l'ai envoyé balader ! Vous vous rendez compte, il a frappé à ma porte à deux heures du matin !! Et il a réveillé Emie avec son tapage nocturne !!

Rodney entra dans le mess : On parle de moi !!

John : Oui Rodney, on parle de vous qui avez réveillé ma fille ! Grâce à vous je n'ai pas eu mon compte de sommeil !
Rodney : Désolé, il me semblait que l'arme était plus importante que tout le reste !
John : Hé bien vous vous êtes trompé, une fois de plus !!
Rodney : N'empêche que j'ai trouvé !!
John : Vous voulez quoi ? Qu'on vous dises que vous êtes un géni ?
Rodney : Ouai, moi ça me va !
John : Tout le monde le sait déjà !!

Teyla coupa la dispute qui se préparait : Messieurs s'il vous plaît, peut-on manger sans vous entendre vous disputer ?

Rodney s'assit à côté du militaire et Ronon à côté de sa bien aimée.
Le physicien semblait vexé et il devait l'être car il n'ouvrit la bouche que pour manger.
John regardait sans cesse le couple face à lui, comment avait-il put ne rien voir ? Il devait être vraiment très discret, d'un autre côté lui et Elizabeth avaient bien réussi, jusqu'à ce que sa grossesse se voit, alors pourquoi pas eux ?
La petite Emie gesticula ce qui fit sortir le militaire de ces pensées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shaya

avatar

Nombre de messages : 88
Age : 30
Localisation : entre la terre et le ciel : dans mes rêves
Date d'inscription : 18/07/2006

MessageSujet: Re: Attention new fic shweir évidement !!!! lol(terminé)   Dim 18 Fév - 0:29

John se leva : Bon, briefing dans une heure, vous aurez tout le loisir d'expliquer comment vous avez trouvé l'arme Rodney, Taquina-t-il, Oh et prévenez Smith s'il vous plaît !

Le dirigeant quitta le mess non sans jeter un dernier regard à Teyla.

L'heure passa très vite, le temps de déjeuner ou de finir de déjeuner, de s'habiller décemment, de finir son répétitif discours pour l'un et pour d'autres le temps de discuter, et l'heure était passée.
Mckay avait accepté la tâche de réveiller et de prévenir le major Smith qu'un briefing aurait lieu dans moins d'une heure maintenant. Celui-ci fut très agacé qu'on vienne le déranger si tôt, mais aussi par le fait que ce soit le physicien et non une jolie fille qui le sorte de ces doux et beaux rêves.


En salle de briefing :

John : Alors Mckay, on vous écoute !
Rodney se leva : Oui, euh, donc comme vous le savez, nous avons trouvé un texte ancien dans les ruines de M5X375 et Teyla m'a aidée à le traduire…
Smith le coupa : En version courte s'il vous plaît !
Rodney : PS432 !!
Smith : Qu'est-ce qu'elle a cette planète ?
Rodney : Vous m'avez demandé la version courte al…
John le coupa et lui dit d'un ton autoritaire : Mckay !!
Le physicien le regarda et souffla, agacé qu'on le traite de la sorte : Mes recherches et les traductions des différents textes, m'ont amenées à la conclusion, que l'arme se trouvait sur PS432, d'après ce qu'ils en disent, elle devrait créer une rupture d'anévrisme, tuant sur le coups …
John : C'est-à-dire ?
Rodney : Les wraiths ont quelque chose de plus dans leurs système nerveux, ils ont cette partie qui leurs permet de communiquer par "télépathie", et le concept de cette arme et surprenante, je ne sais pas pourquoi je n'y ai pas pensé …

Smith toussota gentiment, pour marquer le manque de patience qui le possédait.

Rodney : Oui, j'y viens, donc cette arme génère une sorte de … de champ où de rayon électromagnétique qui provoque une rupture d'anévrisme dans la parties de leurs cerveau qu'ils utilisent pour communiquer, et c'est la seule paries qui ne peux se régénérer, intéressant, non ? Termina-t-il fier de sa trouvaille

Ronon : Il me semble que vous omettez un détail !!

Rodney curieux : Lequel ?
Ronon : Teyla !
Rodney : Vous pourriez préciser votre pensée ?
Ronon : J'ai suivi ce que vous avez dit, et je pense avoir compris, mais si c'est vrai, alors Teyla possède cette partie dans son cerveau, sinon comment ferait-elle pour communiquer avec eux ? Et dans ce cas cette arme pourrait la tuer !

Rodney ne sembla pas avoir de réponse à donner

John : Rodney ?
Rodney : Je vais devoir me pencher la dessus ! Mais avant il faut aller sur cette planète !
John : Bien, vous avez mon accord, vous partez dans deux heures ! Vous pouvez disposer !

Tous se levèrent et se dirigèrent vers la sortie.

John héla : Teyla !

Elle se tourna ainsi que Ronon.

John : Je peux te parler ?

Teyla regarda Ronon et d'un simple regard il comprit qu'elle ne le suivrait pas.

Ronon : Je t'attends !
Teyla : Tu n'es …
Ronon la coupa : Je t'attends ! Insista-t-il

L'athosienne s'avança vers son ami.

Teyla : Qu'est-ce qu'il y a ?
John : Cette mission peut être dangereuse pour toi et pour ton enfant !
Teyla : John, les wraiths ont toujours étaient mon plus grand ennemi, et tu le sais, je mourrais si ça pouvait amener à leur destruction, alors ne me demande pas de rester à la base, s'il te plaît !
John baissa la tête : Je ne le ferrais pas, je me contenterais de m'en vouloir s'il t'arrive quelque chose !
Teyla : Tu est méchant, tu essais de me faire culpabiliser !
John sourit malicieusement : Et ça marche ?
Teyla lui frappa l'épaule : Non !
John repris sérieusement : Fais attention à toi !
Teyla sourit : C'est promis ! Et puis j'ai quelqu'un pour veiller sur moi ! Dit-elle en regardant Ronon

John lui déposa amicalement un baiser sur le front et quitta la salle.

Ronon s'avança alors : Qu'est-ce qu'il voulait ?
Teyla : Que je fasse attention à moi !
Ronon : Rien d'autre ?
Teyla lui fit face et sourit : Non ! On va se préparer ?

Elle partit sans attendre, elle rejoignis ses quartiers, dans les quels il la suivit, il entra et se stoppa prés de la porte.

Teyla : Ronon ?
Ronon : Pourquoi ais-je l'impression que tu me cache quelque chose ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shaya

avatar

Nombre de messages : 88
Age : 30
Localisation : entre la terre et le ciel : dans mes rêves
Date d'inscription : 18/07/2006

MessageSujet: Re: Attention new fic shweir évidement !!!! lol(terminé)   Dim 18 Fév - 0:29

Teyla entoura la taille de l'homme de ses bras, et le fixa du regard, un regard qui se voulait apaisant, elle lui répondit d'une voix douce : Pourquoi ais-je l'impression que tu as changé ? Tu n'es plus le même qu'il y a quatre mois, qu'est-ce qui te trouble ?

Ronon se dégagea doucement de son étreinte : Je n'ai pas envi d'en parler !

Teyla était déçu, elle pensait pouvoir enfin avoir cette discussion, mais Ronon en décida autrement. Elle s'avança vers la fenêtre et fixa l'horizon.
Il la regarda, elle était si belle, et lui il la rejetait. Ronon s'en voulait déjà de l'avoir envoyé sur les roses, il s'avança vers elle et l'enserra tendrement

Ronon lui chuchota à l'oreille : Je suis désolé !

Elle pivota et mit ses bras autour de sa nuque. Elle pénétra son regard comme pour y lire ce qui le chagrinait. Elle crut le moment opportun pour lui annoncer la nouvelle.

Teyla : Je dois te dire quelque chose ! Elle parla d'une voie si faible qu'on aurait cru qu'elle chuchotait

Mais Ronon ne lui laissa pas l'occasion de parler, il lui mit le doigt sur les lèvres, et lui chuchota un tout petit "chut, ne dit rien". Elle pensa que peut-être, le moment n'était pas venu et elle n'insista pas !
Il lui prit le visage entre les mains et l'embrassa, d'un baiser aussi tendre que le premier qu'ils avaient partagé dans l'intimité de la pénombre il y a de cela 16 lunes.
A cet instant et dans cette atmosphère charnel, qui était leur, ils partagèrent plus que de doux baisers.


***************************************************************************

Rodney : Ah ben, vous voilà enfin !!! Lança-t-il à l'égard de Ronon et Teyla qui venaient d'apparaître dans la salle d'embarquement.

John (à côté de lui) : Arrêtez de vous plaindre !!!

Rodney le fixa et tout en tendant la main vers le couple, dit : ça fait 20 minutes qu'on les attends !!

John : Mckay !! Fit-il d'un ton autoritaire
Rodney avoua : Bon d'accord, ça fait deux minutes, mais tout de même !!

Ronon : Bon on y va ??!!

Rodney se tu, sous l'air peu chaleureux du Runner. Il s'avança vers la porte en grommelant quelques mots que personne ne comprit, et attendit devant.

John ordonna l'enclenchement de la séquence, l'anneau se mit à tourner et quelles que secondes plus tard, un halot bleu la remplissait.

Alors que l'équipe avançait vers l'horizon des événements, le dirigeant héla l'athosienne.
Elle se tourna et s'approcha de son ami, qui lui répéta de faire attention à elle, que si elle le voulait elle pouvait encore restait à la base, mais elle déclina l'invitation, elle était certaine que quoi qu'il arriverait derrière cette porte, il serait toujours là pour continuer la bataille et elle lui répéta que rien ne pourrait la faire renoncer au combat, même pas sa propre vie.
Il admira le courage et la passion qu'elle possédait, mais décrivit cette décision comme étant de la folie. Il l'embrassa une dernière fois avant qu'elle ne rejoigne le reste de l'équipe.
Ronon les dévisagea. Il trouvait que le militaire avait un comportement étrange envers Teyla ces temps ci, mais d'un autre côté, il ne connaissait pas la façon dont se comportaient les amis Terriens, alors il ne disait rien néanmoins une pointe de jalousie lui avait traversée le cœur.


De l'autre côté, sur PS432, Rodney attendait encore et toujours après le couple. Smith commença à observer les alentours.

Ils traversèrent et furent démolécularisés l'espace d'un instant, puis se retrouvèrent de l'autre côté de la galaxie.
Teyla adressa un somptueux sourire à son amant.


Il la regarda l'air interrogateur : Qu'y a-t-il de drôle ?

Teyla le regardait intensément, il était si lui à ce moment là, elle voyait dans ses yeux l'étincelle qu'il avait perdu, c'était comme si il n'avait pas changé, comme si il était redevenu celui qu'elle avait aimé, il était là face à elle et elle en était heureuse.
Quand soudain sans comprendre comment cela se faisait, sa vision se troubla, elle sembla perdre l'équilibre, une douleur effroyable la traversa et elle s'écroula au sol.

Le Runner perdit ce regard complice qu'il échangeait la seconde précédente avec celle qu'il aimé plus que tout.

Il se précipita sur elle : Teyla !!!

Ronon souleva délicatement sa tête pour la poser sur ses genoux. Rodney et Smith s'avancèrent d'un pas rapide vers les deux corps au sol, l'un était inerte dans les bras de l'autre.

Ronon appelé continuellement l'athosienne tout en la secouant légèrement : Teyla ?

Sa voix était dure et on pouvait entendre la tristesse mêlée à la colère dans son intonation.


A suivre ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
valasan



Nombre de messages : 19
Age : 35
Date d'inscription : 18/02/2007

MessageSujet: Re: Attention new fic shweir évidement !!!! lol(terminé)   Dim 18 Fév - 21:36

vivement la suite elle est genial ! afro
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shaya

avatar

Nombre de messages : 88
Age : 30
Localisation : entre la terre et le ciel : dans mes rêves
Date d'inscription : 18/07/2006

MessageSujet: Re: Attention new fic shweir évidement !!!! lol(terminé)   Lun 19 Fév - 15:47

héhéh !! Oui je sais !! lol! La suite ne devrait pas tarder !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shaya

avatar

Nombre de messages : 88
Age : 30
Localisation : entre la terre et le ciel : dans mes rêves
Date d'inscription : 18/07/2006

MessageSujet: Re: Attention new fic shweir évidement !!!! lol(terminé)   Ven 23 Fév - 18:10

Voili voilu la suitttteeee !!! lol!

-------------------------------------------------------------------------------------

Smith se pencha sur Teyla pour mesurer son pouls, trop faible à son goût : Il faut la faire quitter cette planète !! Et le plus tôt sera le mieux !!

Ronon saisissa la jeune femme sous ses genoux et la porta tout contre son torse. Le Runner était soudain devenu silencieux, plus aucun mots ne sortaient, ses yeux s'emblaient perdus quelque part où il aurait su convaincre la femme qu'il aimée de rester en sécurité sur Atlantis. Déjà le remords le rongeait, il avait su trouver la faille que même le physicien n'avait pas vu, mais il n'avait pas pensé à convaincre Teyla que c'était trop dangereux pour elle, qu'elle risquait sa vie, qu'elle comptait plus à ses yeux, que n'importe qui en ce foutu monde.

Pourquoi fallait-il être sur le point de perdre les gens qu'on aime pour comprendre qu'on les aimait ? Pourquoi cette fatalité ? Pourquoi tout nous apparaissait beaucoup plus simple dans les moments où tout aurait dû nous paraître difficile voir irréalisable ? Pourquoi cette fatalité ?
C'est vraie lorsque la mort s'approche de nous, alors on est prêt à la combattre, on se rend compte à quel point cette vie que nous possédons est chère et qu'elle vaut le coup d'être vécue, même si on ne s'en aperçoit pas tout de suite !

Smith donna l'ordre à Mckay de composer l'adresse, ce qu'il fit sans attendre.
Le temps qui s'écroula sembla être une éternité pour Ronon, chaque secondes la faisait s'affaiblir un peu plus, il pouvait sentir son cœur, diminuer ses battements, sur son torse.

Ils traversèrent enfin. La seconde suivante ils se trouvaient dans la salle, et instantanément les yeux se tournèrent vers le corps inerte de la jeune femme. John accourut et héla rageusement une équipe médicale, qui tarda à venir.
Une dizaine de minutes passèrent et les brancardiers accompagnés de Carson emmenèrent la jeune femme à l'infirmerie.
John demanda quelques explications qui furent très rapides à venir mais cependant qu'hypothétiques.

Rodney lui expliqua que selon lui, l'arme avait dû rester active, et que d'une certaine façon, elle avait ressentit une présence Wraiths, où plutôt reconnu cette parties si caractéristique de leurs cerveaux, et qu'elle s'était défendue. Mais toutes ces explications n'étaient que présumées vraies. Et pour vérifier ces dires, le scientifique supplia son supérieur, de le laisser retourner sur PS432.
John hésita un long moment, puis il repensa à ce que l'athosienne lui avait dit "quoi qu'il arrive tu serra toujours là pour continuer la bataille", et il l'autorisa finalement, car elle avait raison "rien ne doit nous faire renoncer ! Les pertes et les douleurs, font parties du contrat. Et même si c'est difficile, il faut le faire, pour que leurs sacrifices ne soient pas vain, pour leurs mémoires et pour nous, pour notre survie !".

John commanda à Smith : prenez trois militaires avec vous !!
Smith : Bien monsieur !
Rodney rétorqua : Je n'ai pas besoin de militaires, j'ai besoin de scientifiques !!
John : Hé bien prenez deux scientifiques, si vous en avez besoin !! Je n'ai pas vraiment le temps de tergiverser à ce sujet !!

John planta là les deux hommes, et rejoignis l'infirmerie.
A quelques pas de lui, le médecin vérifiait une nouvelle fois ces résultats, et de l'autre côté, Ronon tenait la main de Teyla dont les yeux étaient clôt et le corps immobile.

Le militaire s'approcha du toubib : Comment vont-ils ?
Carson sortit le nez de son dossier : Euh … Ronon est étrange, comme à son habitude me direz vous mais …
John l'interrompit : Doc ?? Je ne parlais pas de Ronon !
Carson : Oh, euh, d'après les premières analyses il se porte bien !!
John soupira : Merci, ça me soulage ! Et Teyla ?
Carson soupira à son tour : Heureusement pour elle, l'exposition n'a était que de courte durée, une minute de plus et s'en était fini ! Je vous explique, l'appareil est censé provoquer une rupture d'anévrisme, c'est-à-dire, il saisit son portable et montra à Sheppard un croquis de cerveau, une déchirure à ce niveau, mais ce qui est intéressant c'est que la rupture n'est pas immédiate, elle est lente et douloureuse …
John : C'est tant mieux comme ça les Wraiths auront le temps de souffrir, comme nous lorsqu'ils se nourrissent !!
Carson sourit à sa remarque : Oui ! Et dans le cas de Teyla, ça lui a sauvé la vie ! On observe tout de même une sorte de bleu, au niveau de son cortex, mais avec un peu de chance il se solutionnera de lui-même ! Je la surveillerais durant ces prochains mois pour être sûr qu'il n'y est pas de réaction tardive !

John acquiesça et avança vers le couple.


***************************************************************************

Rodney et le major Smith accompagnés de six autres militaires et scientifiques traversèrent le vortex pour atterrir deux secondes plus tard sur PS432.
Ils avancèrent silencieux vers l'intérieur de la forêt qui bordait la porte des étoiles.
Les huit hommes arrivèrent finalement, après plusieurs heures de marche, de l'autre côté. Mais ce qu'ils voyaient ne ressemblait à aucune autre planète, à la place d'un village, ils trouvèrent une ville, comme l'aurait été celles de la terre.
Stupéfait par un tel développement, ils entrèrent dans la maison la plus imposante. Elle s'élevait le plus haut et de part son architecture on pouvait l'assimiler à ce qu'on appelé communément chez nous une mairie. Deux militaires ouvrirent les deux grandes portes de l'entrée. Un tapis rouge ornait le sol, et un vieil homme portant deux petits verres aux yeux s'approcha d'eux.

L'homme questionna : Que puis-je faire pour vous ?

Smith bégaya : Euh …
Rodney prit la parole : Nous aimerions parler à votre chef !!

Le petit homme le dévisagea hagard : Pour qui nous prenez-vous ??!!

Rodney hésita : Votre maire alors …

Le vieil homme sourit : Qui êtes vous et d'où venez-vous ?

Smith coupa Rodney, et se plaça devant lui : Nous sommes des voyageurs et nous aurions besoin de parler à celui qui commande !

L'homme sonda le major et répondit : Suivez-moi !

Smith se tourna alors vers les six autres hommes : Restez ici !

Un soldats s'écarta alors du groupe : Nous avons nos ordres monsieur ! Nous ne devons pas vous quitter d'une semelle !!

Smith rétorqua d'un air comique : Je ne suis pas sûre que ce "commandant" va apprécier !

Ils suivirent le vieil homme qui les conduisit à un immense bureau, il les invita à patienter quelles que minutes, et leurs proposa de la boisson locale. Ce liquide était servit chaud, Mckay y goûta, et remarqua que cela ressemblait à du thé terrien, mais en beaucoup plus sucrée.
Vingt minutes plus tard, un grand homme, vêtu d'un costume trois pièces, se présenta à eux.
Le vieil homme aux lunettes se trouvait à quelques pas de lui.

L'homme aux costume : Asseyez-vous !

Rodney et Smith prirent les deux places face aux bureaux démesurés.

L'homme poursuivit : Je m'appel Yanriro Dolto, et je suis ce que vous appelez "le commandant" de ce pays !
Smith : Moi je suis le major Smith, voici le Dr Rodney Mckay et euh … les autres, ben ils nous accompagnent ! Dit-il en se tournant brièvement vers eux.

**************************************************************************

Teyla était encore allongeait inerte, ces paupières convulsaient au rythme de ses rêves et cauchemars. La douleur se lisait sur son visage.
Les appareils relevaient chaque constantes, battements de cœur, tension, activité neuronale, et d'autres encore.
John et Ronon étaient là depuis des heures à la veillait.

Plusieurs heures s'écroulèrent à nouveau sans qu'elle ne se réveille et les allers-retours, entre l'infirmerie et le mess, s'alternaient pour les deux hommes.
John entra dans la pièce pour la troisième fois de l'après midi, il apporta deux gobelets rempli de cette chose noirâtre qui vous tient éveillé et en proposa au Runner. Il le prenait lorsque les doigts de la jeune femme se mirent à bouger.
Ronon se redressa rapidement et la fixa, ses yeux s'ouvrirent lentement, et se refermèrent aussitôt, puis elle cligna des paupières, le temps pour elle de s'accommoder à la lumière persistante qui contrastait avec l'obscurité de ses yeux clôt.

Ronon : Teyla !!

John s'approcha : Comment te sens tu ?

Elle porta sa main sur sa tête, Carson se hâta sur elle : Oui les mots de tête font partit du lots !
Sinon pas d'autre maux ?

Elle répondit d'une petite voix : Un peu nauséeuse !

Ronon s'inquiéta : C'est normal ?

Carson le rassura du mieux qui le pouvait en lui avançant l'explication que touts les maux qui touchaient le cerveau pouvait entraîner certain vomissement, mais rien de bien grave. Il lui promit que cela passerait. Ronon se sentit mieux, il sourit en reposant son attention sur celle qui tenait la place la plus importante dans son cœur.

***************************************************************************

Yanriro se leva et porta son regard à travers l'une des fenêtre que comptait son bureau : Vous me parlez de monstre que l'on appelles Wraiths c'est bien ça ? Il se tourna vers les deux hommes

Mckay répondit : Oui et nous aimerions trouver l'arme qui permettra de les détruire !

Yanriro : Et vous pensez qu'elle se trouve ici ?

Smith : Oui monsieur, nous le pensons !
Mckay renchérit : Oui et il faudrait que nous parcourions votre village !

Yanriro le reprit : Notre pays Docteur !

Mckay : Excusez moi "votre pays" !

Yanriro regarda, le vieil homme qui se tenait à quelques pas, il le sonda du regard : Vous ne pensez pas que …?

Le vieil homme : Si monsieur !

Yanriro manqua de pouffer de rire : Mais ce sont de vieux contes pour enfants !

L'homme aux lunettes : Si je peux être franc monsieur, je ne pense pas !

Le major Smith les interrompit : Excusez moi, mais peut-on savoir de quoi vous parlez ?

Yanriro hocha la tête, et le vieil homme raconta ce conte, que chaque mère lisait à son enfant avant qu'il n'aille se coucher : "L'histoire raconte qu'il y a très longtemps, les hommes, les femmes, les enfants et tout ce qui vivaient sur cette planètes étaient terrifiés par un monstre mais personne ne le vit jamais. Elle raconte qu'un soir alors que les villageois finissaient de préparer le mariage des deux élus, d'un flot de lumière est apparût trois scintillants anges. Ces trois êtres bénirent le couple et leur offrirent le plus beau des cadeaux qu'il soit : La paix !
Depuis ce jour, plus aucuns êtres maléfiques ne franchirent les portes du pays !
Et de ce couple naissaient nos ancêtres âgés aujourd'hui de dix milles ans"
Certain prétende que ces anges ont déposés une arme, d'autres pense que ce n'est qu'un conte pour enfant, et d'autre encore pense que les dieux veillent sur nous de la haut, mais aucune des version ne fut vérifié !

Mckay fut très intéressé par cette histoire : Dites, elle ne mentionne pas un coin particulier du pays, par hasard ?

Yanriro répondit négativement, néanmoins il leurs proposait de faire le tour du pays.

Yanriro : Je me serait fait un joie de vous accompagner mais le travail ici est très accaparant ! Toganda va vous accompagner !

Toganda se courba vers l'avant en signe de salutation, et invita les huit hommes à le suivre.
Ils sortirent de la grande maison et visitèrent chaque coins du pays : les maisons qui faisaient office d'écoles, les lieux où ils enterraient leurs morts, les monuments qui contaient leurs histoires, les marchés, les magasins, les terres où ils faisaient pousser leurs nourritures, l'endroit où ils conservaient leurs récoltes, et à chaque coins de rue Toganda leurs expliquait le fonctionnement du pays, de tout ce qui était d'ordre juridique, économique, mais aussi des relations entre les pays.
Ils entrèrent aux bouts de plusieurs kilomètres de visite dans ce qui était "leur hôpital". C'était un bâtiment composé de trois étages, d'après ce que leurs raconta, le vieil homme. Chaque étage avait son utilité, le premier rassemblait tout ceux qui étaient blessés corporellement, le deuxième les malades proprement dits et le troisième regroupait ceux souffrant de folies ou de problèmes liés au fonctionnement du cerveau. Au rez-de-chaussée siégé les bureaux et plusieurs salles où les malades déambulaient à leur guise.
Le groupe avança vers une des salles, et alors que Mckay se trouvait en grande conversation avec Toganda, pour lui expliquer que de là où il venait, il y avait l'un des plus excellent médecin et qu'il pourrait les aider dans le développement de médicaments, il fut interrompus par un des soldats.

Le militaire se mit à observé attentivement l'un des tableaux apposait sur le mur et héla le physicien : Docteur ? Venez voir, cela va vous intéresser !

Mckay fit demi-tour et s'approcha agacé : Quoi ? Qu'est-ce qui selon vous pourrait m'intéresser ? Je suis impatient de savoir !! Fit-il condescendant

Le soldat prit un air hautain : Ceci par exemple ! Dit-il en pointant le tableau

Mckay regarda ébahi le tableau face à lui : Toganda ?

Le vieil homme fit quelques pas et rejoignit le scientifique : Oui ?

Mckay : Seriez-vous qui a peint ce tableau ?

Toganda : Non, mais attendez, Maria, interpella-t-il, la jeune nurse s'avança, de qui est cette œuvre ?

Maria : Celle qu'ici nous appelons Melle Anaya !

Toganda expliqua aux hommes : Anaya veux dire âme généreuse !

Maria continua : C'est une femme exceptionnelle, elle est très dévouée, elle a aidée beaucoup de gens ici !

Mckay percuta soudain : Pourquoi avez-vous dits "celle qu'ici nous appelons" ? On l'appel autrement ailleurs ?


A suivre …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shaya

avatar

Nombre de messages : 88
Age : 30
Localisation : entre la terre et le ciel : dans mes rêves
Date d'inscription : 18/07/2006

MessageSujet: Re: Attention new fic shweir évidement !!!! lol(terminé)   Ven 2 Mar - 13:51

Maria conta alors l'histoire si peu commune de cette jeune femme : Je ne sais pas, un homme la trouvait errant dans les champs et nous l'a amené, lorsqu'elle s'est réveillée nous lui avons demandé comment elle s'appelait mais elle n'a pas su nous répondre, on l'a questionné sur un passé dont elle n'avait aucun souvenir, seul un lui restait et elle la peint ! Cela fait plus de quatre mois qu'elle est ici, et n'ayant aucune famille nous l'avons accueilli dans l'hôpital, elle a une chambre au troisième étage !

Mckay : Pourrions nous voir cette femme s'il vous plaît ?

Maria secoua la tête : Malheureusement c'est impossible, elle est actuellement en déplacement dans un autre pays ! Elle vient en aide aux enfants victimes d'un violent orage dans le sud de la planète !

Mckay questionna : Y a-t-il un moyens de la contacter ?

Maria se sentit un peu agressé par cet étranger aux nombreuses questions : Non, d'après ceux qui en sont revenus, tout a était détruit !

Mckay insista : Quand revient-elle ?

Maria : Elle doit revenir dans trois mois ! Mais qui êtes vous ?!

Mckay répondit mystérieusement : Des amis ! Nous sommes des amis ! Est-ce que cela vous dérange si je prends une photo de ce tableau ?

Maria fronça les sourcils : Je ne vous connais pas et je ne sais pas si elle vous connaît, alors oui cela me dérange !

Mckay insista de nouveau : S'il vous plaît ! Toganda ?!

Toganda pria Maria de le laisser faire, elle les planta rageusement, jamais personne ne l'avait défié tel le regard du sous président.

***************************************************************************

Sur Atlantis, le soleil descendait vers l'horizon.
A l'infirmerie, Ronon n'avait pas bougeait, il était resté là toute la journée, assit sur cette chaise peu confortable :

Teyla lui saisit la main : Tu devrais aller dormir, si tu voyais ta tête ! Sourit-elle
Ronon : C'est gentil ! Tu en as d'autres comme ça ?
Teyla sourit de plus belle : Non désolé ! Elle caressa sa joue tendrement.
Ronon pencha légèrement sa tête : Tu m'as faits peur, tu sais !

Elle répondit par un sourire timide.

Ronon : Dors, je reste là !

Leurs mains étaient jointes posaient sur le lit. La jeune femme s'endormit très vite, et l'homme la rejoignis quelles que heures plus tard.

***************************************************************************

Sur PS432, le soleil était loin de se coucher, il était même au zénith.

Rodney : D'accord, on a visité chaque recoins de votre "pays" et jusque là nous n'avons rien trouvé d'appartenant aux anciens, alors euh … j'ai besoin d'en savoir plus sur ce conte, comme euh …, je sais pas, par exemple où se situait la maison de ce couple, de ces élus ?

Toganda regarda le physicien s'agitait sans comprendre ce qui le rendait comme ça : Hé bien …, le conte précise qu'ils se sont mariés le premier jour de pleine lune de cet hiver datant de 10 mille ans !

Rodney fronça les sourcils : Il donne une date mais ne dit pas où ils se sont mariés ?

Toganda : Euh … non, mais vous pouvez lire ce conte, il est disponible à la livriothèque !

Rodney lut le conte en entier et effectivement, il précisait la date du mariage mais pas le lieu, cela lui parut étrange aux premiers abords. Cette anomalie lui trotta dans la tête toute la nuit qu'il passa sur Atlantis et pour ne pas perdre son habitude, il comprit au petit matin ce que cela pouvait signifier. Il se leva de son lit et s'habilla très vite. Rodney se dirigea vers les quartiers du dirigeant quand arrivé devant il hésita. Il fit les cents pas sans se décider à frapper. Finalement, il fit demi-tour et décida de réveiller le major smith.

Rodney frappa à la porte : Major ? Chuchota-t-il

Il ouvrit la porte : Que voulez-vous ?

Rodney parla à voix basse : Je pense avoir compris !

Smith : De quoi vous parlez au juste ?

Rodney éleva un peu la voix : Du conte, de l'arme, de l'endroit où elle est !

Smith : Rodney …
Mckay le coupa : Oui je sais, il est très tôt, mais ça me trottait dans la tête et je pense avoir compris, ce qu'il y a c'est que je ne peux pas rester là à rien faire alors que j'ai peut-être la solution, et oui je suis comme ça, John me dit souvent que je devrais me calmer et peut-être même envisager de prendre des leçons de relaxations avec Teyla, et vous me direz qu'il a certainement raison, mais là tout de suite, je veux travailler sur ce truc et j'ai besoin de vous pour éviter de m'emporter, il ne faut pas perdre de temps ! J'ai besoin de votre autorisation !!
Smith posa ses mains sur ces hanches : Vous avez finis ?
Rodney répondit avec un air penaud : Oui !
Smith le regarda amusé : Laissez moi…
Rodney baissa les yeux : J'ai compris !
Smith continua : … deux minutes, je vous rejoins dans votre labo !
Rodney releva les yeux et un sourire naquit sur ses lèvres : Oui, j'apporte le café !!
Et il partit joyeux en courant, Smith lui cria : Oui faites donc ça !

Les deux hommes travaillèrent le reste de la nuit, et le reste de la nuit faisait environs cinq heures d'affilait

Au matin le colonel John Sheppard se réveilla au doux son des mouettes qui survolaient la cité, il observa sa fille dont les yeux étaient ouverts. Emie observait ce qui l'entourait tel quelqu'un qui découvrait un endroit inconnu, elle semblait émerveillée par les lumières que produisait, le reflet du soleil sur l'eau, au plafond. Il se pencha sur son berceau et aussitôt qu'elle l'aperçut, elle tendit les bras vers lui.

John prit Emie dans ses bras : Bonjour ma p'tite Emie !

La petite fille gesticula, arborant de magnifiques sourires, elle gazouillait.

John : Tu as faim ? Tu laisses papa se changer et on va déjeuner !

Il l'embrassa sur le front et la reposa dans son lit, y ajoutant sa peluche fétiche.

Une vingtaine de minutes plus tard il ressortit de la salle de bains, il changea Emie et sortit de sa chambre.
Le militaire passa devant le bureau du physicien, et il les vit, là tout les deux, assoupit sur un tas de feuilles.

Il entra et secoua Smith : Qu'est-ce que vous faites là ?
Smith s'étira : rrrr, On a trouvé l'arme !
John fit semblant d'être étonné : Ha oui ?
Smith se leva de sa chaise : Oui, nous l'avons trouvés sur la planète, ou du moins nous pensons l'avoir trouvés ! Nous y retournons dans quelles que heures, avec votre permission bien sûr !
John : Je vous félicite vous avez finalement su vous accommoder de lui ! Vous avez mon accord ! Faites moi un rapport à votre retour !

Smith acquiesça et John reprit son chemin vers le mess.

Un peu plus loin dans la citée, Teyla était déjà assise sur son lit et regardait Ronon qui dormait encore. Sa tête reposait, dans le creux de ses bras, sur le rebord du lit

Carson lui apporta son plateau déjeuner : Vous voulez que je le réveil ?
Teyla porta son attention sur le médecin : Non, laissez le dormir ! Et puis le feriez-vous ?
Carson : bien lancé ! Comment vont vos maux de tête et vos nausées ?
Teyla : Les maux de tête se sont calmés, mais pas les nausées, désolé mais je ne pourrais rien avaler ce matin !
Carson : Vous ne lui avez toujours pas annoncé ?
Teyla soupira : Je n'ai pas encore trouvé le bon moment !
Carson : Ne tardez pas trop !
Teyla : Quand pourrais-je sortir ?
Carson : Dans deux heures je vous libère ! Mais je vous prescris deux semaines de congé, et surtout pas de sport, ça pourrait être dangereux pour vous deux ! Profitez-en pour lui dire !


John entra dans la pièce, où Teyla séjournait, trente minutes plus tard, avec Emie dans les bras.

John s'assit sur le rebord libre du lit : Emie avait une terrible envie de voir comment tu allais !
Teyla ria : Ha oui ? Elle chatouilla la petite fille, qui se mit à gigoter et à rire aux éclats

Mais même les éclats de rire de l'enfant ne réveillèrent pas le Runner.

John resta interloqué : Il dort toujours comme ça ?
Teyla sourit : Non, il a plutôt le sommeil agitait d'habitude ! Elle lui caressa la joue de son pouce
John : Je ne sais pas comment j'ai fait pour ne rien voir !
Teyla caressant toujours la joue de Ronon : Tu était trop occupé par ta fille, et je ne t'en veux pas !
John se leva : En tout cas maintenant je suis là, et si tu as besoin de quoi que ce soit, tu n'hésite pas, hein ?
Teyla : Merci John !

Le militaire quitta la pièce et Teyla en fit de même deux heures plus tard.

Pendant ce temps, Mckay et Smith étaient repartis sur la planète, accompagnés cette fois-ci de trois hommes et uniquement des scientifiques.
Il s'averra que le physicien avait raison, il avait trouvé la solution !
Les élus s'étaient mariés le premier jour de pleine lune, en hiver et il y a dix mille ans, après un bref calcul, il concluait, que la date, dans les calendriers terriens, correspondait au 9 décembre. Mais autre chose le chagrinait, "à quoi servait cette date ?", c'était la question qui sans cesse l'avait hantait. Quand au petit matin, il avait compris ! Il se servit d'une carte de la planète, gentiment offerte par Yanriro et Toganda, et décrivit un point grâce aux coordonnées, 9° Nord et 12° Est, que représentait la date de leur "union sacrée".
Arrivé sur PS432 et guidé par le vieil homme et son commandant, qui avait finalement laissé son travail pour visiter son propre pays, il se rendit au lieu dit. Il y trouva un monument, une grande colonne qui s'élevait de plus de 8 mètres au dessus du sol et au diamètre assez conséquent, au sommet y séjournée un cristal, et d'après la couleur des rayons qui s'en échappait, il devait être bleue.

Smith : Très bien ! Et maintenant on fait quoi ?
Mckay tourna autour de la colonne : Hé bien, on fait comme d'habitude, on cherche quelque chose qui pourrait relier la pierre au bas de la tour !

A suivre …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shaya

avatar

Nombre de messages : 88
Age : 30
Localisation : entre la terre et le ciel : dans mes rêves
Date d'inscription : 18/07/2006

MessageSujet: Re: Attention new fic shweir évidement !!!! lol(terminé)   Lun 5 Mar - 12:58

Tous imitèrent le scientifique, ils se mirent à tourner autour de l'immense colonne et à scruter chaque petit détail, pour trouver ce qu'il leur avait demandé.

Smith touchant une plaque sur la colonne : Celle-ci est différente des autres !
Mckay vérifia : Oui, vous avez raison ! Il enleva son sac de son dos, le posa à terre, et y chercha quelque chose
Smith lui tendit un canif : C'est ça que vous cherchez ?!
Mckay le prit : Merci !

Il entreprit d'ouvrir le boîtier, mais après cinq minutes acharnaient, il n'y arrivait toujours pas.

Smith le bouscula gentiment : Laissez moi faire !

Et en seulement deux secondes, il avait arrachait la plaque, découvrant ainsi un mécanisme très complexe, que même un brillant scientifique comme le docteur Rodney Mckay ne connaissait pas.
Le physicien n'abandonna pas, malgré ça, il sortit son ordinateur de son sac et le brancha au mécanisme, et tout de suite tout lui parut plus clair. Sur son écran une courbe se dessinait, elle oscillait entre le -1 et le 0 positionnaient horizontalement à gauche de son interface, ce qui selon lui correspondait à l'activité du cristal et donc de l'arme, et pour le vérifier, il tenta d'afficher la mémoire, s'il y avait eut un pic il y a environs deux jours, alors se serait bien ça.

La journée passa très vite sur PS432, et l'heure était venue pour l'équipe, de rentrer à la base !

Sur le chemin de retour, Mckay s'approcha de Smith : Euh, j'ai demandé à toutes les personnes qui sont venues avec nous hier et qui ont donc vues le tableau, de ne pas le mentionner dans leurs rapports alors il serait bien que vous ne le mentionnez pas non plus !
Smith fronça les sourcils : Je peux vous demander pourquoi ?
Mckay : Je ne voudrais pas m'avancer ! Je vous demande juste de me faire confiance !
Smith le taquina : Vous faire confiance Mckay ?
Mckay se défendit ardemment : Ais-je une seul fois eus tort ?
Smith accentuant chaque mots : Oh que oui !!!
Mckay le supplia : S'il vous plaît ?
Smith : Un mois de salaire ! C'est le prix !!

Le physicien, grossissant ses yeux, était au bord de l'explosion ! Non, mais pour qui le prenait-il ? Aurait-il demandé ça, si ce n'était pas important ?
Le major Smith, qui au fil du temps, était presque devenu son ami, venait de dépasser les bornes ! Mckay gonfla ses joues, prés à lui gueuler dessus !

Mais face à ses pommettes qui devenaient plus rouge de minutes en minutes, le militaire se mit à éclater de rire : Je plaisantais Mckay ! Vous devriez voir votre tête !

Mckay lui hurla sa colère avant de partir visiblement très très énervé : JE NE VOIS PAS CE QU'IL Y A DE DRÔLE !!!!!


***************************************************************************

Quelles que semaines plus tard Rodney travaillait à résoudre le problème auquel Ronon avait fait allusion. Il fallait absolument changer le programme de l'arme pour qu'elle ne s'attaque qu'au Wraiths et non à, ceux qui pouvaient communiquer avec eux !
Le scientifique avait déjà réussi à comprendre son fonctionnement, grâce notamment à ce qui était écrit dans les ruines de M5X375. Il avait découvert qu'elle s'activait dés qu'elle percevait, grâce à un capteur, la présence des Wraiths, et Mckay avait trouvé ce capteur !
Aujourd'hui il remodelait le logiciel afin de crée un rayon qui puisse se propager à travers toutes les portes de la galaxie, en somme il tentait de fabriquer un nouveau programme, qu'il injecterait dans celui de la porte. Ainsi à chaque ouverture d'un vortex et quel que soit l'endroit où il s'ouvrirait, les Wraiths seraient détruit !

Pendant que certain travaillait, d'autre était au repos forcé, après avoir failli y passer !
Carson avait interdit, du moins pendant deux semaines, tout entraînement à la jeune athosienne et le runner la choyer, prenant soin d'elle comme personne, il était là jour et nuit, satisfaisant toute ces demandes. Néanmoins Teyla n'avait toujours pas trouvé la force de lui dire qu'elle portait son enfant.

Teyla entra dans la salle où Ronon mettait la patté à quelques nouveaux soldats, qui bien malheureusement pour eux ne connaissait pas encore les méthodes de combats !
L'homme prenait un malin plaisir à les jeter au sol, il leur faisait comprendre, qu'ici sur Atlantis c'était l'un des plus costaud pour ne pas dire le seul.
Elle se posta dans l'entré et l'observa un sourire aux lèvres :

Ronon la vit et stoppa le massacre : Je pense que ça suffira pour aujourd'hui ! Il s'avança vers elle, Une petite séance, ça te dits ?

Teyla : Euh …, elle feinta un appel radio, elle activa son oreillette, Oui ? , Elle attendit quelles que secondes puis répondit, Très bien, John, j'arrive, elle reappuya sur le boutons, Désolé mais là tout de suite je dois y aller ! Elle l'embrassa brièvement sur la joue et partit.

Quelques minutes plus tard, elle était dans le bureau du dirigeant :

John sourit : Tu as fait quoi ?
Teyla : Ne te moque pas s'il te plaît !
John : Tu sais que lui dire serait plus simple, tu n'aurais pas à inventer des appels radios venant de moi !
Teyla : Tu n'as qu'à le faire, toi qui crois que c'est si simple !!
John : Dit lui simplement, ne cherche pas à en faire trop! Si tu le veux vraiment, je peux lui dire, mais je suis sûr qu'il préférait l'apprendre de toi !
Teyla se donnant du courage : Tu as raison, il faut que je lui dise ! Ce soir !

A la tombée de la nuit, ils se retrouvèrent, comme chaque soir, dans les quartiers de la jeune femme. Et ce soir, profitant d'un superbe coucher de soleil, ils s'installèrent sur le balcon.
Dans les bras l'un de l'autre, ils observaient l'astre tombait lentement vers l'horizon.
Ronon plongea sa tête dans le cou de la jeune femme pour y déposer des baisers ardents.

Teyla : Ronon ?…
Ronon continuait de l'embrasser : Hum ?
Teyla : Pourquoi t'es tu éloigné de moi ?
Ronon la lâcha et se recula légèrement : Teyla s'il te plaît !
Teyla se tourna vers lui : J'ai besoin de savoir !
Ronon : Qu'est-ce que ça changera ?
Teyla fronçant les sourcils : Comment peut-on construire une relation sur le mensonge ?
Ronon : Tu ne crois pas que tu y va un peu fort la ?
Teyla : Non, pas du tout ! Pourquoi tu ne veux pas me le dire ?
Ronon : Pourquoi tu veux absolument savoir ?
Teyla : Mais pour comprendre qui tu es, ce qui te chagrine, pour m'expliquer pourquoi tu t'es renfermé sur toi, du jour au lendemain, pour aller plus loin !
Ronon : S'il te plaît, pas ce soir !
Teyla : Pas ce soir, mais quand Ronon, quand ?
Ronon : Je ne comprends pas en quoi ça va t'aider ?!
Teyla : Stop, j'arrête, au moins John ne pourra pas dire que je n'ais pas essayé ! Dit-elle en entrant dans la chambre

Ronon s'y précipita : John ?! Encore lui ! Qu'est-ce que vous faites tout les deux, toute la journée ?!
Teyla sourit nerveusement : Je lui parles, il me parle, on discute, c'est visiblement une chose que tu ne sais pas faire ! Elle s'avança vers la porte
Ronon : T'es sûre qu'il n'y a rien d'autre ?
Teyla lui fit face : Qu'est-ce que tu insinues ?
Ronon : Je ne sais pas, tu es différente depuis plusieurs semaines, et John et toi êtes … plus proches, il y a de quoi se demander si ce n'est pas ça que tu n'ose pas me dire, que tu l'aimes ?

Teyla s'avança vers une petite commode, elle ouvrit un tiroir et en sortit une pochette, qu'elle jeta violement sur le lit.

Elle ouvrit la porte et se tourna vers Ronon : Oui je l'aimes ! C'est mon ami !!

Elle quitta la chambre.

A suivre …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
shaya

avatar

Nombre de messages : 88
Age : 30
Localisation : entre la terre et le ciel : dans mes rêves
Date d'inscription : 18/07/2006

MessageSujet: Re: Attention new fic shweir évidement !!!! lol(terminé)   Dim 11 Mar - 14:47

Ronon s'assit sur le lit et hésita un instant, avant de jeter la pochette, sans même l'ouvrir, sur le bureau. Il s'allongea dans le lit, faisant reposer sa tête sur ses mains, il scruta le plafond, jusqu'à ce que le sommeil l'emporte quelques heures plus tard.
Teyla avait trouvée refuge dans la chambre de son ami. La jeune femme n'avait pas eut besoin de parler, ses yeux rougis l'avaient fait pour elle, le militaire la fit entrer et lui offrit hospitalité pour la nuit. John lui avait laissé son lit, lui dormirait sur un lit de fortune, battit avec quelques coussins et couvertures.

***************************************************************************

Il fut réveillé par deux soldats qui chahutaient juste devant sa porte, se rappelant alors de ce qu'il s'était passé la veille, il se leva d'un bond, la chercha, mais la chambre était vide. Il passa devant son bureau et vit la pochette, passant la main dessus, il inspira très fort et l'ouvrit.

***************************************************************************

Il courait aussi vite qu'il le pouvait. Il tourna à gauche et l'aperçu, il accéléra le rythme et se posta face à eux.

Ronon : Où est-elle ?
John tenait les deux petites mains d'Emie et l'aidait à marcher : Partit !
Ronon : Où ?
John : Sur le continent, tôt ce matin !
Ronon : Merci ! Dit-il juste avant de repartir en courant
John l'interpella : Ronon ? Il se retourna, Vous comptez y aller comment ? A la nage ?
Ronon se rapprocha : Vous pouvez m'y emmener ?!
John : Non ! Face à son regard qui devenait noir, il poursuivit, Mais il me semble que le major Lorne n'a rien de prévu, je suis sûr qu'il ne dirait pas non à une petite balade !

Un sourire naquit sur les lèvres du runner, il le remercia et partit rejoindre Lorne.

John : ça tu vois, ma chérie, c'est un homme totalement accro !! Il souria et prit Emie dans ses bras.

***************************************************************************

Le jumper venait de parcourir une bonne moitié du chemin, et tout du long le runner n'avait pas arrêté de bouger, il faisait trembler sa jambe nerveusement, mordiller ses doigts d'impatience et son autre main tapotait l'accoudoir au rythme le plus rapide qu'il le pouvait, une vraie pile électrique !

Lorne : Calmez-vous ! Vous me rendez nerveux à bouger dans tout les sens !
Ronon avec hâte : On est encore loin ?
Lorne : On y sera dans vingt minutes !

Le voyage se poursuivit avec un Ronon toujours aussi anxieux !

***************************************************************************

John déposa Emie chez sa baby-sitter, une jeune femme nommé Luéna. Elle prenait soin de la petite fille de temps à autres. C'était une Athosienne, qui vivait sur Atlantis, peu d'entre eux avaient acceptés cette vie, les athosiens préféraient celle qu'ils avaient avant, c'est pour cela que le Dr Weir avait autorisée leur installation sur le continent, pour qu'ils se rapprochent de leurs coutumes, et qu'ils se sentent comme chez eux. Mais Luéna préférait vivre sur la cité, elle s'était vite habituée au confort qu'offre Atlantis, d'autant qu'elle ne passait pas inaperçu, car d'une beauté ravageuse, elle ne laissait aucun soldats indifférents. John était vraiment l'un des seuls à lui résister, peut-être était-ce dû à son âge, où bien juste parce qu'il n'arrivait pas à se défaire du souvenir d'Elizabeth, il n'était peut-être pas prêt à entamer une nouvelle relation.
Teyla lui avait présentée la jeune femme peu de temps après qu'il est reprit goût à la vie. John faisait confiance à son amie et avait décidé de la prendre à l'essai, mais au fil du temps Emie s'attacha à Luéna, et il trouva qu'elle s'occupait bien de sa fille, alors il l'engagea.
Elle la gardait quelles que heures par jours, le reste du temps, elle l'utilisait pour parfaire ces connaissance sur la race terrienne, elle participait à quelques auscultations avec le Dr Beckett, à certaines expériences que menait Zelenka, et bien évidement elle poursuivait les leçons de combats que lui donnait Ronon et Teyla, plus Ronon c'est temps ci, mais elle ne savait pas pourquoi et ne chercha pas à le savoir. Ce qu'elle désirait le plus, c'est être assez forte, pour pouvoir un jour devenir membre à part entière d'une équipe.

John s'engagea dans le couloir qui menait à ses bureaux et rencontra un groupe de trois soldats qui discutaient. Sans vouloir écouter leurs conversations, il entendit le nom du "Dr Weir" sortir de la bouche d'un d'entre eux. Il se stoppa net et se tourna vers les hommes.

Il demanda, d'un ton autoritaire : Excusez-moi, pourrais-je savoir de quoi vous parliez ?

-De rien, monsieur ! Répondit l'un des trois

John crut que peut-être il avait juste rêvé : Donc vous ne parliez pas du Dr Weir ?

-Non, monsieur ! Affirma précipitamment ce même soldat

John remarqua l'air douteux des deux autres : Et vous n'avez pas prononcé son nom ?

-Non, monsieur ! Mentit-il

John s'approcha l'air menaçant : Vous me prenez pour un idiot ?

-Non, colonel ! Répondirent-ils à l'unisson

John réitéra sa question : De quoi parliez vous ?

Les soldats échangèrent des regards, et l'un d'eux craqua face à la pression. Il lui avoua toutes les rumeurs qui couraient dans les couloirs de la cité, toutes sans aucunes exceptions !
Il lui raconta même celle qui disait qu'une autre femme sur Atlantis était enceinte, de celle qui disait que le major Smith aurait une liaison avec une femme dont personne ne connaît l'identité, toutes y passèrent, et John en apprit bien plus sur son personnel en deux secondes que tout ce qu'il aurait put imaginer.


A suivre …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Attention new fic shweir évidement !!!! lol(terminé)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Attention new fic shweir évidement !!!! lol(terminé)
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Offre terminée.
» [JEU] ANTIGEN : Attention aux méchants microbes [Gratuit/Donation]
» Attention aux mirettes : collection de fou !!
» Merci de faire attention à vos propos !
» Attention à la censure...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Elizabeth & John :: ShipperS ShWeir !! :: Fanfictions :: Les fanfictions-
Sauter vers: